Le pitre de service

Cette semaine je déterre ce que j’ai écrit le 8 février 2008, il y a 11 ans donc…

Encore de l’introspection, flûte ! 😆

Vendredi 8 février 2008

Cher Francis,

       Je suis un éducateur spécialisé. Ce matin notre chef de service a demandé à rencontrer les éducateurs spécialisés par rapport à une situation difficile. Nous sommes en quelque sorte les oies blanches de la basse cour, ceux qui de par leur formation, font autorité.(En théorie)

Avec mes deux collègues du même niveau hiérarchique, nous sommes appelés vers plus en plus de responsabilités. C’est l’un de nous trois qui par exemple doit s’occuper d’une petite fille qui arrive dans quelques semaines car son cas est très lourd.  

Alors voilà, je suis dans la cour des grands. Je dois donc devenir plus sérieux, plus organisé, plus méthodique et surtout plus crédible en arrêtant mes idioties sur mon lieu de travail.

Mais ce soir, avant de partir, j’ai accroché une peluche de Babar sur le mur en lui mettant un masque de grenouille et j’ai trouvé ça hilarant. Les enfants apprécieront sans doute aussi…

Je ne changerai donc pas si facilement que ça ! Voilà qui me rassure…

190208

Je me trompais car onze ans plus tard, et bien oui j’ai changé. Je ne fais plus de blagues car je suis devenu moi même un sujet de blagues. Ma directrice m’a envoyé le mot « vieux garçon » pendant une réunion à trois reprises en riant très fort.

Je n’ai plus droit au respect, je suis juste un vieux dinosaure qui a oublié de monter en grade, d’évoluer du reptile à l’oiseau pour devenir un rapace.

Mais je m’en fous, je continue à avoir le même plaisir à travailler avec les enfants et je pense faire du bon boulot même si on ne le dira jamais à un « vieux ». J’ai été le premier à bosser avec les instits, j’ai été le seul à monter des projets d’exposition publiques pour valoriser le travail des enfants, je n’ai jamais compté mes heures, mais voilà les mecs plus jeunes avec leur grandes gueules et leur mentalité de ne pas donner une minute de leur temps libre pour leur travail, ont la cote alors que moi je suis devenu « has been ».

A force de me demander pourquoi,  j’ai commencé à soupçonner que c’est mon physique et mon statut qui pose problème. Je suis un anormal chez ces pères et mères de famille amincis par une consommation exagéré de tabac. Alors que faire ? perdre trente kilos ? Me trouver une femme qui va me rendre malheureux et lui faire des enfants qui souffriront dans ce monde à venir très sombre ?

Très peu pour moi, je resterai un « vieux gars » car c’est mon choix assumé et parce que que je le sais bien, au travail comme dans le reste de ma  vie, je n’ai pas le droit au bonheur.

2 réactions sur “Le pitre de service

  1. Salut Laurent !
    Je crois que tu as tout résumé : 《je continue à avoir le même plaisir à travailler avec les enfants》Le principal est la. C’est déjà un peu de bonheur, non ?
    Peut-étre que parmi « tes » enfants, certains se souviendront. Comme 70 ans après, des élèves de mon père avaient fait des recherches pour le retrouver et venir le rencontrer !

    Et puis un corps de vieux gars avec un peu de fada dedans, je crois que c’est un mélange qui va bien.
    😉
    p.s. tu t’as gouru : j’ai écrit le 8 février 2018, il y a 11 ans donc…

    J'aime

    • Oups tu as raison, je corrige, le vendredi après une semaine de travail je suis très fatigué. J’ai déjà rencontrés des adultes qui ont été mes « élèves » lorsqu’ils étaient enfants, et oui bien modestement je pense qu’il se souviennent de moi en bien… 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s