Lost in space

A l’heure où j’écris ces lignes, cela fera 5 ans un jour et 21 heures qu’une voiture (un roadster Stella) a été largué dans l’espace par une fusée Falcon Heavy. Et oui vous l’aviez oublié ce délire de potache/coup de pub, n’est-ce pas ? 👿

Et bien sachez que cette voiture continue de faire le tour du soleil sur une orbite stable et a ainsi fait plus de trois fois ce petit voyage dans notre système solaire et ce à la vitesse impressionnante de 83299 km.h et non il n’y a pas d’erreurs dans ce que je viens décrire, mais vu qu’il n’y a pas d’air non plus pour freiner sa course, cela ne me choque pas vraiment surtout qu’en passant près des planètes et en se rapprochant de leurs champs gravitationnels elle doit au minimum conserver sa sidérante vélocité sidérale. 😆

Lorsque la voiture a été lâchée, le mannequin à son bord a pu écouter « Starman » de David Bowie en boucle, heureusement pour lui et pour le respect du à ce monument du pop rock sous acide, la musique s’est tue laissant à présent le Starman contempler le vide spacial en silence.

Toutes ces infos et d’autres sur le site dédié à cette énorme blague/coup de pub qui 5 ans plus tard a un goût un peu amer lorsque dans un contexte de crises et de pauvreté généralisée, on pense aux sommes folles utilisées pour envoyer cette voiture dans l’espace.

Mais bon, ceci écrit on a le droit de rêver aussi…Et si des aliens trouvaient la voiture et la rapportaient en nous grondant comme des gosses pour avoir laissé nos ordures trainer dans l’espace ? 🙄

Vide…

Me revoici devant mon écran, je suis très fatigué après une journée au parc avec les enfants où nous avons fait de la photo le matin par un froid intense.

Et là, fatigue oblige, je n’arrive plus me souvenir de quoi je voulais parler ce soir. Alors peut-être donner des nouvelles de mes soucis au travail en disant que j’ai rencontré mon directeur et qu’il m’a écouté attentivement avant de me rappeler que j’avais le même diplôme que les autres et que je ne devais pas me sentir en dessous des autres même si le système en place et les défaillances de l’établissement font que le contraire se passe.

Je pourrais aussi dire que plus les années passent, plus je déteste cette période de vacances où je dois travailler pendant les vacances scolaires en menant seul des activités bancales faute de connaître les enfants qui me sont confiés. Mais non, marre de me plaindre.

Je pourrais aussi évoquer le fait que la musique s’écoule de moi encore plus vite que le sang d’un hémophile décapité, mes motivations pour travailler avec mes instruments sont de plus en plus faibles et ce, notamment depuis que mon projet avec les enfants a échoué suite à un mauvais partenariat et à une incompréhension de ma direction.

La vérité est là, je me sens au bout, complètement vidé de toute ambition pour les autres comme pour moi.

Mais non, ce n’est pas une dépression ni un fameux et médiatisé burned out, ce sont juste quelques lignes qui sont là pour marquer une autre mauvaise passe comme j’en ai tant eu dans ma vie.

Car oui j’aurai vite fait de me relever et de reprendre les rennes de ma vie histoire de ne pas devenir le spectateur de ma propre vie.

Il va me falloir ouvrir d’autres portes, explorer d’autres options et surtout retrouver le plaisir de travailler en me concentrant sur le service apporté aux enfants et en mettant très loin mes soucis relationnels avec les autres.

Et quoi de mieux pour ça que les vacances qui commencent jeudi soir ? 🙂

Entre chiens et chats

Il y a quelques temps je vous parlais du plus vieux chat du monde, une minette âgée de 27 ans qui vit des jours paisibles en Angleterre après avoir enterré plusieurs maîtresses et maîtres.

Mais voici que le livre Guinness des recors vient d’homologuer le record d’un autre compagnon à 4 pattes comme étant le plus vieux encore vivant de sa race. Je vous invité donc à rencontrer Bobi, un chien portugais Rafeiro de l’Alentejo pure race qui est devenu le 1er février dernier le chien le plus vieux du monde avec un age qui a pu être attesté avec précision parce qu’il avait été enregistré à sa naissance au service médical vétérinaire de la municipalité de Leira. Sa date de naissance, le 11 mai 1992, a même pu être vérifiée dans la base de données d’animaux de compagnie autorisée par le gouvernement portugais et tenue par l’Union nationale des vétérinaires..

Et ça lui fait quel age ? Et bien en considérant que ce chien est né le 11 mai 1992, il a aujourd’hui très précisément 30 ans et 271 jours. Oui, un chien bien parti pour atteindre les 31 ans même si sa vue baisse pas mal.

Ce méga pépère de chien vit paisiblement chez une famille portugaise qui explique sa longévité par entre chose chose, le fait qu’il n’a jamais été tenu en laisse ou attaché et surtout parce qu’il n’a jamais été nourri avec autre chose que la même nourriture que son maître mangeait.

Et sinon tout comme son adversaire, la chatte de 27 ans, Bobi a lui aussi très mal commencé dans la vie puisque comme le raconte son propriétaire Leonel Costa, Bobi est le seul rescapé d’une portée de chiots trouvée dans le hangar familial et dont ses parents s’étaient débarrassée. Leonel Costa alors âgé de 8 ans avait trouvé un chiot qui n’avait pas été découvert par leurs parents cynocides. Pris de pitié et de compassion, Leonel et ses frères l’avaient gardé en cachette. Trente ans plus tard, Bobi est toujours là.Comme quoi le drama ça conserve… 🙄

Archives à venir

Ce soir je suis allé au pub et j’ai longuement parlé avec un prof de physique chimie au lycée, après je suis allé chez mon ami Pascal pour raconter des âneries avec sa gamine survoltée, donc en rentrant à 23h00 ne me demandez pas de sortir une archive, on verra ça demain ou pas ! 😆

BON OK on édite !

Flagrant délire

(titre inspirée par Bastien)

Depuis le début de l’année, j’anime chaque lundi matin un atelier photo argentique avec les enfants de l’établissement où je travaille. L’un de mes buts était de leur permettre de s’exprimer avec la photo et de montrer leurs œuvres à un plus large public possible.

Hélas, les panneaux réalisés et présentés lors de la fête de Noël sont certes sympas mais n’ont occasionné aucun retour pour les enfants qui travaillent avec moi sur ce projet.

Il me fallait donc trouver une idée nouvelle pour que l’on entende enfin parler du club photo argentique.

Avec les enfants nous avons donc inventé une histoire avec mon lapin en laine. Un récit inscrit dans la réalité de leur accompagnement à l’I.M.P, une fable que nous sommes en train de préparer en la montant sous forme de roman photo. La photo ci-contre est un extrait, un teaser.

L’histoire est rédigée et les premières photos argentiques vont être visibles demain, ce projet devrait donc être mené à bien.

A suivre…

La suite et bien c’est un roman photo de dix pages qui aujourd’hui encore reste un beau souvenir d’une activité rigolote et très intéressante sur le fond comme sur la forme. 🙂

Changements

Je connais mes défauts, chaque jour je tente de les changer mais ce n’est toujours pas assez. Ce soir j’ai passé du temps avec des collègues pour essayer de leur expliquer mon malaise, mais non ils ne veulent pas entendre, je suis Caliméro et c’est tout.

Du coup ce soir je ne sais plus quoi faire. Continuer à faire des efforts à baisser les yeux et à bredouiller tout en suivant les ordres des personnes qui ont le même diplôme que moi ou bien rester moi-même et refuser de me faire « basher ».

Demain j’y verrai plus clair…

Le paroxysme du vol sans escales

Voici un oiseau qui semble bien ordinaire, il s’agit d’un barge roux (Limosa lapponica) un oiseau de taille très moyenne qui a comme beaucoup de ses congénères oiseaux, l’habitude de migrer.

Par contre ce que vous ne savez pas encore c’est que ce barge est en fait un vrai « barje » au sens de « barjo » c’est à dire fou (et non pas de Bassan).

Pourquoi cela ? Et bien sachez que le livre des records vient de rendre public le fait que l’un de ces oiseaux équipé d’une balise GPS vient de casser le record du vol sans escale vu qu’il a volé de l’Alaska à la Tasmanie soit 13560km (presque un tiers de la circonférence de notre planète) sans toucher terre, se reposer ou même manger!

Alors oui, il a fait cela il y a quelques mois mais le temps de tout vérifier l’annonce n’a été faite que hier.

Et si vous vous demandez comment cela est possible, et bien sachez que les barges ont la faculté incroyable de transformer leurs corps en plein vol en agrandissant notamment leurs cœurs et en renforçant leurs muscles thoraciques.

Les barges roux restent cependant les champions du vol sans escale vu que le dernier record de 13000 km était lui aussi détenu par un oiseau de la même espèce.

Cela a cependant un prix, ces oiseaux perdent en général la moitié de leur poids pendant cette épreuve. Voilà qui me laisse rêveur… 🙄