Le phishing en archive

Et oui, il y a onze ans le phishing était déjà bien présent…

Archive du vendredi 3 juillet 2009

200703

Chaque jour c’est la même histoire. Alors que j’allume mon ordinateur principal pour vérifier mes nouveaux courriels, je découvre de nouvelles arnaques dans ma boite orange. Et bizarrement seulement dans ma boite orange !

Mais cette fois nos amis africains (mes suspects principaux en la matière) se sont perfectionnés tout en restant très approximatifs au niveau de leur syntaxe et de leur orthographe.

La capture d’écran que je partage avec vous ce soir ci dessus montre un message reçu aujourd’hui. Tout est conforme, l’adresse de l’envoyeur, le lien avec orange.fr dedans alors que le vrai lien est tout autre…

Seuls détails qui font tâche, mon adresse n’est pas la bonne et l’orthographe est très…comment dire… poétique !

Allez les amis africains encore un effort vous allez y arriver !

Bon pour être sérieux, pas besoin de vous dire de ne jamais donner de renseignements sur vos compte internet ou bancaire même si le courrier qui vous le demande semble authentique.

Jamais une banque, Paypal ou un fournisseur d’accès ne vous demanderont de tels renseignements en ligne ou au téléphone.

Une question demeure tout de même, vu que beaucoup de personnes doivent se faire prendre, que font-ils des comptes internet qu’ils ont piratés ? Ils les revendent à d’autres ? Les coordonnées bancaires je vois bien à quoi ça sert mais les courriels… Pour pirater les comptes Paypal peut être ? Pourtant cela est difficile car faut répondre à trois questions secrètes pour pouvoir réactiver son compte.

Pour moi le mystère reste entier mais qu’importe, ce soir je fais dans la pédagogie avec cette mise en garde.

Il y a 11 ans, je photographiais les gens

Archive du vendredi 26 juin 2009

Abla

200626

Ce soir je continue de vous présenter mes collègues de travail avec la photo d’Abla. Un grand merci à elle qui a accepté de poser pour moi et qui m’a autorisé à mettre cette photo sur mon blog.

Je lui trouve beaucoup de charme, j’espère que vous partagez mon avis.

Sur le plan technique ce très beau rendu a été possible grâce aux enfants que je forme à la photographie argentique, je les ai fait travailler en équipe, un pour vérifier les mesures de lumière avec ma cellule à main, une Gossen Lunasix primitive et deux autres qui tenaient des panneaux en polystyrène blanc pour faire déflecteur et casser les ombres sur le visage.

J’ai choisi une ouverture de 8 sur cet objectif que je commence à mieux maitriser, le 85mm SSC.

J’adore aussi le très beau rendu de la Kodak Portra NC que j’ai utilisé pour ce portrait et les autres.

Le cadrage je l’ai choisi comme cela pour donner plus de force au visage.

Canon EF

Objectif FD 85mm 1,8 SSC

Kodak portra NC

Scan professionnel et très soigné de mon négatif par un bon photographe.

Archive malaisante

Archive du lundi 12 juin 2006

Cher Francis,

       Depuis quelques temps à l’I.M.P nous avons un nouveau pensionnaire. Il est relativement discret puisqu’il ne fait que passer la nuit sur notre porche. Et oui il s’agit d’un SDF.

Notre institution a une longue histoire de collaboration avec la misère du monde, avant lui d’autres sans abris avaient profité de la relative hospitalité de cet espace couvert situé devant les portes de l’établissement. 

Le problème avec celui-ci c’est qu’il a le sommeil lourd. Comme dirait Fabrice avec son accent du sud : Quel sale con !  Et oui non seulement il est miséreux mais en plus il traîne devant nos portes tous les matins et souvent bien après l’arrivée des enfants. Ces derniers se sont habitué à lui très vite ce qui n’est pas le cas de l’équipe éducative. Je sais que pas mal de mes collègues rêvent de se payer une séance d’ultra violence genre orange mécanique en lui défonçant la gueule à coup de batte de base-ball. Notre homme d’entretien a été à deux doigts de se battre avec.

La réunion de demain abordera sans doute ce problème d’une façon ou d’une autre.

En attendant, pour ma part je ne sais rien de ce bonhomme sauf qu’il dort devant mon lieu de travail et que chaque matin lorsqu’il se réveille il se met à contempler d’un œil morne la ville qui elle aussi sort de sa léthargie. Je sais qu’il attend une place en C.H.R.S, qu’il n’est pas pressé d’y aller…

Et je sais surtout que le spectacle sans cesse renouvelé de sa déchéance nous mets tous très mal à l’aise car nous le savons tous, au fond il suffirait de très peu de choses dans nos vies bien réglées pour que nous nous retrouvions nous aussi exclus. 

Notre ancien directeur aurait sans doute été plus à même de l’aider que nous.

Et moi travailleur travail social en formation, face à sa détresse je ne trouve qu’une chose à faire, lui dire un rapide bonjour en baissant les yeux et en passant mon chemin.

Au fond il me fait peur. En effet de tout le personnel de L’IMP je suis celui qui a le moins de pare-chocs sociaux donc le plus susceptible de partager son destin.

C’est affreusement égoïste mais la muette menace qu’il représente ajoutée au très mauvais climat de travail actuel font que j’aimerai qu’il disparaisse du jour au lendemain.

La misère devant sa porte c’est nettement moins fun qu’à la T.V…

Ah oui et un grand salut à mes collègues de promo pour leur premier jour de stage, sachez que je pense très fort à vous tous. Vous me manquez. Courage mes amis….

Toshiyuki, le retour enfin !

Aujourd’hui à 14h00 je vais enfin récupérer ma 309 après deux ans passés dans un garage pour des réparations qui se sont éternisées. J’espère ne pas tomber en panne en remontant…

Il y a douze ans jour pour jour j’avais des soucis d’embrayage avec cette voiture, je venais de payer une facture de 608 euros, mais ce n’était pas le sujet essentiel du jour car je parlais de la chose suivante  :

Archive du jeudi 5 juin 2008

200605

Cher Francis,

Je viens de récupérer une pelloche faite en quatrième vitesse pour rigoler avec ma nièce, les résultats sont très bons, si bons que j’ai commandé de suite un nouvel objectif pour mon canon AE1 acheté le mois dernier en Haute Savoie.

Mais pour ce soir, je préfère te montrer la photo d’un homme qui mendie devant le magasin ou chaque mois j’achète un sac énorme et onéreux de nourriture de luxe pour mon chat.

Ce n’est pas un faux mendiant, pas un jeune confortablement installé dans des baskets onéreuses, non, ce n’est qu’un homme brisé pour qui je n’ai pu donner que trois euros ainsi que quelques mots hésitants et maladroits de réconfort.

Mes euros l’aideront peut être à se sentir mieux avec quelque chose dans le ventre ce soir. J’espère que mes mots lui serviront a sentir encore humain. C’est si simple de donner une pièce sans oser le regard ou une parole, si simple et si cruel à la fois…

Ma galère d’embrayage et de photos loupées n’est rien par rapport à ses soucis alors lui donner mon superflu m’aide à me sentir moins bête et moins détestable.

Je sais c’est idiot, mais au moins je ne triche pas avec moi-même.

Archive du rien…

Jeudi 22 mai 2008

200522

Cher Francis,

       Il est bientôt minuit. Je reviens d’une soirée culturelle organisée par la bibliothèque municipale. Depuis que je me suis inscrit dans la commission information et animation pour pouvoir refaire le site de mon village, je me dois d’être à tous les évènements de cet ordre.

Pour cette soirée qui se termine à 23h30 nous avons eu droit à deux séquences autour du thème « carnets de voyages ».

J’ai ainsi découvert avec beaucoup d’amusement et d’intérêt les péripéties d’une jeune paysanne d’Anjou embarquée avec son patron viticulteur pour deux mois de travail en Algérie en octobre 1900. Croustillant !

Mais par la suite, nous avons du supporter l’aventure d’un couple de jeunes retraités exposant leur culte de la souffrance poussé à son paroxysme sur le GR 5 entre Nice et notre région. On a souffert ! c’était difficile, on marchait 10 heures par jour !!!! etc…. Ben si c’était si dur, fallait pas y aller !!! et surtout pas nous casser les pieds avec ça !!!

Quelques belles photos mais très vite on se lasse, comme dans ces soirées diapositive chez les « amis » qui ne vous lâchent pas tant que vous gardez les yeux ouverts. Un seconde partie qui gâche la première donc.

Mais pour les organisateurs qui une fois de plus on fait un travail admirable ( Ils ont le temps, ils sont en retraite, eux !) je me devais d’être là afin de les encourager et de leur proposer mon aide.

En étant poli, en évitant de manger tous les gâteaux en fin de soirée et en disant bonjour à la dame, j’augmente mes chances de pouvoir rassembler assez de documentation pour faire le site de mon village tel que j’ai projeté de le faire en dépit de toutes les critiques et mauvaises augures qui sont adressées à mon projet.

Je tiens bon et je ne lâcherai pas !

Du moins je l’espère…

Douze ans plus tard, je n’ai toujours pas fait ce site, il reste des morceaux de test avec des scripts aujourd’hui périmés mais je ne sais même pas sur quel disque dur les chercher. Ce fut sans doute ma dernière tentative pour tenter de prendre part à la vie de ma commune.

Archive encore

Archive du lundi 15 mai 2006

Lundi 15 mai

Cher Francis,

       Des tonnes de choses sont arrivées aujourd’hui, toute sans grande importance, mais pour ce qui est d’en choisir une pour t’en parler ce soir… Je n’y arriverai pas dans mon état de fatigue et de confusion mentale.

Juste te dire que je suis allé voir un film « the extasy of Robert Carmichael » présenté comme étant un film révoltant faisant fuir des salles entières et qu’au  final si je suis effectivement le seul resté dans la salle je trouve que cette réputation était très largement mensongère…

Ou alors je suis vraiment devenu insensible à tout…

C’est vrai que j’ai un peu trop regardé les extrêmes du cinéma japonais…

C’est bizarre je ne me souviens pas de ce film, je vais aller regarder de quoi il s’agissait… 🙄

Archive du jeudi 8 mai 2008

Cher Francis,

Ce matin au réveil, j’ai eu une drôle d impression en me réveillant aux Bauffonds, un endroit situe sur la pente d’une montagne de Haute-Savoie. A présent je me bas contre un clavier franco-russe qui n’a pas de voyelles accentuees, seul mon correcteur d’orthographe parvient à limiter les dégâts.

200508

Ce matin j ai emmené mon filleul vers son école ou -pas d’accent- il devait chanter le chant des partisans à l’occasion du 8 mai. J’ai tenté le contact avec les locaux, pas de succès. On ne m’a même pas offert un verre de vin. Mais où donc est passé le légendaire sens de l’accueil des savoyards…  -pas de point d’interrogation non plus…-

Mais si je n’avais pas oublié mon câble, l’image de cet article serait sûrement la photo d’un morceau de viande cuit.

Car aujourd’hui alors que je suis âgé de 35 ans, j’ai fais cuire mon premier gigot.

Et tu sais quoi – Il est très bon

Foutu clavier, rends moi ma ponctuation et mes accents !

Archive militante

Vendredi 1er mai 2009

200501

Le jour de la colère

Il ne vous échappera pas qu’aujourd’hui 1er mai, les journaux sont absents pour cause de Fête du Travail. C’est d’ailleurs le seul jour de l’année où la presse écrite fait défaut, et c’est une tradition… Malheureusement cette tradition ne s’est pas propagée aux autres médias.

A la télévision et sur Internet j’entends et je vois de pseudo journalistes faire des émissions ou des pages spéciales pour effrayer le bon peuple français. Un nouveau virus qui apparait (encore un essai manqué de mère nature pour se débarrasser de nous) et voilà que partout on semble nous annoncer la fin du monde. Comme pour la grippe aviaire les médias se dépêchent de trouver le nom bien commercial de « grippe porcine » puis le retirent face à la colère des éleveurs de porcs.

Là où je suis, dans la pièce du bas, j’entends la télévision et des annonces d’émissions aux titres provocateurs genre « la crise est-ce que ça va péter ? » Ils n’attendent que ça ces vautours de l’information, ils seraient même prêts à provoquer eux mêmes les événements si ils n’étaient pas contrôlés par le pouvoir en place. Leur rôle attribué en échange de la libre commercialisation de l’information, est de feindre l’indignation de façon tout juste suffisante pour justement habituer le bon peuple à le nouvelle réalité sociale et désamorcer ses envies de se rebeller.

Exemple : « Deux fois moins de monde aux manifestations du premier mai » Traduction :  » Ben vous voyez, les français se sont résignés, alors faites comme tout le monde et acceptez ce qui vous arrive ou va vous arriver »

Et bien sûr leurs « experts » répètent que ça ne va pas péter, ça ne peut pas péter: « non, interdit, n’y pensez même pas, ce n’est pas encore le moment, ni maintenant ni après ! »

Heureusement il reste encore des journalistes avec une vraie éthique et un désir de traiter l’information autrement que comme une source de bénéfices. Reporters d’espoirs est une agence de presse qui s’est fait une spécialité de positiver : au lieu de relayer drames et catastrophes, elle traque toutes les initiatives pour trouver des solutions aux grands problèmes de la planète, avec tous ceux qui inventent des solutions nouvelles, en espérant que le lecteur aura envie d’agir à son tour.

Oui un autre monde est possible, fort possible même. Mais encore faut-il que le bon peuple accepte de changer au lieu de continuer à se vautrer dans la satisfaction apportée par sa soumission consentie.

Et oui il y a onze ans j’écrivais de sacrées conneries… J’espère que c’est mieux aujourd’hui. Sinon c’est marrant de me souvenir de la grippe porcine, je l’avais oubliée celle-là ! Comme quoi les zoonoses, ce n’est ni le début ni la fin. 🙄

Une archive valorisante (Pour une fois…)

L’archive d’aujourd’hui date de 2008, oui comme d’habitude c ‘est le jour d’aujourd’hui donc le 24 avril 2008. A l’époque je m’étais lancé dans un projet de stop motion et j’avais créé de mes mains, sans modèle, et à partir de presque rien, quelque chose que je n’aurai jamais pensé être capable de fabriquer! 😯

Archive du Jeudi 24 avril 2008

Cher Francis,

Il est tard, je suis assez fatigué et je n’ai pas vraiment de sujets pour ce soir. Mon esprit est occupé par mes préoccupations professionnelles et dans une moindre mesure par les projets que j’ai conçus ou que j’accompagne sur mon lieu de travail.

L’un d’entre eux est la création d’un film d’animation en « stop motion ». Avec une institutrice, nous avons demandé à une classe d’enfants d’imaginer une histoire avant de l’adapter sous forme d’un film. Le processus repose sur la création d’un semblant de mouvement par une succession informatisée de photos de personnages articulés. Tu conviendras que ce projet est pour le moins ambitieux.

Cette nuit et aujourd’hui le projet a connu une grande avancée car son personnage principal, le loup que tu vois en photo ci-contre, a enfin été créé sur la base d’une technique que j’ai inventé, la colle de pistolet appliquée sur un squelette flexible le tout recouvert de fourrure.

200424

Les enfants ont bien travaillé, les autres personnages, les décors sont en finition. La technologie que j’ai mise en place au niveau informatique est fonctionnelle, les premiers essais sont saisissants.  Le tournage va ainsi commencer dès la mi-mai. 

Et dire que j’étais nul en bricolage… 

Mon seul regret c’est de ne pas avoir trouvé de technique pouvant permettre aux enfants de réaliser seuls ce travail, manipuler le pistolet à colle peut se révéler dangereux et occasionner des brûlures graves. Même si les enfants participent activement au reste du processus de création de ce film, cette impossibilité me montre que je dois encore progresser.

Mais ce soir je suis fier d’avoir créé ce personnage que les enfants ont adoré et qui du coup a relancé leur motivation pour le projet en cours. J’espère pouvoir te montrer le résultat avant la fin de l’année.

A suivre…

La suite ? Et bien ce n’est pas très glorieux… Le lendemain je terminais ce loup en lui mettant des yeux très expressifs et les prises de vue commençaient avec un vrai plateau de tournage fabriqué dans ma salle d’activité. Hélas l’instit avec laquelle je bossais n’a pas vraiment donné la priorité à ce projet, j’ai manqué de temps et au bout du compte nous n’avons fait que 35 secondes de film !

Le loup est toujours là, encore une chose dont je suis fier car 12 ans plus tard il continue de fonctionner de façon correcte, prenant n’importe quelle pose en la gardant bien fixe. ses crocs en carton ne sont même pas émoussés !

Cette année en octobre, j’avais tenté de relancer le projet en achetant toute une famille de personnages en bois pouvant eux aussi prendre et tenir des poses.

J’avais écrit un script très cartoonesque avec le loup qui ouvre son frigo et le trouve vide et tente d’aller piller la ferme d’à coté mais à chaque fois qu’il s’approche il lui arrive un truc et au final il devient le chien de garde du fermier (Ain’t dat a happy ending folks ?)  😀 mais hélas le projet n’a pas vraiment fonctionné avec les enfants encore trop jeunes.

Au final je ne désespère pas de pouvoir enfin mener ce projet à bien surtout qu’à présent j’ai toutes les choses dont j’ai besoin c’est à dire du matériel bien plus fonctionnel et surtout de meilleures connaissances et logiciels pour que lors de la prochaine tentative je puisse enfin concrétiser ce projet et mettre notre film sur le tube. 😎