Double dose d’archive

Cette semaine plus que jamais j’ai envie de positiver voire ci cela est possible de rigoler. Du coup j’ai trouvé dans mes archives de mon ancien blog que je tenais de 2006 à 2010 les deux articles suivants datant tous deux du trois avril. Choisir c’est renoncer et vu que les deux m’ont fait du bien, je me suis dit que cela serait aussi le cas pour ma poignée de lecteurs alors allons-y :

Archive du lundi 3 avril 2006

Lundi 3 avril

Cher Francis,

       Ce matin en me levant plus tôt que d’habitude, j’ai croisé le chemin d’une jeune tégénaire qui fuyait les premières lueurs de l’aube ainsi que le fracas de mes pas.

Et comme chez moi le dicton est : 

– Araignée du matin; tout va bien

J’étais sûr que la journée allait bien se passer.

Bon, une grosse angoisse le matin car ma mère ne répondait pas au téléphone, j’ai du appeler les voisins qui sont entrés chez moi pour constater qu’elle n’était qu’endormie profondément… Gag …

L’après midi un examen de psychopédagogie où je dois faire sur feuille ce que je fais dans le réel sur mon lieu de travail c’est à dire monter un projet. J’ai un peu bâclé l’examen pour pouvoir aller au garage en sortant. J’ai aussi volontairement omis de relever les problèmes d’alcoolisme car cela me faisait trop de colère de parler d’un tel problème avec légèreté alors que j’ai vécu ce qu’il donne dans la vie réelle…

Et enfin après avoir croisé le chemin d’une folle qui hurlait toute seule sa haine du CPE sur les trottoirs de la ville, je suis revenu chez moi pour me rendre au garage.

Et là, la journée se termine en beauté car mon brave garagiste habituel a trouvé ce qui n’allait pas dans ma colonne de direction; un silentbloc qui va me coûter la somme de 20 euros (contre les plus de 300 exigés par l’autre).

Araignée du matin; tout va bien

Araignée du midi; youpie

Araignée du soir; espoir (de revoir l’araignée du matin !)

Bonne nuit Francis !

Archive du lundi 3 avril 2007

Mardi 3 avril

Cher Francis,

       Ce soir j’avais envie de te parler d’un truc déprimant et narcissique mais heureusement un des gamins que j’accompagne pour le caté m’a sortit une grosse blague qui a bien fait rigoler le groupe.

Nous étions en train de parler de la religion et de la difficulté à croire. Certains des enfants se mirent à dire qu’il doutaient que Jésus ait existé, c’est alors que  cet enfant sur un ton très sérieux, sortit  sans le vouloir le gag de la soirée sinon de la semaine. Ce dernier sans doute fan du film « Jurassic Park » proposa que l’on trouve un moustique qui aurait sucé le sang de Jésus conservé dans de l’ambre et que l’on prélève son ADN afin de ramener le fils de dieu à la vie.

Dans le film les scientifiques bouchent les trous de la séquence ADN par des codes génétiques d’autres espèces, alors pour recréer Jésus quel ADN prendrions nous ? Celui des candidats à l’élection présidentielle vu qu’eux aussi ils prétendent tous pouvoir sauver le monde ?

J’ai éclaté de rire en imaginant à quoi ressemblerait « Jésus Park » mais j’ai dû bien vite recadré le groupe qui partait en vrille.

L’humour des enfants est parfois si surprenant et déstabilisant, ces derniers savent manier tout aussi bien que les adultes le dérisoire, le fantasque et l’absurde et le tout de façon si naturelle que leur humour est dévastateur.

Rien d’autre à te dire ce soir, sois heureux tu as échappé à une page noire et désespérée…

Souvenirs de sorties photo en archive

Très peu de texte pour l’archive de cette semaine, mais une photo qui témoigne des jours heureux où je faisais pas mal de sorties avec les forumeurs du forum photo argentique que je fréquente avec assiduité.

Car oui cette archive du samedi 27 mars 2010 relate une sortie photo entre membres du forum à Strasbourg. Nous avions fait une autre sortie dans la même ville un mois plus tôt. Voici le fil qui parle de cette sortie. Une sortie sous la pluie un peu courte mais qui m’avait fait beaucoup de bien. 🙂

Celui qui tient le Mamiya c’est Reflet de vert, l’autre c’est Loucky, Mon copain Yannick portant le pseudo Alambix ne devait pas être loin ou alors il était en RDV car à l’époque il cherchait un nouvel emploi qu’il a vite trouvé. Quand à notre comparse avec le ciré jaune c’est geuledebois, un gentil papy breton de passage pour voir sa fille si je me souviens bien. Je me souviens avoir beaucoup discuté de photo et beaucoup appris notamment sur la façon d’utiliser une spire en métal. Reflet de vert quant à lui m’avait apporté de quoi commencer à fabriquer du képhir avec un fruit et les ferments naturels que l’on met dans de l’eau sucrée. Je m’étais ainsi amusé à fabriquer cette boisson gazeuse et légère pendant des mois après notre rencontre. Bon voilà le contexte, à présent voici l’archive :

Samedi 27 mars 2010

La Bretagne invitée d’honneur de notre sortie à Strasbourg

200327

Non ce n’est pas un touriste breton perdu, mais geuledebois, un des membres de notre forum, un vrai puits de science argentique qui m’a appris des tonnes de choses en quelques heures.

L’archive du jour : Mokona (une peluche en lien avec le personnage d’anime qui illustre ce blog)

Mardi 20 mars 2007

Cher Francis,

       la journée d’aujourd’hui a été marquée par un cours superbe basé sur une approche anthropologique de la violence. Je voulais te taper un long message pour te dire ce que ces nouvelles connaissances théoriques ont éveillé en moi mais  vu le peu de temps qu’il me reste avant de repartir je vais me contenter pour ce soir d’un bref récit de ma journée.

A midi j’ai découvert après quatre ans passés à Mulhouse qu’il y avait un Flunch à moins de deux kilomètres de l’école. Autre miracle un de mes collègues de promo s’y dirigeait, du coup histoire de tenter de me resocialiser, j’ai décidé de laisser tomber pour aujourd’hui mon projet de restaurant japonais coréen. 

A la sortie de ce cours magistral à plus d’un titre nous étions une petite bande de jeunes et de moins jeunes (moi en l’occurrence) à marcher sur le trottoir tout en parlant gaiement de nos petites histoires. Tout à coup mon regard fut attiré par une tache noire dans une vitrine de l’autre coté de la rue. Je n’y croyais pas et pourtant il était là dans ce petit magasin d’import de goodies d’anime…

200320

Sous l’effet de la surprise je ne put m’empêcher d’étouffer un cri : Un Mokona !!! et de courir comme un fou de l’autre coté de la rue en me faisant interpellé par le tintement de la cloche du tramway auquel j’avais coupé la route.

Un Mokona c’est une petite créature de la série XXX Holics qui boit et mange en quantité disproportionnée par rapport à sa taille. Autre trait de caractère du personnage il est toujours de bonne humeur et prêt à mettre en boite un de mes alias: Watanuki

       Tout ça pour te dire que j’ai trouvé mon cadeau d’anniversaire !!! Dans moins de deux semaines maintenant… J’ai conscience que ce que je te raconte aujourd’hui est sans intérêt et puéril mais cette réalité est la mienne au même titre que le reste. Mes camarades ne s’étonnent plus de mes sauts d’humeur… Deux d’entre elles m’ont fait un très beau cadeau, partie en Guyane pendant les vacances elles ont pensé à me photographier de loin bien sûr, une très jolie araignée. Un geste qui me va droit au cœur car il est riche en signification positives. Un nouveau grand merci aux intéressées qui lisent peut être ces lignes. Elles font parties des personnes de ma promo pour qui j’ai beaucoup d’admiration et de reconnaissance. Ce sont elles déjà qui m’avait offert le petit cadre en bois qui est là sous mes yeux avec l’un de mes gags maison écrit dessus à la façon d’une grande citation: « Pour moi ça va être coton de devenir Hydrophile » ! Çà et le mokona ça me fait encore rire aujourd’hui. Mon coté ado en quelque sorte… 

Sinon aujourd’hui je vais mieux, toujours un peu de fièvre mais elle ne dépasse pas 38, si je pouvais me calmer et me reposer ce serait magnifique mais je suis tout tendu et il n’y a que l’alcool qui me permet de me détendre et là je dois freiner.

Archive musicophile

Archive du jeudi 13 mars 2008

Cher Francis,

       En rentrant hier de mon particulièrement pénible périple, (allitération en « p » qui évoque mon envie de cracher jusqu’au dernier atome d’air bisontin), j’eus la bonne surprise de trouver un colis d’Amazon.

Après des mois d’attente j’avais enfin reçu cet album de musique.

Il s’agit du second album, le premier étant introuvable, du groupe « once we were » dont je t’avais déjà parlé il y a de cela quelques mois.

200313

J’ai savouré les mélodies faussement simples en appréciant avant tout les silences entre les notes. Tout comme dans un bon morceau d’emmental, ce que je préfère ce sont les sensations gustatives autour des trous.

L’expérimentation du manque n’est-elle pas le seul vrai moteur du désir ?

Je pense t’avoir fait assez saliver. Tu mérites donc un petit morceaux de ce divin Emmental.

Quelques années plus tard j’ai fini par trouver l’autre album (Winter kept us warm) et je possède à présent le discographie complète de ce groupe aujourd’hui disparu. Nous n’étions que deux abonnés sur sa chaine You Tube… Et si l’autre abonné étaient les artistes… 🙄
Qu’importe, douze ans plus tard je continue d’écouter cet album très fréquemment, cette musique me fait un bien immense.
Et cela m’a aussi permis de découvrir d’autres groupes comme les islandais de Sigur Ros dont j’ai bientôt tous les albums en vinyles.

Archive nostalgico-narcissique

Archive du samedi 6 mars 2010

Comme le bon vin…

200306

Encore une photo de moi…

C’était hier au club photo. Nous étions en binômes et le type de mon équipe m’a photographié avec sa boite à puce.

Il m’a envoyé la photo ce matin. tout de même, quel poseur je fais !

Non je ne suis pas entré dans une phase narcissique, même si je dois reconnaître que j’aime me voir vieillir.

Tout comme le bon vin, je m’arrange en prenant de la bouteille.

Dix ans plus tard, même si je m’en fous un peu, je constate que mon apparence commence à trahir les défaillances imminentes de mon corps. Donc retrouver ce billet m’a bien fait rire…jaune…

Au fond j’ai le sentiment d’avoir loupé une occasion de changer ma vie en profitant de ce corps que j’avais arrangé moyennant un régime drastique que je ne pourrais plus jamais refaire. 😦

Relativiser ses angoisses

Archive du vendredi 29 février 2008

200228

Cette façade grise et sale est celle de l’établissement dans lequel je travaille. En ce beau et rare 29 février, j’y ai passé une bonne journée puisque avec les enfants nous avons réussi à imprimer et à distribuer la seconde édition de notre magazine.

Hélas ce vendredi 29 février restera dans ma mémoire comme le jour où j’ai appris de mon directeur, de retour d’une importante réunion sur le sujet, que notre IMP sera fermé dans quelques années. La nouvelle n’est pas brutale, nous travaillons déjà dans ce sens depuis quelques années.

Le gouvernement donne en effet des directives pour accélérer l’intégration de tous les enfants à l’école ordinaire. Je ne veux pas discuter du bien fondé ou non de cette décision mais juste te parler de ce qu’elle m’évoque.

Je suis terrorisé à l’idée de la fermeture dans quelques années de la structure. Je ne suis pas le seul. Tout petit déjà, je redoutais le changement et je cherchais toujours à le fuir. Je repense encore aux lieux dans lesquels j’ai habité.

A présent ce sont eux qui m’habitent.

Cette peur du changement n’est pas une lâcheté de ma part ni même une crainte irrationnelle ou inspirée par une volonté de rester tranquillement avec les mêmes habitudes. La preuve, en restant au même endroit depuis 9 ans mon travail a déjà changé maintes fois.

Si j’ai peur de changer c’est juste parce que je me connais.

Je ne suis pas doué pour les relations humaines, il me faut beaucoup de temps pour me faire accepter et trouver mes marques au sein d’une équipe ou dans une nouvelle structure. Mon stage de seconde année a été un rappel de cette difficulté.

Alors sachant ça, je tremble déjà à l’idée de découvrir les nouveaux icebergs qui joncheront mon petit océan pacifié que j’ai mis tant d’années à atteindre. Comme quoi dans la vie rien n’est jamais donné et tout est à refaire.

C’est sans doute le prix à payer pour être vivant…

Douze ans plus tard, avec les incroyables changements survenus dans l’établissement et l’intégration en milieu scolaire ordinaire à laquelle je me dévoue depuis 2010, on ne parle plus de fermeture mais plus de conserver un rôle, une fonction dans l’accompagnement des enfants. Notre travail a ainsi été repensé et ce n’est pas pour me déplaire vu que ces changements font que l’on ne s’ennuie jamais tout en ayant la conviction d’œuvrer pour le bien des gamins et de la société toute entière. 😀

Magalie en archive…

Samedi 21  février 2009

Cache-cache

       C’était hier après midi, en rentrant de récréation avec mon X700 autour du cou, je me met à poursuivre Magali en faisant semblant de la photographier. je fini par la coincer dans la salle peinture, elle se fige se sachant acculée et cède enfin à mes avances photographiques. Un grand merci à toi Magali pour ta bonne humeur contagieuse et pour me permettre d’apprendre en me laissant te photographier.

200221

11 ans plus tard je ne cours plus après les gens pour les photographier, je n’ai plus trop le gout des autres faute d’avoir essuyé trop de refus de poser.

Mais qu’est-ce que ça me manque… 😥