Holyday # 27 : VROUMMM !!!

Les miracles du jour : la batterie de ma 309 a eu besoin d’un temps de charge de 16 heures mais au bout du compte, et ce après être restées presque 9 mois au garage sans rouler, ma belle a repris vie à la seconde tentative de démarrage. Un beau et puissant VROUMMM !!! et sans fumée blanche car le joint de culasse a été refait.

C’est donc à 10h00 que je l’ai emmené chez le copain pour une opération pas si simple que ça : le changement de son cardan gauche. Tout s’est bien passé et depuis je n’ai plus ce bruit bizarre en roulant. J’ai aussi pris contact avec le voisin d’en face qui va se charger de la passer au contrôle technique et après si tout se passe bien je serai tranquille vis à vis d’elle pour 5 ans.

Et bien sûr après l’effort le réconfort ! 😎 😆 😀

Holyday # 26 : On the road again ?

Hier soir je me suis donc pointé au snack mais j’ai vite compris que la soirée gyoza était annulée,. Le personnel et le patron avaient tant de travail et le fait qu’ils m’aient dit « Bonne soirée » au lieu de « tu reviens vers 22H30 » ont suffit pour que je ne me fatigue même pas à leur demander si j’étais toujours invité à leur fête plus ou moins familiale.

Et bien oui, je suis comme ça, je ne m’incruste pas et j’ai vite fait d’interpréter les silences.

C’est aujourd’hui que j’attaque mes deux dernières semaines de vacances et je commence fort en rechargeant la batterie de Toshiyuki, cette 309 GT 1,9 essence carburateur double corps que j’aime tant. Si tout se passe bien, demain avec le copain ce sera le moment de lui changer biellette et cardan avant gauche avant de demander l’aide d’un garagiste pour lui faire passer le contrôle technique. Par la suite vu qu’elle est en collection avec ses plaques noires je serai tranquille pendant 5 ans voire encore plus si je la revends, mais m’imaginer sans Toshiyuki c’est juste impossible.

Et sinon ?

Ah des histoires de cartes Pokemon mais très raisonnables cette fois ! 😆

Holyday # 25 : America

Hier mon colis est annoncé comme non livré et en retard de plusieurs jours et aujourd’hui pendant mon absence je reçois un mail qui annonce qu’il est livré le dimanche et faute d’être là (j’étais chez ma sœur) le livreur a fait là encore comme aux USA en laissant le colis devant ma porte et Amazon m’envoie ce message avec une photo du colis devant ma porte.

Mais mon village ce ne sont pas les USA, il y a des gens qui passent dans la rue et je n’ai pas de porch cam pour filmer les éventuels voleurs.

Bah, qu’importe personne n’a touché mon colis et Amazon s’en fout complètement, si j’étais un type malhonnête et sans scrupules, je pourrais dire que le colis n’était plus là quand je suis rentré et que faute d’avoir accès à Internet, je n’ai pas eu le message. (ce qui est d’ailleurs tout à fait vrai). Mais je suis un gars bien et je n’ai pas envie de faire du mal au livreur qui doit suivre les ordres donc affaire classée.

A un point près…

Vu que la série South Park n’est plus diffusée sur Amazon prime et au vu des prix et des dérives de ce géant un peu trop envahissant, j’ai décidé de mettre fin à mon abonnement Prime qui allait de plus augmenter de 20 euros. Une petite vengeance en somme car non, je ne suis pas et je ne veux pas devenir un américain. 😡

Holyday # 24 : Party !

J’ai bien trop dormi aujourd’hui et mis à part quelques bricoles je n’ai pas fait grand chose, j’ai fait l’apéro chez ma voisine et là je vais au snack avec de la nourriture dans mon sac puisque après l’argentine ce soir c’est soirée Fish and Chips !

Bon, je donne les médicaments de ma mère et je pars à l’aventure !

Chuis fou… 😆

Suite : Et bien j’ai passé un bon moment même si au début j’ai bien cru ne jamais pouvoir Manger. En effet nous avons du attendre 23h00 pour passer à table le temps que Pascal et sa nouvelle employée ainsi que la famille venue en renfort prennent en charge un flot grandissant de clients.

Puis nous avons savouré les fishs et chips Findus cuits avec de l’huile et non au four c’est autre chose ! Le tout arrosé de Guinness. J’avais les poissons au congélo et j’avais amené trois canette de bières du coup je n’ai rien payé pour la soirée et on m’a offert pas mal de choses notamment 5 tenders pour mon chat et surtout de la framboisine; un punch maison fait avec des framboises du jardin, du vin pétillant et de la vodka.

Le pire c’est que ce soir j’y retourne à la fermeture pour une soirée gyosa ! Je ne sais pas si mon foie va tenir mais si ce n’est pas le cas ce sera une belle mort ! 😆

Holyday # 23 : Réussite !

Alors oui je sors de table et je dois dire que je suis fier d’avoir enfin réussi ces fichus empenadas. Plus de détails et les photos demain car là je dois m’occuper de ma mère de mon chat et aller me coucher car après un tel repas j’ai bien sommeil.

Suite : Voilà, nous sommes samedi matin il est 11h00, je me suis levé tôt pour cuisiner pour mon chat vu qu’il ne veut plus de croquette mais mange, vu son état, une quantité impressionnante de poulet. Je lui fait donc du poulet cuit à l’eau même si il préfère de loin celui plein d’huile du snack… Oui c’est un chat suicidaire mais à petite dose. Donc bref, j’ai cuisiné pour le chat à 6h00 du matin et je suis retourné me coucher pour finir de digérer et du coup je me réveille à 10h00 et seulement parce que je dois donner les médicaments de ma mère. Un tel sommeil en me couchant à 23h00 veut dire une seule chose, hier j’ai bien mangé. Et quand j’écris « bien » cela ne veut pas dire tant la qualité mais plus la qualité gustative et la convivialité du repas qui ont été des bonnes choses résultant en une expérience positive.

Alors pour rappel les ingrédients de ce repas dégustation :

Et maintenant le cadre de la dégustation : Entre la lumière tombante rouge, la chaleur, la sécheresse, le paysage et ses reliefs sans parler de ce très vaste terrain, on se croyait facilement en Argentine !

Concernant ces fichus empenadas, nous avons fait la farce jeudi après midi et elle était vraiment très bonne donc j’étais d’autant plus inquiet pour la suite ! J’ai fini par me résoudre à utiliser le kit chinois en inox mais cette fois en procédant de façon plus intelligente et en laissant ma voisine et amie faire le fameux « repulgue » c’est à dire l’opération de fermeture de cette entrée de type tapas en forme de demi-lune. Elle n’a pas pris de risques et a fait un repulgue de base qui consiste à écraser le bord avec une fourchette et du coup nous avons eu enfin des empenadas sans fuites et presque présentables ! 😆

Nous avons donc mangé trois fournées d’empenadas à trois arrosés de la fameuse sauce traditionnelle argentine, la sauce chimichurri ( à prononcer avec l’accent de Speedy Gonzales c’est trop rigolo).

Ah et concernant le menu et bien nous avons essayé de respecter les trois étapes d’un repas traditionnel argentin, un pays dans lequel on mange en moyenne 59 kilos de viande par an et par personne soit trois fois plus qu’en France.

  • La picada (En gros un apéro à la mode espagnole avec des petits trucs sympas à grignotter) donc ici pour nous c’était les tapas.
  • Las achuras : Des saucisses et des tripes pour notre repas j’avais préparé une très bonne saucisse de Morteau. Mes hôtes et complices avaient préparé une salade de pommes de terre pour accompagner.
  • El asado : Les grillades : j’avais préparé des entrecôtes mais hélas nous n’avons pas pu les manger car nous étions calés !

En général en Argentine il n’y a pas de desserts mais nous en avons fait un quand même en testant un des rares dessert officiels de ce pays : le Queso y Dulce (des tranches de fromages -j’ai sélectionner trois fromages pour retenir qu’il faut utiliser de le tomme de brebis- bref des tranches de fromage sur lesquelles on dépose une lamelle de gelée de coing vendue dans une grosse boite de conserve). Et au final dégustation des chocolats argentins en forme de cônes ou de palets, les fameux Havannets.

Et maintenant la critique objective et subjective du repas :

  • Les boissons : les bières achetées sont vraiment de piètre qualité, mais je dois encore goûter la Buenos Aires alors peut-être une bonne surprise ? Le vin est très spécial, il est très fort et très charpenté pour un cabernet sauvignon et la chaleur n’a pas aidé, mais j’aime bien ce genre de vin qui aurait été parfait un peu plus frais en accompagnement des entrecôtes. Quant à cette boisson bizarre aux herbes achetée bien trop cher et bien je pense que c’est la seule boisson que je ne pourrais jamais boire, le Terma a en fait un goût de gentiane dans lequel on aurait mis du sucre jusqu’à saturation.
  • Nos empenadas : la farce était délicieuse surtout avec le temps passé au frigo et le ré-assaisonnement avant de confectionner les empenadas. Par contre la pâte brisée même si elle est pratique n’est pas la solution idéale car au final la pâte est trop croquante et sablée. Alors tenter de faire la vraie pâte ou de frire de le pâte sablée ? A réfléchir…
  • La saucisse de Morteau : non mais ! Rien à dire de notre chef d’œuvre culinaire local ! Il suffit de bien la choisir, c’est tout !
  • Queso y Dulce : une expérience étrange, un conflit de texture et de goût mais les saveurs sont très complémentaires, c’est vraiment délicieux ! Enfin les chocolats Havannets c’est énorme surtout à la fin d’un repas et la texture du chocolat extérieur est fibreuse alors qu’à l’intérieur c’est une pâte au chocolat de bonne qualité, bref là encore des textures et une taille un peu déroutantes mais en petite quantité genre un chocolat par semaine ça doit être très sympa… 😀
  • Le repas en lui-même : et bien même sans faire el Asado nous avons passé plus de deux heures à manger ! Mais c’était si agréable… Dommage que les traitements ont fait que l’alcool était presque interdit… mais bon sans alcool la fête est plus folle, non ? 😆

Holyday # 22 : Arc-en-ciel

Aujourd’hui je suis allé faire des courses avec ma voisine d’en face pour préparer notre repas argentin qui est prévu pour demain soir. J’ai aussi acheté un nouveau jeu Pokemon d’occasion, un vieux jeu du temps d’avant quand j’avais encore du plaisir à y jouer. 😥

Puis l’après(midi je suis allé mettre à la banque le fruit de mes ventes de planchettes métal grand format, bien du mal pour récupérer 118 euros… Puis vers 18h00 je suis retourné chez ma voisine pour cuisiner la farce des empenadas, car oui demain ce sera la troisième tentative pour en faire et si je me loupe et bien là je serai en guerre contre la cuisine sud américaine ! 😆

Puis en soirée retourner chez le Pascal pour lui acheter un peu de poulet frit pour mon chat qui ne veut plus manger que ça et finir au bar mais cette fois avec modération, 75cl de bière. Demain grosse journée puisque je vais sans doute abandonner mes cours de basse avant d’aller cuisiner et manger argentin. Bref une grosse journée que j’illustrerai par une autre photo que cet arc en ciel blafard qui s’est formé ce soir vers 19h00. 🙄

Holyday # 21 : Réconciliation

Alors que je viens d’entamer la dernière moitié de mon pain maison, une évidence s’est révélée à moi, je suis comme obligé de consacrer le billet de mon 21ème jour de vacances au bilan suite à cette expérience.

Alors oui, réconciliation, révélation, consacrer… Mon vocable du jour a des accents religieux et ce n’est pas un hasard car dans de multiples cultures surtout orientales, le pain est un don de Dieu. (Dixit le bouquin qui m’a poussé à me lancer dans la boulange amateure).

Alors même si mon premier pain est bon sans être non plus divin, je vais structurer ce billet en distinguant les différents apports que j’ai dégagé suite à cette expérience.

  • Des apports nutritionnels et de santé : Ce matin je me suis fait une tartine avec un peu de beurre et du miel et en plus de m’être régalé, je me suis senti rassasié comme jamais avec si peu de nourriture. Je pourrai passer le reste de ma journée sans rien manger d’autre car ma faim « biologique » a été aussi comblée que ma faim « psychologique ». Cette nourriture me comble et le fait d’avoir utilisé 50% de farine complète a aussi des conséquences très bénéfiques sur mon organisme niveau nutrition et digestion.
  • Des apports philosophiques : Faire du pain c’est comme développer et tirer un film, il faut travailler dans le temps et parfois cela devient assez physique mais bon pas autant que ma façon de pétrir ma pâte avant sa première pousse. 😆 Du coup travailler avec ses mains et prendre du temps pour faire les choses fait que je ne regarde pas ce pain comme les autres pains et c’est clair que je vais également le savourer jusqu’à la dernière miette sans en gaspiller la moindre quantité. Donc oui, cette expérience de boulangerie amateure m’a réappris à respecter le pain (que j’ai même envie d’écrire avec un P majuscule, c’est dans ce genre de circonstance que je regrette de ne pas être allemand. 🙂 ) Sinon cette expérience m’a aussi fait entrevoir un autre modèle de société, celle d’avant où le temps avait un sens et où en absence de confort matériels et d’accessoires ménagers et de temps de travail bien supérieurs à 35 heures, on arrivait tout de même à trouver le temps pour faire son pain et à prendre du bon temps, forcément sans écrans stupides et chronophages on en trouve du temps…
  • Des apports économiques : Faire ce pain énorme qui va me durer plus de 4 jours m’aura coûté moins de 1,50 euros. Alors oui, cela prend du temps, mais dans un contexte de réorganisation budgétaire c’est négligeable et encore moins si l’on met à profit les longs temps de pousse de la pâte pour faire d’autres choses.

Mais de façon plus générale et plus directe, cette expérience m’a mis en face d’une triste réalité. Selon moi la façon dont nous avons négligé le pain pour en faire un aliment manufacturé produit en très grand nombre à grand renfort de produits chimiques et ce au prix d’une qualité de plus en plus médiocre et au final d’un effroyable gaspillage alimentaire et environnemental, et bien cela résume les choix désastreux des pays riches. Oui, pour moi c’est clair que le destin du pain naguère sacré au point de ne jamais le poser à l’envers sur une table et qui est devenu si insignifiant qu’on le balance à la poubelle (je fais le maximum pour que cela ne soit pas le cas à la cantine), montre à lui seul à quel point nos sociétés occidentales en perdant la valeur « pain » ont perdus tant d’autres choses et ont précipité le destin de nos civilisations.

C’est vrai que c’est sans doute exagéré, mais voilà, je me mets à penser que si aujourd’hui tout le monde se mettait à faire juste une fois du pain « maison » cela changerait beaucoup de choses sur notre façon de consommer et de respecter notre planète, la nourriture ainsi qu’autrui. On peut toujours rêver, non ? 🙄

Holyday # 20 : Bready ?

Comme vous le savez, je désespère de retrouver du pain de qualité car les boulangeries franchisées du village font un pain pire que celui des supermarchés. Et voici que samedi en allant à la bibliothèque, je tombe sur un livre nommé pompeusement « Le grand livre du pain ». Je me suis donc lancé. Mon premier pain maison est en train de lever, plus de détails et les photos demain. 😎

Bon et bien mise à jour du coup…

Le livre est assez mal traduit et je n’ai pas été assez attentif, mais qu’importe avec mes connaissances rudimentaires de la fabrication du pain, j’ai réussi à faire un pain tout à fait présentable et délicieux. Il faut dire que pour la cuisson par exemple j’ai utilisé des techniques que je tiens d’une animatrice d’un centre où la classe que j’accompagne fait ses classes vertes. Ce sont des petites choses bien simples comme par exemple le fait de mettre un ramequin plein d’eau au fond du four pour que le pain ne s’assèche pas trop en cuisant et garde une croûte croustillante. Bref, du coup cet essai est une réussite, je suis donc bready (ready for bread baking) et comme le dit mon ami Jean Christophe dans son commentaire, cela pourrait bien être le début d’une nouvelle passion !

Je vous laisse avec les photos du « making of » et pour mon article du 3 août, je vous ferai un bilan de cette expérience. 😎

Holyday # 18 : Coupure !

J’ai passé la journée de hier en mode zombie et du coup j’ai oublié de publier. Ce faisant j’ai cassé pour la seconde fois la chaîne de posts quotidiens, j’étais arrivé à 687 jours de publication non stop et là du coup et bien je retombe à zéro ! Du coup mon portrait de désespéré colle bien avec ce jour marqué d’infamie ! 😆