Entre tristesse et curiosité…

Aujourd’hui dans les nouvelles virales stupides du jour on trouve une histoire bancale accompagnée d’une photo. Cela se passe en Indonésie où les pêcheurs comme tant d’autres pêcheurs d’autres pays continuent de massacrer les requins. En capturant un requin et en vidant ses tripes, voici ce qu’ils ont trouvé :

Selon les spécialistes, ce bébé requin qui comme sa mère n’a pas survécu à cette pêche débile et inutile, serait porteur de deux variations génétiques le rendant à la fois albinos et cyclopéen.

Mais qu’importe ce pauvre requin ses deux frères et leurs mères sont morts tués par des abrutis qui ne tireront qu’un maigre bénéfice de leur pêche. Allez-y continuez à massacrer toutes les espèces possibles et regardez la chaine alimentaire s’écrouler avant de comprendre que vous en faites partie. Une news à la con pour un lundi à la con aussi.

A poil à la messe !

Je ne suis pas toujours fin et raffiné dans mes titres, parfois mon coté paillard remonte à la surface d’où ce titre un peu provocateur, désolé… :mrgreen:

Car oui, ce sont les animaux qui étaient à poils (plus quelques autres bestioles dans une autre livrée comme cette année des scarabées) et ce à l’occasion de la messe annuelle de bénédiction des animaux dans l’église Sainte-Catherine d’ Honfleur dans le Calvados.

Cette cérémonie qui a lieu chaque année a pour but de toucher plus de fidèles en ouvrant l’église à ceux qui aiment leurs animaux au point de vouloir qu’ils reçoivent une bénédiction, mais c’est aussi une façon pour le Père Pascal Marie de célébrer la création et de rendre grâce pour tous ces animaux qui entre autres choses nous nourrissent, nous donnent leurs forces pour travailler et nous tiennent compagnie. 🙄

C’est sans doute pour cette raison que cette année ce prêtre a tenu à ce qu’un représentant des chevaux soit présent afin de rendre justice aux équidés suite aux massacres et tortures de masse de ces animaux, des crimes qui restent grandement inexpliqués. C’est donc le poney Udine qui s’y est collé. « Cela peut paraître étonnant, mais je voulais qu’un poney soit présent. Après les violences gratuites qu’il y a eues envers les équidés, c’est l’occasion de dire qu’il faut faire attention à la création de Dieu », explique le Père Pascal Marie. 

Et si j’allais faire bénir mon siamois ? Si cela pouvait avoir un effet sur ses défauts j’irai en courant ! 😆

Vert de colère !

La scène se passe sur le mythique Hall of Fame sur Hollywood Boulevard à Los Angeles. Vendredi matin (ce 2 octobre 2020) aux alentours de 5 heures du matin, un homme déguisé en Hulk (le super héros Marvel bien connu) arrive au niveau de l’étoile de Donald Trump et commence à la détruire méthodiquement à l’aide d’une pioche !

La police arrive sur les lieux vers 5h55 suite aux appels des témoins et ne peut que constater que cette étoile a été attaquée pour la troisième fois. En février 2016 quelqu’un l’avait recouverte d’une croix gammée peinte à la bombe et en juillet 2018, l’étoile avait été détruite une première fois là encore avec une pioche.

Cette étoile qui agit comme un aimant pour vandales (car oui je ne donne que les trois plus grosses attaques, pas besoin de préciser qu’elle est souvent taguée « black lives matter » et autres…), embarrasse beaucoup le conseil municipal Hollywood Ouest qui avait voté à l’unanimité une résolution pour qu’elle soit retirée. Hélas la chambre de commerce d’Hollywood qui gère le fameux Hollywood boulevard s’y était opposé.

Une histoire somme toute bien banale… Mais pourquoi est-ce que les témoins ont attendu si longtemps avant d’appeler et pourquoi personne n’a tenté de raisonner le vandale ?

J’ai bien une idée… 🙄

Minous mélomanes

Même en ces périodes sombres, la folie des humains et leurs excès vis à vis de leurs animaux de compagnie reste une valeur sûre, un bon moyen de lancer des affaires juteuses. C’est ce que semble avoir compris David Teie, un américain, musicologue et ancien violoncelliste du National Symphony Orchestra de Washington.

David Teie a en effet commencé par lancer une opération de financement participatif qui lui a rapporté 200 000 dollars et lui a permis de créer un album de musique très spécial vu qu’il est destiné aux chats.

Fort de ce succès un second album a été créé ainsi qu’une plateforme de vente en ligne musicforcats.com qui permet de télécharger chaque album pour le prix de 17 dollars pièce. Ces albums contiennent des morceaux de musiques composés sur la base d’études comportementalistes sur les chats.

Les morceaux sont plutôt planants et mélancoliques et font une belle place aux instruments acoustiques notamment le violoncelle. On entend aussi constamment un ronron de fond dont l’intensité et la tonalité varie selon les morceaux. Vous pouvez en entendre des extraits gratuitement sur le site dont j’ai donné le lien plus haut.

Cependant contre toute attente, cette plateforme rencontre un énorme succès, les deux albums vendus sous forme de fichiers à télécharger partent comme des petits pains.

Au final je me demande si ce ne sont que les chats qui l’écoutent, les ronronnements de chats bien présents sur ces morceaux sont des sons qui sont tout à fait de type à déclencher une sensation d’ASMR et par ces temps de stress intense c’est assez bienvenu.

Hélas mon siamois qui a 17 ans est presque sourd et ne supporte plus la musique depuis que je m’y suis remis, je n’ai donc pas d’excuses pour acheter cet album en ligne afin de vérifier mon hypothèse ASMR! En bonus ci dessous un « mème«  sur le thème de la musique pour relaxer les chats qui me fait rigoler très fort. 😆

Alligator sous hélium

Alors que de très nombreux scientifiques s’acharnent à trouver un vaccin et ou un remède à la COVID-19, d’autres savants se concentrent sur des tâches toutes autres.

C’est le cas d’une certaine équipe de recherche constituée de scientifiques de plusieurs pays (Autriche, Suède, Japon, États-Unis et Suisse) qui s’est fait remarquer la semaine dernière en livrant les résultats d’une expérience de prime abord farfelue et superfétatoire.

Leur but était de savoir quel son un saurien (ici un alligator chinois) émettrait si il respirait de l’hélium, le fameux gaz qui donne une voix de souris aux humains et des éclats de rire à ceux qui les entendent.

Bien sûr il ne s’agissait pas de se marrer en faisant couiner la bestiole, mais bien de déterminer la capacité des alligators (et autres sauriens j’imagine) et faire des vocalises pour vérifier leur hypothèses selon laquelle ces cris, variant selon leurs tailles, donnent des informations précises à leurs partenaires sexuels.

L’expérience a bien fonctionné validant la théorie des chercheurs. Leur découverte a été récompensée par un prix Nobel Ig en acoustique. Bravo à eux car maintenant on en sait plus sur les sauriens ! 😆

Une touchante légende belge

Cette semaine, notre lundi insolite nous amène en Belgique voisine, dans la ville de Verviers. Cette ville comme tant d’autres dans le monde a son histoire et ses légendes.

En 1831, après que la Belgique ai gagné son indépendance, Pierre David fut élu Maire de la ville de Verviers et fit d’ailleurs un très bon travail notamment en mettant en place la première brigade de pompiers de la ville et en ouvrant les débats de l’équipe municipale au public. Ce maire si apprécié par ses administrés était encore en poste lorsqu’il mourut le 30 juin 1939 lorsqu’un volet se détachant de son habitation, l’emporta en provoquant sa chute de la terrasse de sa maison. Il ne survécu pas à une grave blessure à la tête. Très marquées par ce décès brutal, les autorités locales eurent le projet de bâtir une fontaine à Verviers en souvenir de ce grand homme et selon une légende (nous y voilà) firent une demande très inhabituelle à sa famille.

Ils demandèrent que le cœur de Pierre David soit extrait de son corps et conservé dans du formol en attendant de le placer dans une boite scellée au cœur de la fontaine ce qui fut fait 44 ans plus tard.

Personne n’avais jamais pris cette légende au sérieux (malgré le fait que ce récit apparaissent dans les documents d’époque) jusqu’à ce que, le 10 septembre dernier, des ouvriers menant des opérations de restauration de la fontaine découvrent scellée à l’intérieur de celle-ci un beau coffre en métal contenant une petite jarre remplie de formol dans lequel flotte pour l’éternité le cœur de Pierre David.

En attendant la fin des opérations de restauration de la fontaine, le coffre est exposé au Musée des Beaux-Arts et de la Céramique de Verviers. Par la suite, à la fin des travaux il sera bien sûr remis en place dans la fontaine.

C’est étrange mais bien loin de trouver cela macabre, cette petite hsitoire m’émeut comme quelque peu.

Du coups ne comptez pas sur moi pour faire un calembour à base de cœur pour ce lundi insolite, j’ai bien trop de respect pour les protagonistes vivants ou décédés de cette histoire.

Un éléphant mélomane

Il y a quelques mois, les autorité pakistanaises ont décrété que le zoo d’Islamabad était si mal entretenu que les animaux devaient être libérés ou placés dans d’autres parcs et ce le plus vite possible.

Mais pour déterminer si l’état de santé de certains animaux est assez satisfaisant pour les déplacer sur des grandes distances, des examens approfondis sont nécessaires.

Hélas, l’éléphant Kavaan refusait de se soumettre à ces examens, son caractère taciturne et agressif empêchant les soignants de s’approcher. Ce pauvre pachyderme de 36 ans a des raisons de ne pas avoir le moral, car depuis le décès de son compagnon il y a 8 ans, il est à présent le dernier éléphant de ce zoo délabré.

Et c’est là qu’entre en scène Amir Khalil un vétérinaire travaillant pour l’association Four Paws. Cet homme a réussi à entrer en relation avec cet imposant animal et ainsi à le calmer en lui passant des chansons de Sinatra. Kavaan semble d’ailleurs beaucoup aimer la chanson my way qui est l’adaptation en anglais de la chanson Comme d’habitude, composée par Jacques Revaux et interprétée à l’origine par Claude François en 19671.

Du coup Kavaan a pu être examiné. Son bilan de santé n’est pas idéal, outre son caractère, l’animal est obèse et souffre de malformation au niveau de ses ongles de pattes ce qui peut entrainer une infection. Mais l’un dans l’autre il a tout de même été déclaré apte et sera anesthésié en vue d’un long voyage vers le Cambodge où il retrouvera d’autres éléphants dans une réserve.

Morale de tout ça ? Une jolie histoire et une grosse envie de dire du mal de Claude François mais je me retiens par respect. :mrgreen:

Barbierophobie ?

A Dong Hoa, au Vietnam, Chien, un homme de 92 ans montre fièrement ses cheveux qui n’ont jamais été coupés depuis près de 80 ans.

Le résultat est spectaculaire au point d’en faire une attraction locale, régionale et à présent internationale.

Car oui, déroulée, sa chevelure dépasse 4 mètres 80 de long. Pour l’entretenir il a bien sûr besoin de l’un de ses fils.

Tout petit à l’école on a tenté de le forcer à se couper les cheveux mais Chien a refusé et a quitté très vite l’école sauvant ainsi sa chevelure qu’il considère comme divine. Chien pense en effet que si il venait à la couper, il tomberai raide mort frappé par une punition divine.

Au final que retirer de ce fait divers aussi exotique qu’anodin ? Et bie, pourquoi pas une belle leçon de « laissez moi vivre ma vie comme je le veux du moment que je nuis à personne » ? 😎

Re bêles !

Le 20 aout dernier, jeudi donc. La police de l’ile de Wight était appelée pour sécuriser une zone pendant que les artificiers faisaient exploser un mortier de la deuxième guerre mondiale découvert par des promeneurs. En revenant vers leur véhicule, les officiers découvrent qu’il a été saccagé, une caméra de surveillance eu vite fait de leur révéler l’identité des malfrats :

La presse et la police locale elle-même se sont régalés avec cette nouvelle, les jeux de mots sont parfois nuls comme tous ceux à base de cris de chèvre : « The kids behaving baaa-dly were of the four legged variety » Mais parfois franchement géniaux notamment celui du site Plymouth live qui relevant qu’avant le visionnage de la vidéo les jeunes du coin avaient été accusés, affirme je cite qu’« il faut cesser de faire de notre jeunesse locale un bouc émissaire ». 😆 Bouc émissaire se traduisant par scapegoat, le jeu de mot marche aussi bien en français qu’en anglais.

Du coup en fin de semaine dernière on a bien rigolé sur l’ile de Wight. Que ce soit dans la presse locale, sur le site de la police ou bien sur les sites d’informations, de nombreux commentaires ont ainsi tourné au concours de calembours instructif sur la place du mot « chèvre » dans les expressions locales.

Celui que j’ai inventé pour le titre de mon article n’est pas mal non plus, non ? :mrgreen:

Et dans tout ça le travail de l’unité d’élite de sa Majesté venu faire exploser avec succès un vieux mortier est passé inaperçu. Les pauvres… Je leur conseille de faire exploser une chèvre pour avoir à leur tour droit à quelques égards ! 😈

Une bière au poil !

200817

la 8 août dernier, une brasserie d’Alberta au Canada a lancé sa nouvelle bière. Une IPA (c’est marrant à présent ils disent Hopped Pale Ale, donc va falloir dire HPA ?). Bon peu importe c’est une bière du genre de celle que j’aime bien, bien houblonnée et à base de houblons citrus pour un double effet rafraichissant.

Pour nommer cette bière ces brasseurs décident de lui trouver un nom exotique et en consultant un dictionnaire en ligne de maori, Ils choisissent le nom « huruhuru » ce qui selon ce « dictionnaire » veut dire « plume » en maori. Nommer cette bière plume a bien sûr pour but de souligner la légèreté de ce nouveau produit. 😎

Une fois le produit lancé, la brasserie communique à fond sur sa nouvelle bibine et c’est là que ça commence à devenir rigolo… 🙄

En réponse à la promotion de cette nouvelle bière sur Facebook, un vrai maori, Te Hamua Nikora, a dévoilé dans les commentaires la vraie signification du mot « huruhuru » dans le langage maori. Mauvaise nouvelle pour la brasserie, ce mot signifie en fait « poils pubiens »!  😆

Te Hamua Nikora insiste bien à propos sur un point important. Son peuple en a marre de voir son langage pillé et utilisé à tort et à travers juste parce qu’il est exotique pour le reste du monde. Les français devrait d’ailleurs dire la même chose aux japonais quand ils utilisent et déforment notre langue notamment dans le nom des magasins mais entre l’hommage à notre culture et le fait que cela nous fait beaucoup rire, nous laissons couler. Pour les maoris, le poids de l’histoire fait qu’ils sont bien plus susceptibles et je les comprends tout à fait.

La brasserie quand à elle, présente ses excuses et admet que la moindre des choses aurait été de demander l’avis d’un vrai maori au lieu de chercher un nom n’importe comment dans un dictionnaire et promet que son produit va changer de nom.

La morale de l’histoire ? Il faut éviter d’utiliser surtout de façon commerciale des mots dans un langage étranger que l’on ne connait pas car cela peut aller loin, jusqu’au fin fond de l’Océanie !