Bander comme un taureau

Cette semaine nous avons un participant de choix pour la rubrique des lundis bêtes. Son niveau d’inconscience est juste incroyable…

L’histoire s’est déroulée la semaine dernière au Mexique dans la région de Vera Cruz. Un homme qui avait un rencart romantique avec une fille était très inquiet vis à vis de ses performances sexuelles, en bref il voulait assurer au lit. Mais pour lui impossible d’aller en pharmacie pour acheter du viagra, non ce serait trop la honte…

C’est alors qu’il pense à un de ses copains qui travaille dans un élevage de bovins et que lui vient cette idée très stupide de lui demander si il n’a pas un produit stimulant destiné aux animaux qu’il puisse utiliser. Son ami aussi éveillé que lui, va dans la pharmacie de l’élevage et trouve un genre de viagra pour taureaux.

Bien entendu entre la force du produit et le dosage à la louche le résultat a été catastrophique, ce pauvre mexicain s’est retrouvé au garde à vous pendant trois jours avant de se décider à aller consulter. C’est doute amusé par sa mésaventure que des personnes ont fait cette photo que l’on retrouve un peu partout et qui tend à prouver que cet incident est bien réel :

200120

Aux dernières nouvelles, l’homme a du se faire opérer pour stopper cet afflux incontrôlé et interminable de sang dans ses parties rigidifiées.

Je ne sais pas pourquoi je poste ceci ici car il n’y a pas grand chose à ajouter tant cette histoire est navrante.

Mais bon, si il s’en tire sans séquelles ça reste presque rigolo, presque… 🙄

Philanthropie nippone

200113

Ce weekend, le milliardaire japonais Yusaku Maezawa (en photo ci-dessus) a fait sensation en décidant de distribuer un milliard de yens (8,2 millions d’euros) à mille abonnés à son compte Twitter qui avaient retweeté son annonce avant le 7 janvier minuit heure de Tokyo.

Du coup vu que cela représente 8200 euros par personne, cette opération a eu tant de succès que plus de 4 millions de personnes ont rempli les conditions de participation ce qui fait qu’un tirage au sort sera organisé pour déterminer qui seront les heureux veinards.

Yusaku Maezawa ne fait cependant pas cela pour se donner une bonne image. Ce milliardaire qui a fait fortune en créant un gros site de vente sur Internet très populaire au Japon et qui a acheté une place pour aller sur le lune en 2023 avec le projet Space X d’Elon Musk, bref ce personnage hors norme semble vouloir comprendre le pouvoir de l’argent.

En effet, le milliardaire demande aux futur(e)s heureu(ses)x gagnant(e)s de rester en contact avec lui pour lui confier ce que cette somme a changé dans leurs vies. Yusaku Maezawa va aussi travailler avec des sociologues et des économistes pour donner un sens à toutes les données qu’il va récupérer.

Maezawa San si un jour vous lisez ceci sachez que le bon sens français vous aurai fait économiser pas mal d’argent car oui dans notre pays le proverbe  » L’argent ne fait pas le bonheur mais y contribue grandement » résume et solutionne le rôle de l’argent dans nos sociétés modernes. Mais pour cela encore faut-il pouvoir distinguer nos besoins réels générateurs de progrès et de bien être personnels des besoins qui sont créés et imposés aux masses pour faire tourner notre économie. Et là c’est un grand sujet qui n’a pas sa place le lundi…

Miaou miaou passe muraille…Ou presque

Des histoires bien crétines comme on les aime… Pour la première édition de 2020 laissez-moi vous présenter Patmol (traduction approximative du nom donné par ses propriétaire à un chat anglais un peu particulier).

200106

Ce chat comme tous les chats aime se balader en suivant un itinéraire plus ou moins régulier, mais il y a trois jours, celui-ci a décidé de tenter d’entrer par effraction dans une prison de sa Majesté, celle de Haverigg, en escaladant une clôture de fils barbelés avec des lames de rasoirs de près de 8 mètres de haut. Pendant son périple l’animal a failli tomber à trois reprises.

Alertés par les détenus, un spécialiste de la RSPCA (la SPA de sa Majesté) est venu avec des échelles et tout plein de matériel pour sauver le chat qui avait fini par se retrouver bloqué dans les fils de fer coupants. L’animal terrorisé, résistait avec force et a bien compliqué la tâche du sauveteur qui ne comprend toujours pas comment ce chat est arrivé à entrer si loin dans l’enceinte de la prison.

Cet expert ne voulait pas que le chat passe son réveillon dans un refuge, il l’a donc emmené avec lui chez lui. L’histoire ayant fait pas mal de bruit dans le voisinage, les propriétaires de Patmol sont venus récupérer leur chat qui ne souffre que de quelques coupures sous les pattes.

Patmol avait disparu depuis trois jours (chose assez courante pour un chat, un animal qui n’est jamais vraiment domestiqué), et ses propriétaires n’étaient donc pas inquiets. Suite à tout cela, Patmol sera pucé pour pouvoir être identifié plus rapidement.

Conclusion de tout ça : Une fois de plus, le plus débile n’est pas le chat mais les réseaux sociaux qui font le buzz sur un fait encore plus ordinaire qu’un fait divers. L’article sera bien sûr lu par les CCL (crazy cat ladys) et autres intoxiqués des chats mais n’apportera rien de constructif si ce n’est une page supplémentaire dans ces lundis bêtes.

Source : The independent

La bonne excuse pour ne pas faire la vaisselle

Vous qui lisez ce blog savez que je suis fasciné par le Japon. Cependant peu à peu en vieillissant et en constatant la lenteur de mes progrès en japonais, je me sens de plus en plus attiré par un autre pays à peine plus loin : l’Australie.

En Australie tout essaie de vous tuer et on y trouve beaucoup de gens très intéressants qui restent stoïques en acceptant de vivre dans ce qui pour beaucoup de personne est un enfer sur terre (alors que pour moi, ce pays où se trouvent les plus beaux spécimens d’araignées et de serpents qui en plus s’invitent chez vous, correspond plus à l’idée que je me fais du paradis  :mrgreen: ).

Dernier exemple en date, le weekend dernier un couple vivant à Paris Creek dans le sud de l’Australie a appelé un spécialiste pour régler un souci avec leur lave vaisselle…

191230b

Et oui, ce n’est pas un bout du joint qui s’est barré et qui gigote, il s’agit bien d’un serpent dans le lave vaisselle. 😯

L’animal a été délogé avec le plus grand soin par un herpétologiste qui l’a plus tard identifié comme étant un serpent brun, Pseudonaja textilis, un serpent comment dire… assez connu ! 🙄

Wikipedia : Le serpent brun est le serpent terrestre le plus venimeux au monde juste après le Taïpan du désert (Oxyuranus microlepidotus), endémique de l’Australie. C’est un serpent qui évite le contact humain mais qui a un venin qui peut être mortel pour l’homme à cause de sa toxicité neurologique (neurotoxine) et hématologique (facteurs de coagulation).

Sinon voici la vidéo de l’extraction :

Ah ! vivre en Australie avec des araignées grosses comme des assiettes qui se baladent sur les murs, des requins dans les eaux bleues et à présent des serpents dans le lave-vaisselle… Si ça n’était pas si loin j’aurai déjà réservé pour mes prochaines vacances ! 😀

Un lundi pas si bête pour une fois…

Ces pages sont souvent pleines de pessimisme ou plutôt comme je suis obligé de le reconnaitre de réalisme quant à l’avenir de ce monde.

Car entre les crises écologiques, économiques, politique et sociétales qui ne cessent de défiler aux infos, il ne reste que très peu de place pour l’espoir.

Du coup espérer devient en soit une attitude vraiment insolite non ?

Mais une fois écrit cela il faut bien réaliser qu’en dépit de ce triste constat les bonnes nouvelles existent mais sont hélas bien moins médiatisées car moins vendeuses pour une humanité qui quelque part a renoncé à sa survie.

Et c’est là qu’entre en scène Mauro Gatti, un publicitaire italien qui a décidé en cette fin d’année de mettre en dessins les plus belles nouvelles qui ont jalonnées l’année 2019. En voici donc un exemple :

191223

De haut en bas et de gauche à droite il s’agit des lois françaises qui interdisent aux supermarchés de jeter la nourriture invendue, de La France (et oui encore) qui a interdit les 5 pesticides qui tuent les abeilles, de la diminution de 39% des morts liées au cancer du sein et enfin d’un projet de nettoyage de l’océan Pacifique qui espère enlever 50% des plastiques en 5 ans.

Bref que des bonnes choses que l’on ignore ou que l’on a sous-estimé face à une actualité dramatique et inquiétante.

Grazie mille signore Gatti ! 😀

Travailler comme des bêtes

191216

Le 17 novembre dernier, le département de police de Goddard au Kansas a été stupéfié de découvrir trois animaux qui se baladaient en toute liberté, des animaux en liberté cela est fréquent mais lorsqu’il s’agit d’un âne, d’une vache et d’un chameau qui font route ensemble sans humains à coté et dans un climat d’entente si cordiale il y a de quoi se poser des questions.

Mais le plus marrant dans l’histoire c’est ce que l’on vient d’apprendre il y a quelques jours à propos de cet étrange trio d’apparence si biblique.

Ces animaux dont on vient à peine de retrouver le propriétaire ont été « engagés » par les propriétaires du parc naturel dans lequel ils erraient pour animer une crèche vivante dans une fête de Noël dont le nom est un jeu de mot alambiqué : « Happy Hoof-i-days »  (Hoof c’est sabot).

C’est tout de même beau de voir les animaux américains donner une crédibilité aux discours de nos dirigeants.

Car oui, ils n’ont même pas eu besoin de traverser la rue (vu qu’il n’y en avait pas), une simple balade dans le parc et paf! Ils trouvent un job ! Si c’est pas beau l’Amérique ! 😈

Un bar animalier bien particulier

Les bars animaliers où les clients peuvent caresser voire jouer avec des animaux sont de plus en plus à la mode dans le monde entier. Au Japon et ailleurs on trouve facilement des bars à chats, des bars à lapins, etc.

Alors bien sûr les russes ont voulu s’y mettre aussi.

Et vu que les russes sont bien connus pour être des sacré(e)s gaillard(e)s devinez quels animaux ils ont décidé d’utiliser ?

Et oui, des hérissons ! 😯

Et oui dans le bar Ejeminutka à Moscou, pour environ cinq euros, les clients peuvent jouer avec un hérisson, tout en dégustant une boisson chaude. « Ici, je peux être avec les hérissons, prendre des photos avec eux », s’amuse une jeune cliente.

Mais attention, les règles sont strictes.

Maria Nesterking, experte en hérisson, explique : « Il ne faut pas parler fort. Il faut les tenir correctement, dans la bonne position. Les hérissons ont un front très sensible. Ils ont des muscles ici qui leur permettent de s’enrouler ». Le hérisson bénéficie par ailleurs d’un week-end de trois jours.

Mais cela leur suffit-il pour être heureux ? En 2020, la Russie interdira les bars à animaux qui ne respectent pas leur bien-être.

Source de l’article : France Info