Tu le veux mon gosse ? Et bien…

191202

Voici un lundi bête un peu spécial et hélas bien trop parlant pour le travailleur social que je suis. C’est une histoire triste et choquante qui n’a rien de drôle.

L’histoire commence le 20 novembre 2017 dans un hôpital en Angleterre où une mère de famille son mari et ses enfants sont assis sur un canapé face à une femme policier et des travailleurs sociaux. Cette réunion a pour but d’informer cette mère des conséquences de maltraitance suspectée sur le plus grand de ses enfants. Bien que les faits ne soient pas vraiment établis, la justice et les travailleurs sociaux veulent placer le petit dernier, un bébé de 13 kilos.

Et c’est là en entendant le verdict que cette mère pète les plombs et balance son enfant sur la policière qui vient de lui signifier cette décision. Et quand j’écris balance,  il faut bien comprendre que le bébé a volé dans les airs. Dans un réflexe pour éviter que sa tête ne heurte celle du bébé, cette dernière jette sa tête en arrière. Ce geste de protection aura un prix très lourd pour cette policière elle-même maman, puisque ce faisant elle se coince un nerf dans sa colonne vertébrale ce qui risque de lui faire perdre l’usage de son bras gauche.

Pour éviter cela, cette policière a subit une opération qui lui laisse une cicatrice de 15 centimètres ainsi que de graves séquelles qui vont lui interdire d’exercer ses hobbies, se coiffer, s’habiller sans aide et même prendre sa propre fille dans ses bras.

Ce weekend la mère est donc passée en jugement pour son acte inqualifiable. Pendant l’audience son avocat raconte alors la vie très perturbée de cette femme (en photo ci dessus) : parent drogués qui n’ont pas voulu d’elle, placée en bas age, puis 39 lieux d’accueil successifs pour finir avec de multiples troubles qui vont de la dyslexie aux troubles de l’attachement. Du coup avec un tel récit et deux ans après les faits, le juge après maintes réflexions a décidé de prononcer une peine assortie d’un sursis ce qui fait que l’accusée est ressortie libre après l’audience.

Que retenir de tout ça ? (Mis à part le fait que quand on annonce une décision de justice lourde à une famille, on doit le faire dans un lieu approprié et s’assurer que les enfants ne soient pas vers eux.)

Et bien ce qu’il faut en retenir c’est que la misère engendre la misère que la violence subie par cette jeune mère s’est répercutée sur cette pauvre policière et que les enfants des deux femmes seront des victimes collatérales de toutes ces violences et de ces manques d’amour et transmettront surement des choses pas très sympa à leurs enfants et ainsi de suite.

C’est bien cher payé même pour un pays libéral qui veut économiser toujours plus dans le social, le judiciaire et partout ailleurs. L’attentat de Londres de ce weekend perpétré par un terroriste libéré pour faire des économies (raccourci grossier mais pertinent) en est un bon exemple.

Au final ce fait divers sordide loin d’être anecdotique nous montre les conséquences d’une certaine politique libérale décomplexée qui veut réaliser des économies dans les secteurs médico-sociaux qui soutiennent les plus faibles, une politique qui commence à fleurir également en France…

Chien au volant…

… Mort au tournant ? Et bien non car figurez-vous qu’il y a quelques jours dans une banlieue de Floride, un chien a prouvé qu’il savait conduire peut-être mieux que certains humains.

Bon d’accord, ce n’était pas calculé mais le fruit d’un accident (la voiture avec le moteur qui tourne, le chien qui active la marche arrière car là bas la plupart des voitures n’ont pas d’embrayages et les commandes sont au volant).

191125

Le pauvre chien a ainsi tourné en rond dans cette voiture pendant une heure sous les yeux de la police qui avait bloqué le quartier avant que cette dernière ait l’idée de débloquer la portière de la voiture avec un code pour y entrer et libérer le toutou tout content de voir son calvaire se terminer.

Bilan de cette expérience, pendant une heure aucun dégât mais dans les dernières minutes sans doute à cause de l’intervention de la police, une poubelle et une boite aux lettres sur piquet ont été détruites. Plus de détails dans cette vidéo.

C’est une impression ou est-ce que la Floride revient souvent dans cette section ? 😈

Voilà pourquoi « flic » se dit « pig » en argot anglais!

191118

Encore une nouvelle insolite animalière ! Cette fois ce sont des sangliers qui ont activement quoique malgré eux, participé au démantèlement d’un trafic international de drogue en Italie.Non, je ne délire pas, l’histoire a d’ailleurs été bien relayée.

L’affaire débute en mai 2018. Après l’assassinat d’un jeune albanais, la police met en place des écoutes pour plusieurs suspects de cet homicide. Manque de pot il ne parlent pas du meurtre mais par contre évoquent leur problème majeur : la destruction de leurs planques de cocaïne par les sanglier qui déterrent et éparpillent la poudre blanche stockée dans des bocaux enterrés en forêt.

Au téléphone, le suspect indique qu’environ 20000 euros ont été ainsi perdus… Les trafiquants utilisaient des noms de code pour évoquer la drogue (apéritif, prosecco, vin, café…), ce qui n’a pas trompé les enquêteurs qui ont réussit à coincer les coupables.

Leur trafic durait depuis au moins septembre 2018, et portait sur environ 2 kilos kg cocaïne par mois, de la cocaïne pure à 80-85%. Les dealers vendaient la drogue entre 80 et 100 euros le gramme.

Quand aux sangliers, j’espère qu’on a prévu de les envoyer dans un Betty Ford Center car vu que dans leur état normal ils font déjà des ravages et causent de graves accidents, je n’ose pas imaginer ce que ça donne lorsqu’ils sont sous l’emprise de stupéfiants aussi concentrés… Un Razorback transalpin ? 😯

Souvenirs de guerre (des bons pour une fois)

191111

Nous sommes le 11 novembre c’est sans doute pour ça que j’ai cherché une nouvelle insolite récente en lien avec la grande guerre, et coup de bol j’ai trouvé !

En 1917, alors qu’il faisait route vers la Finlande, chargé de biens destinés à la Russie tsariste, Le navire Kyros avait été coulé au large de l’île d’Åland par un sous-marin allemand. Le 22 octobre dernier, Ocean X, une entreprise spécialisée dans la chasse aux trésors marins et tout spécialement dans le renflouage d’alcools rares a retrouvé l’épave et a pu ainsi remonter après des jours de travail un incroyable trésor : 600 bouteilles de cognac et 300 de Bénédictine.

Le plus incroyable dans tout ça c’est que ces bouteilles de plus de 100 ans ont été préservées d’une part par les conditions très favorables qu’offre la mer Baltique et surtout par le fait qu’elles étaient soigneusement scellées à l’étain. Ces alcools fins en cours d’analyse dans des laboratoires, ont ainsi de grandes chances d’être tout à fait consommables et seront vendus à prix d’or aux enchères internationales.

Gouter un tel alcool est un privilège rare, Peter Lindberg le responsable de l’expédition avoue en riant à moitié, ne pas avoir les moyens de se garder une bouteille pour la déguster. Et oui la chasse aux trésor suppose pas mal de sacrifices pour rester rentable.

Reste que cette activité d’aventurier fait rêver pas mal de monde… 😎

Burger watching

Cette semaine, les lundis insolites nous emmènent en Islande, un pays connu entre autres choses pour être un des seuls pays en Europe à ne pas avoir de Mac Do sur son sol. Car oui cette firme courageuse et vertueuse avait fuit le pays lors de la grande crise économique de 2009. Le 31 octobre de cette année-là, juste avant la fermeture des trois restaurants encore en exploitation, un islandais, Hjörtur Smarason achète un menu et décide de le mettre sous cloche pour la symbolique et pour vérifier si ce genre de nourriture ne se décompose pas comme le prétend la légende.

191104b

Au début Hjörtur le laisse trainer dans son garage puis cette « œuvre » est accueillie au musée national d’Islande avant de continuer son trajet dans une auberge puis dans une maison d’hôtes à Thykkvibaer, dans le sud de l’Islande.

Aujourd’hui, c’est à dire dix ans plus tard, ce menu est devenu un peu moins présentable (cf.ma capture d’écran plus bas) mais n’est toujours pas décomposé, à priori à cause de l’absence d’humidité dans l’air. Le plus insolite dans tout ça c’est que vous pouvez surveiller son état en vous branchant sur le site de la maison d’hôtes qui l’abrite et qui le filme en temps réel : https://snotrahouse.com/last-mcdonalds/ Pas sûr que ce genre de publicité soit du goût du roi de la malbouffe… 😆

191104

 

 

Un jour, j’aurai ta peau !

191028

La réalité rattrape parfois la fiction et quelques fois de façon un peu morbide à l’exemple de cette édition des lundis de l’insolite édition Halloween.

Dans certains films d’horreur comme « livre de sang » inspiré de Clive Barker ou dans d’autres films bien plus profonds et vertigineux comme « The pillow book », on retrouve le même fantasme, celui de récupérer la peau d’un être humain pour conserver ce qui est écrit dessus (des histoires macabres écrites par les spectres  dans « livre de sang » ou de magnifiques choses écrites dans des langues très diverses pour « The piloow book »).

Dans le cas du film d’horreur c’est choquant  dégouttant et effrayant mais dans le cas du film « The pillow book » la métaphore est magnifique et sensuelle. Mais qu’importe, dans un cas comme dans l’autre cela n’était que de la fiction, du moins jusqu’à aujourd’hui.

Car oui, c’est à Cleveland qu’à la suite d’une discussion avec un des ses amis qui disait vouloir que son tatouage lui survive que Michael Sherwood (photo ci dessus), gérant de pompes funèbres, a eu l’idée de lancer avec son fils Kyle un service très particulier qu’il a nommé : « save my ink forever » (Sauvegarde mon encre pour l’éternité).

M Sherwood avance que le lien qu’entretient les personnes avec leurs tatouages et le tatouage de leurs proches est souvent très fort et mérite d’être prolongé.

Son idée a donc été de proposer un service permettant aux personnes qui le désirent de se faire prélever la peau sur laquelle se trouve leurs tatouages  pour qu’elle soit préparée et traitée pendant plusieurs mois jusqu’à ce qu’elle puisse être mise sous verre ( un verre anti UV de très haute qualité utilisé par les musées)  le tout exposé dans un cadre mural ou comme une œuvre d’art. Après tout, certaines personnes gardent bien chez elles des cendres de leurs défunts dans des urnes, non ? Voici ce que ça donne :

191028b191028a

Impressionnant… Il n’en reste pas moins que pour préserver la dignité des personnes et éviter que cette idée ne devienne une foire aux monstres, Michael et Kyle Sherwood ont été obligés de refuser des tas de demandes absurdes voire glauques comme utiliser la peau tatouée pour faire des abat-jour ( pas de « s » j’ai vérifié) ou des couvertures de livre.

Le service lancé discrètement en 2016 est devenu viral sur la toile et après trois ans les demandes ne cessent de s’accumuler. Cependant si vous êtes tentés sachez que cette opération coute 1599$ pour un tatouage de 13cm sur 13cm et coute cent dollars de plus pour chaque pouce (2,5cm x2,5cm)de peau en plus.

C’est sans doute pour se faciliter le travail que M Sherwood et son fils ont fixé de tels tarifs car oui, à ce prix leurs clients après s’être acquittés de leurs factures n’ont plus que la peau sur leurs os !  😆

La physique ça peut être fun aussi…

Ce week-end au Michigan, USA, une équipe de jeunes scientifiques a dévoilé et exposé une œuvre aussi imposante que sympa visant à promouvoir la science auprès des jeunes. Pour ce faire ils n’ont pas hésité à battre un record officiel du Guinness book en créant le plus grand tableau périodique.

191021

Chaque case créée sur toile mesure 5,5mètres sur 4m30 et l’œuvre assemblée occupe un espace de 120 mètres sur 50. D’ailleurs un stade d’athlétisme tout entier a été mobilisé pour pouvoir l’exposer en entier.

Au final on retient que ce projet aussi spectaculaire soit-il est tout de même très sympathique vu qu’il vise à attirer l’attention des jeunes de la nouvelle génération sur les sciences pour que un plus grand nombre d’entre eux s’engagent dans cette voie et trouvent des solutions pour peut-être un jour sauver la planète. Mouhais… 🙄