Archive informatique

Mercredi 29 mars 2006

Cher Francis,

Une fois de plus je reviens d’une intervention pour dépanner un ordi rongé par des centaines de virus (enfin une douzaine de virus qui s’étaient reproduits dans la machine infectant 405 fichiers). J’ai réussi non sans mal à le nettoyer et à réinstaller une solution gratuite et efficace pour prévenir de futurs problèmes, par contre je n’ai pas réussi à réparer tous les dégâts causés par ces vermines.

C’est donc avec une grande frustration que je suis redescendu chez moi. Pendant le trajet de retour sur une route sinueuse et pentue, je me disais en moi-même que la vie est vraiment trop courte alors que nous avons tant de choses à apprendre.

Je rêve d’apprendre encore plus de choses sur les ordinateurs pour pouvoir aider encore plus de gens, je rêve de pouvoir continuer mon étude des araignées, de pouvoir apprendre d’autres langues…

Mais il me faudra combien de vies pour tout ça ?

En tout cas ce soir il me faudra une bonne nuit de sommeil pour m’en remettre…

A demain donc mon cher Francis…

Aujourd’hui, 13 ans plus tard, plus personne ne fait appel à moi pour dépanner les ordis, les gens sont devenus plus méfiants et vu que je suis bien moins disponible font appel à d’autres personnes. Moi je suis encore plus méfiant donc je n’ai jamais de soucis de ce genre du coup ma science de chasseur de virus stagne et du coup régresse, dommage.

Joker bis

Semaine très difficile au travail entre ceux qui ont le complexe du messie et qui veulent sauver le monde et ceux qui pensent que l’action d’un travailleur social s’arrête au seuil de la demeure des familles. Beaucoup de colères, de cris de crises et moi face à tout ça je ne sais pas vraiment où me placer du coup j’ai cherché refuge auprès de la fée verte:

190328

Alors du coup et bien oui je suis trop pompette pour faire un long article sur un anime japonais qui n’intéressera personne… 😉

Envie de faire de l’urbex ?

Bienvenue sur Glauque-Land ! Depuis 2001 le but de ce site est de vous faire partager ma passion pour des lieux particuliers : les endroits abandonnés. Au programme : manoirs, châteaux, forts militaires, carrières, hôpitaux, friches industrielles etc. Cette activité porte un nom : «urbex» («urban» + «exploration»). Visiter ces endroits est une pratique dangereuse (et illégale) que je ne vous recommande pas, et c’est pour cela que le site ne donne pas les localisations de ces lieux.

190327

Voici ce qui est écrit sur ce site, alors si vous avez envie de faire une visite virtuelle de lieux abandonnés en France en regardant les très belles photos sur ces pages, et bien rendez-vous sur : http://www.glauqueland.com/index/index.htm

Cauchemar aggravé

190326

Ma vie a été jalonnée de traumatismes plus ou moins graves. Parmi ceux qui m’ont le plus marqué et qui ont encore de grandes conséquences aujourd’hui, se trouvent mes échec lors des examens en fac de droit. Entre stress et manque de préparation, j’ai eu droit à de mauvais résultats qui m’ont conduit à mettre 7 ans à passer un diplôme que les plus brillants décrochent en 4 ans.

J’ai passé des nuits à pleurer dans ma chambre de CROUS parfois jusqu’à espérer la mort pour enfin être délivré de ces examens et du stress qu’ils me causaient.

Du coup aujourd’hui encore en période de doute sur ce que je fais au niveau de mon travail, je rêve systématiquement que je suis à la fac et que je dois passer un examen important pour lequel je ne suis pas prêt vu que je n’ai pas révisé.

Ces cauchemars sont très puissants vu que leurs scénari (mot italien pluriel en « i » ) s’adaptent lorsque je tente d’en reprendre le contrôle. En clair dans mon songe lorsque je me rappelle que la fac est terminée et que j’ai décroché tous mes diplômes, mon cauchemar se transforme pour reformuler l’angoisse de l’échec en créant un nouveau script sur un autre scénario.

Le sens de ce cauchemar récurrent et pour moi très simple et clair, c’est la peur d’échouer et suite à cet échec d’être jugé et dévalorisé par les autres.

Mais si j’en parle aujourd’hui c’est que cette nuit ce cauchemar routinier et habituel a connu une évolution inquiétante. Je devais passer un examen important pour lequel je n’avais pas révisé comme d’habitude mais cette fois je devais utiliser un genre de clef électronique pour avoir le droit d’entrer dans la salle d’examen. C’est alors que ma clef s’est brisée et que j’ai été refoulé par la machine.

Et là bizarrement j’étais soulagé.

Et c’est justement là que je m’inquiète très fort. Mon subconscient est en train de me dire qu’entre les mutations de mon travail, les difficultés des enfants, le manque de soutien, les inégalités de traitement entre mes collègues et moi et surtout mes doutes sur mes capacités et sur la pertinence de ce que je mets en place, que mon travail autrefois magique, est devenu une source de souffrances et d’angoisses.

Ceci dit, je fais comment pour expliquer à mon subconscient que les années 80 sont loin derrière nous et que je suis obligé de m’accrocher à mon CDI ?

Miam !

Ce lundi bête nous emmène à Montréal où une femme de 26 ans a eu une drôle de surprise en ouvrant le sac de salade acheté quelques jours plus tôt.

190325

Et oui, cette brave dame a eu droit à un petit supplément amphibien puisqu’une grenouille était piégée entre les feuilles de salade et a donc vécu comme cela quelques jours au frigo. Son premier reflex a bien sûr été de faire un post.

190325b

Sinon là encore l’histoire se termine bien vu que cette jeune femme a décidé d’adopter la grenouille après avoir tout de même signaler l’incident au supermarché afin que plus de vigilance soit déployée à l’ensachage des salades.

En même temps avoir une grenouille vivante dans son sac de salade ça fait très bio en prouvant l’absence de pesticides dans l’exploitation et pour les français alors là c’est banco vu que ça donne deux cuisses gratuites !

Je rigole avec ça mais personnellement, alors que je mange n’importe quoi, manger des cuisses de grenouilles ce n’est juste pas possible pour moi pour des raisons éthiques.