Intelligence superficielle

Là je suis fier de mon titre, ça en jette non ? Alors oui, aujourd’hui la teneur de mes propos va tendre à évoquer cette fameuse intelligence artificielle dont on nous parle sans cesse sans vraiment la définir et surtout en pointant les dangers de ses futures et éventuelles dérives. Se retrouver dans un monde gouverné par des algorithmes et autres formes de programmes plus ou moins autonomes.

Ce genre de craintes me fait bien rigoler vu qu’en fait c’est déjà le cas, sauf que les algorithmes des plateformes de streaming ne tiennent pour l’instant que notre temps libre en otage. Pour la contrainte physique des êtres humains aux cerveaux branchés sur un monde virtuel pendant que leurs corps sert de pile à cette machine pensante, il y a encore beaucoup de chemin à faire.

Et c’est là que j’en arrive à la chaine You Tube de ce jour avec laquelle je vais illustrer mes propos en espérant vous arracher un petit sourire au passage.

Le programme Jukebox est une expériences intéressante et aussi très marrante. Les développeurs de ce logiciel choisissent des petits morceaux de chansons populaires puis les font analyser par le programme qui a pour tâche d’inventer la suite (attention quand je dis inventer c’est la musique ainsi que les paroles!) en utilisant son intelligence artificielle. Si vous avez un ordinateur ultra performant (au delà d’un alienware) vous pouvez essayer de télécharger le programme pour faire vos essais. Au final ce qui en ressort est soit intriguant, soit hilarant et parfois sombre et inquiétant.

Car oui, même à mon petit niveau de musicien grand débutant je sais que trop bien que la musique n’est pas seulement une construction mathématique logique et prévisible. Les règles de l’harmonie sont bien réelles et viennent limiter les possibilités mais avec ce qu’il reste, l’âme humaine fait la différence et se montre capable de créer des œuvres qui plaisent à nos oreilles. Bref, Matrix ce n’est pas encore pour demain ! 😆

Pandemonium

Journée de merde, j’ai été poussé à bout par une gamine que je vais finir par détester aussi fort que je l’ai adoré. Mais là c’est bon, je n’ai plus aucune pitié pour elle, elle rejoindra la liste des enfants avec lesquels j’ai tenté de travailler et pour qui je n’ai rien pu faire faute de soutiens et surtout de volonté de leur part de s’en sortir.

Et ça ne m’emperchera pas de dormir.

Car oui je suis au clair depuis toujours, je ne suis pas le messie, parfois je n’y arrive pas malgré tous mes efforts car les circonstances contraires sont plus fortes que mes faibles compétences qu’une journée de merde comme aujourd’hui suffit à remettre en question.

Enfin bon, ce soir j’écris ça sur le coup du désespoir et de la colère mais demain je lui aurai déjà pardonné.

Son histoire recoupe la mienne et nous avons beaucoup de choses en commun, mais ce n’est qu’une gamine de dix ans qui terrorise le groupe des 13 enfants et qui empêche de travailler trois classes en même temps. Il est donc grand temps de la calmer et pour ça avec mes collègues on sait se montrer créatifs et efficaces.

Minous mélomanes

Même en ces périodes sombres, la folie des humains et leurs excès vis à vis de leurs animaux de compagnie reste une valeur sûre, un bon moyen de lancer des affaires juteuses. C’est ce que semble avoir compris David Teie, un américain, musicologue et ancien violoncelliste du National Symphony Orchestra de Washington.

David Teie a en effet commencé par lancer une opération de financement participatif qui lui a rapporté 200 000 dollars et lui a permis de créer un album de musique très spécial vu qu’il est destiné aux chats.

Fort de ce succès un second album a été créé ainsi qu’une plateforme de vente en ligne musicforcats.com qui permet de télécharger chaque album pour le prix de 17 dollars pièce. Ces albums contiennent des morceaux de musiques composés sur la base d’études comportementalistes sur les chats.

Les morceaux sont plutôt planants et mélancoliques et font une belle place aux instruments acoustiques notamment le violoncelle. On entend aussi constamment un ronron de fond dont l’intensité et la tonalité varie selon les morceaux. Vous pouvez en entendre des extraits gratuitement sur le site dont j’ai donné le lien plus haut.

Cependant contre toute attente, cette plateforme rencontre un énorme succès, les deux albums vendus sous forme de fichiers à télécharger partent comme des petits pains.

Au final je me demande si ce ne sont que les chats qui l’écoutent, les ronronnements de chats bien présents sur ces morceaux sont des sons qui sont tout à fait de type à déclencher une sensation d’ASMR et par ces temps de stress intense c’est assez bienvenu.

Hélas mon siamois qui a 17 ans est presque sourd et ne supporte plus la musique depuis que je m’y suis remis, je n’ai donc pas d’excuses pour acheter cet album en ligne afin de vérifier mon hypothèse ASMR! En bonus ci dessous un « mème«  sur le thème de la musique pour relaxer les chats qui me fait rigoler très fort. 😆

Souvenirs…

C’est dimanche et je suis encore dans mes dossiers, je tape des pages d’observations cliniques sur les enfants que j’accompagne en écoutant du jazz japonais des années 70. Au dehors la pluie et le vent s’en donnent à cœur joie me faisant frissonner malgré le chauffage que j’ai relancé hier.

Bref il est bientôt 17h00 et je n’ai pas eu le temps (ni le courage, ça caille) d’aller dans mon labo développer un film pour la photo de ce dimanche.

Du coup je ressors une archive, une photo prise il y a plus de dix ans au bout de la plage de Port la Nouvelle vers une cabane abandonnée et effrayante. J’étais avec Sarah ma regrettée nièce et Dimitri mon neveu et nous avons eu l’idée de cette mise en scène stupide représentant les gens que nous imaginions vivre dans ce taudis. C’est très bête mais ça reste un bon souvenir… :mrgreen:

Fujica HDM (baroudeur) sur trépied avec retardateur, film HP5 ou tri-X je sais plus…

Noël en septembre ?

Est-ce une idée des commerçants pour relancer les affaires en ville malmenées par une économie en vrille entre deux confinements ou est-ce juste un délire entre potes pour un enterrement de vie de garçon ou autre blague potache ? Le fait est que hier en amenant ma mère chez l’ORL j’ai vu et photographié ceci :

Ces pères noëls se sont baladés partout et sont entrés là où ils le pouvaient.

Bizarre… Et bien sûr rien dans les journaux de la presse locale, le mystère restera donc entier et c’est plus marrant comme ça ! 😆

Archive tragi-funeste

En septembre 2008 après avoir parlé chaque jour à Francis un interlocuteur imaginaire, j’avais décidé de m’affranchir de ce personnage et de passer à une autre formule de blog mais pour ça je devais bien sûr l’enterrer et faire son éloge funèbre.

Francis, né et mort pour le blog de Watanuki. Repose en Paix Francis !

Jeudi 25 septembre 2008

Cher Francis,

       Nous y voilà enfin. Cela fait aujourd’hui exactement trois ans que ce blog a été ouvert. C’était le dimanche 25 septembre 2005 à plus de minuit.

Quelques jours plus tard je te tirai du néant pour faire de toi mon interlocuteur privilégié. M’adresser à toi était une façon sympathique de parler pour nos visiteurs qui dans leur grande majorité sont des amis voire des proches.

En trois ans tu as tout découvert de moi, mes cotés sombres, mes coups de gueule digne d’un comptoir de bar, mes moments de détresse, de doute, de peur comme les plus beaux jours de ma vie ( L’obtention de mon diplôme d’état, l’arrivée de ma nouvelle vieille 309…).

Alors aujourd’hui pour fêter les trois ans de ce portail blog et son relatif succès, j’ai envie de te faire le plus beau cadeau qu’il soit possible de te faire, le plus beau don que l’on puisse faire par amitié, le don de la mort !

Aucune protestation ? Pas de dernière volonté ? Non ! Bien sûr tu es resté presque muet pendant trois ans donc ce n’est pas quelques instants avant de périr que tu vas commencer à l’ouvrir ! Et bien voilà à « 3 » tu n’existera plus que dans les archives !

1,

2,

3 !!!

Et oui ! vous ne rêvez pas ! A partir de demain mes messages ne commenceront plus par « cher Francis » mais auront un titre.

Cela faisait longtemps que je voulais libérer Francis et faire travailler mon imagination pour trouver des titres mais à chaque fois je trouvais une bonne raison de ne pas le faire. Je profite donc de cet anniversaire d’aujourd’hui pour le faire.

J’ai aussi changé quelques détails sur le portail, je voulais tout changer mais je n’ai rien trouvé de satisfaisant pour opérer une totale révolution. Je me suis donc contenté de supprimer la page « mes textes » et de réécrire ma biographie en l’actualisant un peu.

La rubrique « Itube » existe toujours mais en attendant de trouver un concept et les fonds pour acheter un caméscope ou appareil photo numérique, je ne ferai que reprendre des vidéos de You Tube pour vous les présenter chaque dimanche en expliquant mon choix.

Francis est mort, quelques convulsions post-mortem secouent encore sa carcasse numérique… Repose en paix vieil ami et vive le blog de Watanuki !

Le retour des clowns dégueus

Je ne sais pas combien de temps cette vidéo qui vient d’être mise en ligne va y rester avant d’être censurée… C’est horrible, stupide, provocateur…. Bref tout ce que j’aime mis à part que ce sont des clowns, et oui je fais partie des gens qui les haïssent. 👿 Un conseil : n’allez pas voir leurs autres vidéos vous n’êtes vraiment pas prêts, sérieusement !

Vide…

Nous sommes lundi soir et je compose en avance mon billet pour demain pour éviter une nouvelle rupture de la continuité de publication de ce blog dont je ne regarde même pas les chiffres de fréquentation.

Toute la semaine j’ai des idées et je me dis vivement mardi pour parler de ci ou de ça. Cela fait un mois que je veux par exemple évoquer le coté duel de notre univers qui ne semble exister qu’à travers des rapports de forces entre deux opposés. Mais non c’est lundi et je suis déjà fatigué et hélas démotivé.

Mon apprentissage de la musique n’avance pas, je passe mes weekends à faire du travail pour remplir les dossiers ou pour créer de nouveaux outils pour la salle où je travaille avec les enfants. Les temps de travail que je devrais occuper à parfaire ces outils avec mes collègues sont monopolisés par des réunions aussi stupides que vaines pour faire passer la pilule de la fusion des différents services dans le même bâtiment.

Mais je m’en fous de tout ça, je baisse la tête et je fais ce que l’on me demande tout en étant bien lucide sur la réelle portée de ce pseudo travail.

Alors pour tenir j’ai la présence des enfants, veiller à leur développement, rigoler et passer de bons moments avec eux lorsque c’est possible et les sanctionner avec une fermeté respectueuses lorsque c’est nécessaire. Cette année mon nouveau groupe compte des enfants très intéressants que je découvre un peu plus chaque jour. J’ai aussi mes projets, mes activités, les traces de mon travail que je laisse sur le blog que je tiens pour le groupe, bref des tas de choses qui me font oublier non seulement mes soucis avec les changements négatifs à l’établissement mais aussi toutes les choses qui m’inquiètent et me pourrissent le moral et la santé.

Demain mercredi, je vais sans doute faire une séance portrait/développement avec les enfants et le Mamiya RB sd Pro. On va encore bien s’éclater !

Sinon promis, cette semaine dès que je trouve un temps de cerveau disponible, je commence un article de fond pour mardi prochain. Les états d’âme d’un éduc c’est gonflant. :mrgreen:

Alligator sous hélium

Alors que de très nombreux scientifiques s’acharnent à trouver un vaccin et ou un remède à la COVID-19, d’autres savants se concentrent sur des tâches toutes autres.

C’est le cas d’une certaine équipe de recherche constituée de scientifiques de plusieurs pays (Autriche, Suède, Japon, États-Unis et Suisse) qui s’est fait remarquer la semaine dernière en livrant les résultats d’une expérience de prime abord farfelue et superfétatoire.

Leur but était de savoir quel son un saurien (ici un alligator chinois) émettrait si il respirait de l’hélium, le fameux gaz qui donne une voix de souris aux humains et des éclats de rire à ceux qui les entendent.

Bien sûr il ne s’agissait pas de se marrer en faisant couiner la bestiole, mais bien de déterminer la capacité des alligators (et autres sauriens j’imagine) et faire des vocalises pour vérifier leur hypothèses selon laquelle ces cris, variant selon leurs tailles, donnent des informations précises à leurs partenaires sexuels.

L’expérience a bien fonctionné validant la théorie des chercheurs. Leur découverte a été récompensée par un prix Nobel Ig en acoustique. Bravo à eux car maintenant on en sait plus sur les sauriens ! 😆