Distractions

190730

Étymologiquement, avoir des distractions, se divertir, signifie se détourner de quelque chose. En clair nous nous divertissons pour penser à autre chose.

Cette autre chose c’est un peu la somme de ce dont je parle que trop souvent (la planète qui meurt, la société au bord de l’effondrement, la peur de perdre mon emploi, la peur de la précarité, la mort et toutes les joyeusetés de ce genre).

On comprend donc que le divertissement n’est pas un simple passe-temps mais un réel moyen de survivre sans se laisser aller au désespoir.

Et si en plus de ça on peut en même temps produire des choses qui apporte du plaisir à soit et aux autres, alors là c’est encore mieux !

Alors pourquoi est-ce que je suis encore devant cet écran au lieu de prendre mon dispendieux matériel photo pour aller faire de la prise de vue ?

Et bien sans doute parce que lorsque l’on est trop lucide ou angoissé selon les points de vue, on n’arrive plus à se distraire et on reste en boucle sur des thèmes morbides et auto-destructeurs, en clair une voie toute tracée vers la dépression.

C’est pour ça qu’après avoir envoyé cet article, je vais lâcher mon ordinateur pour la journée et que je vais me forcer à me distraire pour de vrai. Mercredi et jeudi ce sera la virée en Saône et Loire alors j’espère que j’aurai des occasions de faire des photos pour justement sortir du grand marasme.

Stupidité encore…

Je déteste les téléphones portables qui servent à faire croire aux gens qu’ils sont reliés alors qu’ils ne sont que connectés, tout en créant de multiples dépendances et dans le fond peu de réels progrès (avant les portables on savait très bien se débrouiller pour passer des appels).

Je déteste encore plus les applications photo qui donnent des résultats débiles juste bons à faire rire les gosses et les ados attardés qui forment le gros de leur marché.

Et l’actualité vient de me donner raison.

Hamy Haehl, qui travaillait dans la petite enfance avant de devenir photographe professionnelle à Shelbyville Indianna, USA, utilise son expérience auprès des nouveaux nés pour faire des photos originales et sympathiques, elle donne même des cours en ligne pour partager ses connaissances photographiques et pédiatriques.

Jusque là tout va bien, sauf que la semaine dernière elle s’est mise à utiliser la fameuse application « face swap » pour coller le visage d’un adulte (le sien ?) aux bébés.

Forcément, elle a trouvé ça si drôle qu’elle a bien sûr posté (avec l’autorisation des parents, heureusement) quelques-unes de ses créations sur les réseaux sociaux.

Voici un exemple soft de son délire :

190729

Çà la fait rire tant mieux, moi je trouve que c’est juste horrible et surtout stupide.

Vu ce qui attend ces bébés dans le monde au bord du gouffre que nous leur laissons, il serait peut-être de bon ton de ne pas les ridiculiser dès leur naissance. C’est mon ressenti lorsque je vois une photographe s’égarer à ce point.

Mais si vous ça vous fait marrer voici le reste de ses œuvres sur sa page facebook.

Mein Nachbar Erik

aerik

Aero Ektar 180mm 2,5 Yellow dot, Graflex Pacemaker modifiée, plan film diapo développé par erreur avec de la chimie noir et blanc. Scan de tirage argentique sur papier RC avec mon Priox 4×5.

Pendant la seconde guerre mondiale, les américains utilisaient des objectifs spéciaux pour la photo aérienne, c’étaient les Aero-Ektar. A la fin de la guerre on les trouvait pour quelques dollars, et dans les années 80 pour quelques dizaines de dollars.

Jusqu’au jour où un photographe s’est amusé à en coller un derrière sa Graflex  Pacemaker 4×5… C’était David Burnett qui n’avait sans doute pas conscience que le fait de faire des photos pendant les jeux olympiques de Londres en 2012 avec ce matériel allait créer une mode et un attrait immense chez les amateurs de photographie argentique.

La particularité de cet objectif mis à part sa radioactivité c’est bien sûr sa grande ouverture de 2,5 très rare dans le monde du grand format et qui permet de créer des flous incroyables.

aerokit

Il y a de ça plusieurs années je m’étais amusé à photographier mon voisin Erik avec ce matériel que j’avais obtenu grâce à l’aide d’amis  de mon forum (Autrement je n’aurai pas pu l’acheter faute de moyens car de nos jours suite à un effet de mode, un kit Aero Ektar plus Graflex coûte plus de 1000 euros).

Un ami m’avait prêté 500 euros pour acheter la Graflex et un autre avait réparé un Aero Ektar que j’avais trouvé à 200 euros sur Ebay.

J’avais fait la photo sur un plan film diapo que j’avais développé sans faire exprès avec de la chimie noir et blanc, ce portrait est donc un vrai miracle.

J’ai bien envie de re-chopper mon voisin pour refaire son portrait mais cette fois en 8×10… :mrgreen:

 

Tuto : éveiller ses enfants à la musique

Ce gentil papa gaga plutôt doué pour la musique et le chant, a trouvé une façon simple et belle de partager sa passion avec ses enfants: leur faire faire un clip vidéo.

C’est gentil, mignon ça réchauffe le cœur et ça redonnerait presque un peu d’espoir après cette semaine aux contenus bien pessimistes…

A regarder et à garder sous le coude… 😉

Souvenirs de vacances

Cette année pour la seconde fois de ma vie, je ne pars pas en vacances d’été et je suis bloqué au village. Cette situation devrait me rendre triste mais en fait pas tant que ça surtout quand je relis ce que j’écrivais il y a 11 ans alors que je prenais le train chargé comme un âne pour aller à la mer :

190726

Samedi 26 juillet 2008

Cher Francis, comment t’écrire mon désastre ? Jamais je n’avais autant joué de malchance pour un premier jour de vacances. 

Le train arrive à l’heure en gare de Port la Nouvelle, je dépose mon chargement en photo ci contre devant le mur de la gare et là je remarque l’absence de taxis. Je tente d’en contacter, aucun n’accepte de venir nous prendre. Forcément un si petit trajet n’est pas assez rentable pour eux.

Nous voici donc, moi ma mère et mon chat (ce dernier était dans son panier depuis vendredi soir), obligés d’attendre le premier bus de 9H30.

Plus de deux heures d’attente.

Arrivés à l’appartement vers 10H00, nous découvrons médusés qu’une femme occupe les lieux, la précédente locataire faisait encore le ménage en fumant de très malodorantes cigarettes dont la puanteur se fait encore sentir au moment où j’écris ces lignes.

Nous voici donc obligés d’attendre encore plusieurs heures avec un chat hystérique hurlant des sons improbables pour un chat. Ca amuse les passants moi beaucoup moins. La dame de ménage nous ouvre le placard des compteurs électriques, nous y mettons nos valises et nous partons avec le chat et mon ordinateur portable boire un café pour tenter de retrouver un peu de calme.

Puis nous fonçons à l’agence pour avoir une explication et nous apprenons que la remise des clefs ne se fait que l’après midi à trois heures et que c’était écrit dans le contrat. D’un autre coté même si ma mère l’avait vu, nous n’avions pas d’autres trains possibles.

Nous réussissons à négocier avec l’agence pour que les clefs nous soient remises dès la fin de l’état des lieux.

Vers 12H30 la fumeuse quitte les lieux et nous nous installons enfin.

Je vais au supermarché chercher le sable à chat, j’achète une bière de l’Om que je vide d’un seul coup avant d’aller me plonger dans l’eau fraîchement vivifiante de la grande bleue. 

Je me laisse porter par les vagues, je n’ai pas la force de nager, je ne réalise même pas que je suis enfin arrivé.

Mon rituel de retrouvailles avec la mer est ainsi perturbé me laissant dans un état de confusion qui lui aussi perdure.

Mais bon, je n’ai pas à me plaindre, je vais en vacances de surcroît un mois, par les temps qui courent c’est un grand privilège que je ne saurai dénigrer. J’ai juste écris ces lignes en guise de mémento pour l’année prochaine, au cas où …

Denpa Kyoushi : Une apologie de la paresse

Voici un anime rafraichissant et raccord avec cette période estivale où l’on n’a plus rien envie de faire à part se trainer…

Cet anime met en vedette Kagami Junichirou, un hikikomori ou plutôt un NEET qui passe tout son temps à gérer son blog d’animes. Mais les apparences sont trompeuses vu que ce jeune homme est un génie scientifique auteur à 17 ans d’une thèse en physique sur la construction théorique d’un portail de téléportation qui a secoué le monde scientifique et lui a fait gagner un prix Nobel, rien que ça !

Mais voilà Kagami ne veut faire que ce qu’il veut et résume sa position en prétendant qu’il est victime d’un syndrome, le syndrome des AFV (les gens seulement Aptes à Faire ce qu’ils Veulent) 😆

Dans la pré-générique du premier épisode, sa sœur décide que cela doit finir et l’inscrit de force comme professeur dans le lycée qu’il fréquentait. Après deux épisodes les circonstances vont le pousser à quitter son poste et c’est là que l’anime devient vraiment barje avec le recrutement semi forcé de Kagami (il se fait virer du lycée suite à la diffusion d’une photo) dans un lycée très spécial et élitiste dirigé par celle qui est à l’origine de son licenciement.

C’est ainsi  que commence cette série en 24 épisodes dans laquelle Kagami va faire des rencontres improbables et grâce à d’habiles stratagèmes va changer de façon positive  les destin de nombreuses personnes. Sur ce point cet anime est encore victime des codes en vigueur, on retrouve la tsundere, la filles gothiques, la filles riche, les futsu… et bien sûr les méchantes filles en guise d’antagonistes à ces personnages. 🙄 Kagami est aussi incapable d’appeler les gens par leurs noms et leur donne des surnoms liés aux circonstances de leur rencontre ou à leurs traits distinctifs. On a donc « poing dans la figure » ou « nattes mal appairées »

On est loin de l’univers déjanté et violent de GTO mais cet anime est plaisant et les personnages très attachants.

Je vais d’ailleurs me repasser quelques épisodes mais avec les sous titres anglais. 😀