Sombre et intense

Voici une autre pépite de l’animation sur laquelle on pourrait écrire un mémoire tant le contenu artistique et symbolique est riche. Je l’ai regardé trois fois avant d’y poser une interprétation personnelle. Pour moi cette œuvre traite du rapport de l’homme à la technologie et à la science. Deux notions qu’il ne cesse de faire progresser en se coupant de la nature et en pensant qu’elles sont les clefs pour une auto-sublimation de la condition humaine. La réponse à cette hypothèse se trouve à la fin de ce court métrage d’une beauté absolue.

Absolument génial !!!

Je suis tombé sur ce court d’animation qui est sans doute un des meilleurs que j’ai présenté ici depuis le début de mon concept des jeudis animés.

Non je n’exagère pas car tout est absolument génial, inventif et hilarant. L’utilisation de la musique classique, le design des personnages, l’absurdité des gags et le final absolument délirant, tout cela me ramène à une époque où l’on osait encore faire des dessins animés différents au risque de surprendre voire de mettre mal à l’aise. Car oui quelque part l’univers imaginaire de ce court est un peu angoissant. Lorsque l’humain devient un être outil avec des angles droits un peu partout cela m’inquiète un peu.

Pourtant j’ai tout de suite adoré car cet univers m’est très familier sans que je comprenne pourquoi. Puis après avoir regardé le court trois fois j’ai fini par comprendre. le réalisateur est Eugène Boitsov, un réalisateur Ukrainien qui a intégré l’école de la poudrière à valence.

Je comprends donc pourquoi je suis devenu un fan instantané de son travail; ce court d’animation est très influencé par les dessins animés de l’ère soviétique que j’ai découvert pendant mon voyage en Ukraine en 1995 dont j’ai tant apprécié l’originalité et l’humour parfois malaisant.

Mais bon, arrêtez de lire mes idioties et regardez vite ce chef d’œuvre absolu ! 😀

Aller au bout de ses rêves en mode aviaire

On reste un petit peu dans le monde des oiseaux puisque le ton est donné avec ce petit bijou d’animation.

Le règne des oiseaux comme tous les autres règnes est injuste, certains oiseaux ne peuvent pas voler, comme ce pauvre kiwi.

Alors pourquoi ne pas se rebeller contre un destin injuste en allant au bout de son rêve quitte à devoir payer le prix fort pour l’atteindre ? 😀

Bête et méchant mais si drôle…

Ce petit cartoon un peu trash est en fait une campagne de sensibilisation menée par la compagnie ferroviaire australienne METRO. Il y a plein de façon stupides de mourir (on pense très fort aux Darwin awards) et ne pas respecter les règles de sécurité près des voies en fait partie. La chanson est très catchy (je l’ai encore dans la tête ce matin) du coup c’est efficace !

Humeur du soir, bonsoir !

Ce soir je rattrape mon « absence » de hier en partageant une vidéo qui est à la fois une belle porte d’entrée dans le monde musical des Dead Pirates et une court d’animation illustrant l’univers cartoonesque très influencé par Max Fleischer qu’affectionne tant le leader du groupe, qui au passage est un français qui vit à Londres et fait le métier d’animateur en plus de celui de musicien. Les gens doués ça me hérisse… 😆