Les gens normaux n’ont rien d’extraordinaire…

En Angleterre, l’association CHILDLINE propose un service d’information et de soutien destiné aux enfants et adolescents qui souffrent de divers troubles allant du stress des cycles divorce/recomposition familiale à des cas avérés de violences subies. (Je vais aller l’éplucher car les contenus sont très riches et peuvent hélas être utiles dans mon travail).

Cette semaine cette association s’est fait remarquer en mettant en ligne un spot de pub sur un thème aussi positif que génial ; C’est normal de se sentir différent.

Ce court métrage d’animation est très court, sans paroles et très beau, du coup j’ai pensé que cela serait très bien pour ce jeudi animé. Enjoy ! :mrgreen: Et n’oubliez pas mon mantra : Les gens normaux n’ont rien d’extraordinaire… Ce sont ceux qui sont positivement différents qui font la beauté de ce monde.

Un court à regarder avant de changer de téléphone portable

J’ai pas mal hésité avant de montrer cette vidéo découverte en faisant des recherches pour préparer une vidéo personnelle pour mon forum photo.

Ce petit court métrage d’animation qui se présente sous forme d’un cartoon retro typé Betty Boop, dénonce avec force et émotion les travers de cet objet que nous avons tous dans nos sacs.

Attention, les images et les idées sont lourdes et déprimantes, alors si vous avez déjà les idées noires regardez-le plus tard.

Le retour de la vague

Alors que le second confinement va commencer cette nuit, j’ai trouvé cet anime dont le point de départ est une ville immobilisée et qui se termine avec un message que je trouve presque personnel pour moi, photographe démotivé… Bref un court idéal pour ce dernier jeudi animé avant le reconfinement !

Panne de temps…

Ce soir je voulais faire une gros article sur une série animée un peu trop connue, mais voilà, la réunion avec les parents s’est prolongée bien au delà du temps normal avec un gros travail pour tenter de les rassurer sur notre séjour classe verte en novembre.

Du coup je ne sais pas ce que cela va donner…

Par contre ce que je sais c’est que j’ai les yeux qui se ferment et que demain je dois faire musique le matin et animation crêpes l’après midi, alors bonne nuit et à demain après mon cours de basse ! 😉

Pris de court…

Ce soir je rentre tard et j’enchaine sur une autre réunion, du coup je vous laisse avec un court mais pour me faire pardonner un court plutôt long, voire très long et de très haute qualité qui peut aussi servir de porte d’entrée dans le monde de l’animation japonaise… A vous de voir ! 😉

Alors là, ça risque vraiment de faire mal…

La nouvelle est tombée il y a deux jours dans mes notifications. David Firth, l’animateur anglais notamment célèbre pour sa très dérangeante série « salad fingers« , annonce une nouvelle série avec une bande annonce de 50 secondes qui ne laisse aucun doute. Cette fois il est allé encore plus loin dans l’horreur le glauque et l’absurde…

Bon vous me connaissez, je suis un bon client pour ce genre de choses, je suis donc sur mes starting blocks.

Mais sérieusement, si vous avez des idées noires ne visionnez pas cette bande annonce ci dessous car ces premières images sont vraiment perturbantes et encore c’est un euphémisme. 🙄

Petite amie à louer

Je ne sais pas si c’est le fait de m’être mis sur Facebook pour retrouver et parler avec mon amour de jeunesse qui fait ça, mais bon je suis en train de regarder cet anime qui est basé sur quelque chose de bien réel au japon : la location de petites amies.

Et là encore comme beaucoup d’animés avec une accroche pour piéger les otakus, on se retrouve très vite avec une histoire bien construite en dépit des habituels recours aux « flags » (situations typiques dans les animes) comme la situation de harem (4 filles autour du même mec) le triangle amoureux, la présence d’une fille en mode tsundere et le reste.

L’anime est en cours de diffusion mais je sais très bien où il va mener son public : passer d’une relation de client à une vraie relation amoureuse. Une fois de plus les enjeux sont clairs : transformer les otaku (pas de « s » aux mots japonais) en personnes en capacité d’entrer dans une vraie relation de couple pour procréer et sauver le Japon de la catastrophe démographique. Car oui, on en est là, et je n’exagère pas ! 🙄