Approche sociologique des vide greniers

Archive du dimanche 7 mai 2006

Dimanche 7 mai

Cher Francis,

       La journée se termine sur un bénéfice de 84 euros. C’est la somme que j’ai réalisée en vendant quelques vieux DVD que j’avais en double ainsi que divers autres objets.

Mais ce qui a été le plus enrichissant dans cette journée a bien sûr été comme tu peux t’en douter, l’observation des personnes et de leurs comportements. 

En effet, j’ai passé mon dimanche à admirer le manège des acheteurs-vendeurs s’affairant autour de leurs affaires tout en modifiant leurs conduites habituelles afin de réaliser leurs objectifs. 

C’est ainsi que j’ai vu de nombreux maghrébins arriver sur la place de ce village et se faire entreprendre par les vendeurs. Cependant ces personnes n’achètent pas comme les français. Les hommes et les femmes vont chacun de leur coté, ils ne peuvent acheter sans marchander et ne sont intéressés par des objets de la vie courante.

Sans vouloir être pessimiste, je pense que le comportement de ces acheteurs est en général interprété d’un point de vue ethnocentrique et osons le dire raciste.

En effet, allez faire comprendre aux gens dans un village qui vote à plus de 40% front national que sur un vide grenier les couples maghrébins se séparent pour être plus efficaces et non parce qu’ils considèrent leurs femmes indignes de les accompagner. Impossible non plus de leur ouvrir les yeux sur le fait que marchander n’est pas une mesquinerie mais une tradition pleine de sens et de considération pour la personne avec laquelle on contracte. Pour ce qui est de leurs choix d’achats les villageois ont compris qu’ils cherchaient des objets de la vie courante pour les utiliser chez eux, cependant peu d’entre eux doivent comprendre que dans un cadre plus large, ce qui pour eux n’est qu’un hobby dominical est pour les familles maghrébines un besoin vital.

Au final si on ajoute à ces incompréhensions l’agacement des vendeurs face aux talents d’acheteurs déployés par ces personnes, le constat de la journée n’est pas bon pour les relations entre les communautés. Ce dimanche aura au moins eu le mérite de les rassembler…physiquement. 

Mais sur le fond ce fut tout de même un moment riche pour chacun même si dans un sens je regrette que le vendeur d’à coté ne commence vraiment à exister que lorsque l’on range les affaires. 

C’est à ce moment que le gars qui vendait en face de moi réussi après avoir bu une bouteille entière de vin blanc alsacien, à rassembler le courage nécessaire pour me parler.

– « Z’avez presque touut venduuuu? vindiou ! pour combiiiiien ? barf moua hj’ai fais 150 euros !!! »

Moi qui croyais faire un vide grenier pour me faire un peu d’argent et pour rencontrer les gens dans un cadre particulier… En fait c’était une compétition à l’insu de mon plein gré comme dirait l’autre…

Sinon pour en finir avec ces histoire de vide grenier je voudrais te confesser que j’ai eu un plaisir pervers à exposer  mes goûts pour la première fois à travers les objets que je vendais. Voir le visage dégoutté et effrayé des personnes du village qui croyaient me connaître en découvrant certains de mes DVD, ou faire blêmir d’effroi les femmes en leur expliquant que si je revends ce microscope de gamin c’est que j’en ai à présent un vrai pour mes recherches en arachnologie…

Vivement le prochain vide-grenier en septembre !!!

David Castello-Lopes, un surdoué qui agace

David Castello-Lopes 39 ans est pour moi un vrai OVNI du PAF français et du You Tube game. Journaliste de profession, musicien à un niveau suffisant pour jouer de plusieurs instruments et pour maitriser l’art de la composition, linguiste émérite maitrisant aussi bien l’Italien , l’allemand que l’anglais et d’autres langues sans aucun accent, mais surtout humoriste provocateur et impertinent, bref n’en jetez plus ce personnage est un vrai génie qui a d’ailleurs son propre fan club.

A mes yeux les talents multiples de David Castello-Lopes, sont si variés et impressionnants qu’ils gomment les défauts que l’on pourrait lui reprocher dont en premier lieu son égocentrisme. Mais s’il est vrai qu’il se met toujours en image de façon appuyée, sa façon brute et répétitive de le faire me fait me demander si en fait il ne fait pas semblant d’être égocentrique pour s’amuser d’un travers qui n’est pas vraiment le sien.

En 2014 il réalise la mini série « depuis quand » sur canal plus où il aime faire découvrir des petites subtilités dans les choses du quotidien à commencer par leurs origines pour nous aider à percevoir la réalité avec plus de pixels (c’est sa formule et franchement je ne peux qu’y adhérer à 100%) En 2020 il réalise une autre mini série sur la Suisse qui sera présentée à la fois sur le RTSR (radio télévision suisse romande) et sur sa chaine You Tube. Et là entre le générique qui évoque d’emblée l’or des nazis et ses petites créations musicales dont certaines ont eu un énorme succès comme le morceau « je possède des thunes », je dois dire que j’ai dévoré tous les épisodes en espérant qu’il en arrive d’autres. Pour le reste je vous laisse découvrir le bonhomme. D’ailleurs si vous ne le connaissez pas encore, la vidéo sur Zürich constitue une bonne porte d’entrée. 😎

Une visite au musée

A chaque fois c’est la même chose, le centre régional d’art contemporain contacte l’école pour nous proposer une visite avec un thème et des explications alambiquées, je rigole en me disant « mais c’est quoi que ce délire et quel intérêt ça peut avoir pour les enfants » et une fois que j’y arrive, c’est la grosse baffe. Je découvre des choses géniales ainsi que des idées et l’envie de prolonger ces expériences avec des activités pour les enfants.

Cette fois-ci le nom de l’exposition que seuls les enfants ont pu voir (musée fermée au public mais pas aux classes allez comprendre la logique derrière tout ça…) enfin bref, le titre de l’exposition était « Prismatique ». C’était une exposition collective d’artistes travaillant toutes et tous sur des polyèdres et d’autres formes en trois dimension en sculptures et installations ou en peintures et photos.

Allez je vous emmène avec moi !

Des simples panneaux gris posés d’une certaine façon au sol et dans l’angle du mur blanc suffisent à tromper ma vision et à déformer les perspectives. La mesure de lumière de mon bridge a aussi été abusée ce qui a donné cette vision très graphique.

Alors oui j’ai adoré cette petite exposition que j’ai entièrement photographié. Les dames du musée nous ont donné des plans pour assembler des solides et les rassembler en une œuvre collective, ce que nous avons fait. Et même si ce soir je suis crevé d’avoir assemblé une vingtaine de tétraèdres et cubes ou pavés, je dois avouer que le résultat est vraiment sympa.

Les enfants aussi ont adoré, l’un d’entre eux qui devient de plus en plus dur à gérer a fait plusieurs colères avant de jeter sa chaussure au milieu de la grande salle du musée (photo ci-dessus). Là aussi c’était très graphique, du coup je le soupçonne d’avoir voulu faire un happening. 😆

Voilà c’est la fin de la visite n’oubliez pas le pourboire pour le guide, un petit commentaire est le bienvenu ! 😀

Insolence insolite

Aujourd’hui au lieu de vous parler d’un gars qui s’est fait pincer avec des pinçons dans son pantalon à pinces (dommage c’était marrant comme info et comme formule) j’ai envie de vous montrer ce qui se passe vers chez moi. Car oui dans le Haut Doubs on a pas beaucoup de moyens mais pas mal d’idées et d’esprit rebelle pour faire ce genre de sketch qui fleure bon l’accent et les expressions bien de chez nous.

Dans ce court vous verrez aussi les youtubeurs franc comtois les plus connus dont le fameux Morille qui est un vrai cliché sur pattes et notre gloire locale la Madeleine Proust qui a une renommée qui dépasse de très loin notre région.

Du coup ça me donne une idée; faire une semaine thématique sur la franche comté ! C’est ti point une bonne idée ? 😆

Une photo recto verso

Vu que cette photo faite avec mon Aero Ektar et ma Pacemaker est devenue la photo de couverture du premier roman d’un copain sorti cette semaine (le livre pas le copain 😆 ), je me suis dit que c’était le moment pour la présenter surtout que j’ai retrouvé une autre photo que j’ai faite de l’autre coté et qui montre de quoi il s’agit.

Pacemaker 4×5, Aero Ektar 180 pleine ouverture et bascule réduisant la profondeur de champ

Cette photo a donc été faite avec ma Pacemaker une chambre de presse américaine comme celle qu’on les journalistes dans les films des années 50 sur laquelle est monté un objectif qui à l’origine équipait les avions américains pour la photo aérienne pendant la seconde guerre mondiale. Sa très grande ouverture et la possibilité de faire une bascule produisent une image très typée où le fond disparait et où la zone de netteté est si réduite que le regard s’y accroche et que l’on croit avoir par contraste, un rendu très détaillé.

J’ai fait cette photo dans le parc d’un restaurant, on peut penser que ce sont deux enfants assis sur un banc et photographiés de dos, mais en fait ce n’est pas vraiment ça. :mrgreen:

Car oui voici la réalité que j’ai photographiée avec mon Rolleiflex en passant devant le banc:

Rolleiflex T de 1945, Film HP5 120

Et oui, il s’agit d’une statue. Les gens dans l’arrière plan ce sont les forumeurs d’un des deux forums photos auquel je participe, ils étaient en train de s’extasier sur le dernier jouet de mon ami le professeur.

Que de bons souvenirs…

Au final je suis content que cette photo serve à quelque chose, un tel usage d’une de mes création est une nouveauté plutôt agréable pour mon ego malmené. 😆

Dans la lune…

Il s’est passé beaucoup de choses cette semaine, la rentrée, une visite au musée (ben oui trois-quatre personnes dans un musée c’est interdit mais une classe c’est autorisé), l’achat de la carte pokemon (251 euros pour un bout de carton, je ne m’en remets toujours pas) qui vient achever ma première et je l’espère dernière collection de ce genre, la sortie du livre d’un copain avec une de mes photos comme couverture, et tous ces petits riens que j’aime tant comme ce que je récupère sur la carte mémoire de mon bridge après avoir laissé les enfants jouer avec.

Bref des choses importantes pour moi ou juste sympathiques mais pour la plupart tout cela n’est que du matériel, du terre à terre mercantile ou non.

Alors du coup j’ai voulu prendre de la hauteur et j’ai fait cette photo en début de semaine pendant la lune rousse juste avant que les nuages ne viennent gâcher toute occasion de le faire. J’adore la lune et je rêve de faire un jour un vrai « moonscape » sur film. En attendant j’utilise mon bridge au maximum de son zoom matériel et numérique pour avoir cette image de mauvaise qualité mais qui suffit à me faire rêver un peu. En arrondissant l’image avec les fonctions de base de WordPress je fais même croire que j’ai utilisé un télescope ce qui bien sûr n’est pas le cas ! 😎