Les ennuis volent toujours en escadrille

Samedi matin notre chaudière a rendu l’âme, depuis chauffage par radiateur électrique et toilette au lavabo avec une bassine d’eau chauffée à la bouilloire.

Pour la changer je ne peux faire confiance à personne, Internet est rempli d’escrocs j’en suis donc rendu à m’en remettre à mon prestataire habituel.

Et du coup, pour la remplacer par une autre chaudière au fioul mais plus moderne ça coûte 6200 euros. Je vais donc prendre un crédit, pas le choix.

Mon collègue vient de décrocher un poste de chef de service, je suis content pour lui mais l’enseignante et moi nous nous retrouvons seuls et un peu désemparés…

Les situations des enfants sont de plus en plus complexes et sordides, je me fais du souci pour eux…

J’ai un collègue gravement malade et là aussi je me fais du souci pour elle.

Bref, l’année 2020 commence mal, mais c’est bon j’ai l’habitude ! 🙄

Bander comme un taureau

Cette semaine nous avons un participant de choix pour la rubrique des lundis bêtes. Son niveau d’inconscience est juste incroyable…

L’histoire s’est déroulée la semaine dernière au Mexique dans la région de Vera Cruz. Un homme qui avait un rencart romantique avec une fille était très inquiet vis à vis de ses performances sexuelles, en bref il voulait assurer au lit. Mais pour lui impossible d’aller en pharmacie pour acheter du viagra, non ce serait trop la honte…

C’est alors qu’il pense à un de ses copains qui travaille dans un élevage de bovins et que lui vient cette idée très stupide de lui demander si il n’a pas un produit stimulant destiné aux animaux qu’il puisse utiliser. Son ami aussi éveillé que lui, va dans la pharmacie de l’élevage et trouve un genre de viagra pour taureaux.

Bien entendu entre la force du produit et le dosage à la louche le résultat a été catastrophique, ce pauvre mexicain s’est retrouvé au garde à vous pendant trois jours avant de se décider à aller consulter. C’est doute amusé par sa mésaventure que des personnes ont fait cette photo que l’on retrouve un peu partout et qui tend à prouver que cet incident est bien réel :

200120

Aux dernières nouvelles, l’homme a du se faire opérer pour stopper cet afflux incontrôlé et interminable de sang dans ses parties rigidifiées.

Je ne sais pas pourquoi je poste ceci ici car il n’y a pas grand chose à ajouter tant cette histoire est navrante.

Mais bon, si il s’en tire sans séquelles ça reste presque rigolo, presque… 🙄

J’me voyais déjà…

Il y a dix ans j’étais tout heureux dans ce club photo et j’imaginais y rester…

Archive du dimanche 17 Janvier 2010

Dégout et questionnements

Aujourd’hui je peux enfin parler de hier…

C‘était un concours, des photos du département entier étaient jugées par trois personnes venues d’un photo club éloigné du notre par soucis d’impartialité…

Le matin c’était la photo papier avec des choses intéressantes et pas mal d’argentique. Il y avait aussi des scènes pitoyables comme cette jeune femme qui présente des photos faites en lomo (parait que c’est la mode) et qui va chialer devant les juges qui l’ont mal noté pour leur expliquer que le rendu de ses photos est normal pour de la lomo.

Elle ne comprenait pas que les juges savent ce qu’est la lomo et connaissaient son rendu mais que ses photos n’avaient pas d’intérêt autre que familial. Elle est donc partie vexée avec ses grands airs.

Je rigole mais jusque là ça allait encore…

Après manger c’était le concours des images projetées…
Pour ceux qui ont le bonheur de ne pas savoir ce dont il s’agit, ce concours consiste à juger des photos qui n’existent pas vu qu’elles sont projetées sans réglages particuliers d’un ordinateur sur un écran par un rétroprojecteur.

Et là j’ai rigolé très fort avant d’avoir envie de vomir

Couleurs saturées et baveuses, visages de bébés dans des chardons, herbe jaune fluo, flou omniprésent, 6 photos de coquelicots, 12 de ruisseaux crémeux…

Et des choses de très mauvais goût comme un bébé nu couché sur une pierre tombale, un outil agricole abandonné sur lequel on a rajouté avec Photoshop des têtes de serpent, une femme nue, du moins son corps placée dans un arbre.

Et le pire c’est que les photos les plus moches que le public (nous étions une cinquantaine) huait avaient la moyenne voire de bonnes notes…

Là je ne comprends pas.

Alors très vite avant de me faire virer pour cause de fou rire, j’ai quitté la salle pour aller voir l’expo papier à coté et là j’ai retrouvé les autres argentistes du club, nous avons parlé chimie, boitier, j’avais mon Praktica MTL 50 avec moi ça leur a rappelé de bons souvenirs… Je leur ai montré mes derniers tirages, et ils les ont trouvé réussis…

J’étais content et fier de moi.

Au pot de clôture, les cadres du club me demandent une fois de plus que je participe moi aussi à ce genre de concours…

Sérieusement la prochaine fois qu’ils me demandent encore ça je leur dit que mon chien a bouffé mes négatifs.

Va falloir que je m’achète un chien…

Les gens du club sont très sympas, ils m’ont offert plein de matériel pour mes projets perso et avec les enfants et j’ai envie de m’investir dans le club et les aider le plus possible.

Par contre montrer mes photos pour me les faire noter comme à l’école, alors là pas envie du tout !

Mais dans quoi suis-je tombé ? En entendre parler de ces concours c’est une chose mais les vivre et voir le sérieux qui accompagne ces cérémonies, et bien ça fait vraiment froid dans le dos.