Déguisé en pas moi

Ce matin après avoir été tiré du lit par mon tyran à forme féline, la radio s’est allumée à 6h00 très précise, pile-poil pour le flash info de cette radio suisse que j’écoute tous les jours. La première nouvelle de cet édito consistait à évoquer le fait qu’aujourd’hui l’UNESCO allait faire entrer la baguette française dans le patrimoine immatériel de l’humanité.

Du coup je me suis dit que ce sujet serait juste parfait pour ce soir, histoire de relancer la guerre du pain en avançant que le vrai art de la baguette non industrielle n’est plus à la portée de tous les consommateurs bernés par des fausse boulangeries qui leur vendent du pain de moins bonne qualité que celui des supermarchés.

Mais non pas envie d’en dire plus, le pain j’aime ça mais je dois encore faire pas mal de recherches et consulter pas mal de vrais boulangers acceptant de me dire la vérité sur leur secteur pour pouvoir comprendre et rapporter mes découvertes en la matière. 🙄

Non ce soir, une fois de plus je suis très fatigué.

Fatigué par mon age ? Par mon métier parfois trop intense ? Par mes petits soucis de santé ?

Non, rien de tout ça. Je suis juste fatigué par les efforts perpétuels que je fais pour ne plus être moi.

L’ancien moi était certes exécrable et très largement insupportable, lourd et maladroit, malaisant et haïssable, mais le nouveau n’est juste pas naturel et est en train de me consumer de l’intérieur. Mais voilà, nous sommes à l’époque du politiquement correct et je ne peux plus me permettre ni de faire de l’humour ni d’exposer mes penchants ouvertement misanthropes et encore moins toute cette noirceur qui vit en moi. Au bout du compte je me sens comme Mercredi Addams enfermée à Disneyland.

Il n’en reste pas moins que je suis encore au stade de l’apprentissage, je fais les essayages de ce costume qui me gratte et afin de faciliter les choses, je tente de fuir le plus possible les tailleurs qui me l’ont mis sur le dos, ma tâche étant facilitée par l’aversion qu’ils manifestent vis à vis de ma personne.

Mais en leur compagnie je dois faire comme la marquise de Merteuil dans le roman « Les liaisons dangereuses » de Laclos, c’est à dire pratiquer le détachement en m’entraînant à sourire pendant que sous la table j’enfonce une fourchette entre ma peau et mes ongles. Bon, d’accord je ne le fais pas vraiment, mais l’idée est parlante, non ? 😆

Alors oui cette transformation en cours est fatigante car je dois toujours tout rigidifier en moi, et surtout veiller à parler le moins possible. C’est donc fini les blagues débiles pendant les réunions, les interventions intempestives pour exposer mes idées déviantes ou pour céder au doux plaisir de mettre les gens en face de leurs contradictions. Non, je ne serai plus un bouffon. Mais je ne suis pas triste pour autant car je pense pouvoir m’adapter et survivre.

Je n’espère et n’attends aucune félicitations car ce nouveau moi n’est qu’un simple costume, quand je rentre chez moi je peux redevenir qui je suis vraiment et respirer tranquillement.

Non, tout ce que je désire c’est que l’on me laisse tranquille, je fais de gros efforts pour m’intégrer à la société des bien pensants alors en échange de ma bonne volonté, j’exige que l’on me laisse décider ce que je veux faire de mes temps libres.

C’est donc pour cela que je n’irai pas au pot de fin d’année au travail.

Une sacrée tirade pour une décision anodine ! 😈

On refait le match

Journée difficile voire très difficile au travail, du coup ce soir je suis allé au pub qui était exceptionnellement ouvert pour la diffusion du premier match de l’équipe française tenante du titre dans cette coupe du monde au Qatar.

Photos détails et impressions demain car là il va être 23h00 et demain j’ai du travail.

Alors zou ! Au lit !

Froid…

Je suis rentré de mon cours de musique, nous avons bouclé les dernières modifications de la chanson que nous allons jouer et chanter avec les enfants dans trois semaines. Mes deux musiciens ont eu du mal à s’y remettre, mais ils sont si courageux et volontaires que je sais qu’ils seront prêts. Nous répéterons tous les jours pendant dix minutes et pendant une heure le vendredi et nous arriverons à quelque chose de sympa. Pas pro et parfait, mais sympa et surtout gratifiant pour ces enfants qui sont au cœur de ce beau projet. Et pour vous, les quelques gens qui lisez ces lignes, sachez que je ferai un enregistrement de cette chanson avec mon prof pour le partager avec vous.

Mais pour arriver à faire tout ça je dois faire attention à une chose importante :

Ne pas rester en bas devant mon écran car il y fait très froid ! Je vais donc arrêter là, je manque de sommeil et mes idées ne sont pas claires pour développer autre chose que cette petite page de mon travail.

Ah, un truc à ajouter…

J’ai une nouvelle stagiaire ! Donc bientôt en photo sur ces pages ! 😆

18 jours

Demain à midi je serai en vacances, j’ai posé mes jours d’ancienneté après les vacances scolaires et vu que le 11 novembre est férié, je ne reprendrai le travail que le 14 novembre 2022. Cela va donc me faire 18 jours de vacances.

Au programme, du repos, des examens médicaux pour ma mère et pour moi si j’arrive à les poser, je compte aussi faire un gros rangement du labo et faire venir deux amis pour faire de la photo ensemble.

Alors oui, ça c’est le programme, mais je suis sûr que ces beaux projets ne seront pas tous réalisés mais que d’autres choses imprévues prendront leur place.

Ces 18 jours vont donc être intenses !

Du coup à partir de demain je reprends de nouveau un blog spécial vacances pour me souvenir de ce que j’aurai fait pendant ces congés étendus. On verra bien si ça valait le coup ou pas… 🙄

Métallisation !

Ces temps derniers j’étouffe d’une rage que je peine à contenir, trop de frustrations au travail avec des collègues qui sont soit dans l’injonction soit dans les micro agressions. Du coup je craque, dès que je suis seul je me mets à hurler pour sortir toute cette haine qui s’accumule en moi.

La musique étant toujours au centre de ma vie, elle a donc suivi cette dégradation de mon moral et est devenue sombre et maléfique. Oui, petit à petit je me cherche une identité de gros métalleux que l’on respectera enfin et que l’on emmerdera pas. c’est stupide et puéril mais en attendant mon excursion sans cesse repoussée dans le territoire du métal me fait découvrir pas mal de choses intéressantes. Mon oreille commence à se former à ces nouveaux sons pour ne pas rester bloqué sur la violence des morceaux mais pour bien percevoir l’harmonie du morceau.

Et ça marche plutôt bien. A une époque où on trouve toute la musique gratuitement et légalement sur You Tube et où cette fichue dématérialisation fait que l’on trouve des CD à 1 euro, j’ai eu vite fait de me faire une petite discothèque d’albums incontournables, certains CD ne sont pas encore ouverts car j’ai eu la version MP3 en les achetant sur Amazon.

Mais au bout de tout ça est-ce que je deviens plus violent ?

Non, pas vraiment, au volant peut être mais dans la vie réelle je n’ai encore agressé personne, je reste un gentil qui aime vibrer avec de nouveaux sons et qui a besoin de revêtir un moment cette identité métal pour survivre à toute cette fange autour de moi. 😈

Mes limites

Aujourd’hui je me suis fâché contre un enfant qui m’a bien vite fait comprendre que ce n’étais pas la bonne façon de faire avec lui. Plus tard pendant mon cours de musique j’ai passé une heure à essayer de faire un exercice que je n’ai toujours pas compris.

Oui aujourd’hui a été la journée où je me suis pris mes limites en plein tronche.

En général je m’en fiche de savoir ce que je vaux et si je suis moyennement intelligent ou juste un type très stupide qui a eu assez de chance dans sa vie pour décrocher un CDI, mais voilà, ce soir je suis vraiment démoralisé car mes limites que je ressens de plus en plus fort, m’inquiètent face aux nouveaux enjeux que je vais devoir relever.

Les enfants que nous accompagnons sont de plus en plus en difficultés avec des troubles très graves et perturbants et pas mal de violences physiques et morales contre les autres enfants, les adultes et avant tout eux-mêmes.

Ces jours-ci je n’aime plus mon travail comme avant car ces nouveaux enfants avec lesquels je n’ai pas encore réinventé ma pratique m’inquiètent. Je ne les trouve pas non plus attachants, l’humour ne sera plus possible, bref l’avenir me semble bien terne.

Mais cela n’a pas empêché ma directrice de me confier un nouveau projet, monter un groupe de musique avec une quinzaine de jeunes de l’établissement et de la ZUP. Elle me sort cela cet après-midi devant la responsable du centre social, je suis donc obligé de dire oui, mais bon, une fois de plus je me sens vraiment très minable et limité ces jours-ci alors je me demande bien ce que tout ça va donner.

Un joli projet que l’on va mettre en devanture, mais pas de reconnaissance ni de moyens supplémentaires pour moi. Une fois de plus je reste mon pire ennemi.

Qui suis-je ? qu’est-ce que je vaux et que vais-je devenir avec tout ça ?

Bof, on verra bien…

Il y a des jours comme ça…

Et oui il y a des jours comme ça… 🙄

Je reviens de mon cours de musique où j’ai présenté avec beaucoup d’hésitations ma dernière composition. Cela fait plusieurs mois qu’elle est née et que je l’ai dorlotée en la faisant grandir sans la brusquer. La semaine dernière j’ai changé sa garde robe pour lui donner plus de punch et de mordant en déplaçant ma grille d’accord d’un ton. J’avais aussi commencé à écrire la ligne de basse pour l’accompagner et j’ai joué tout ça devant mon prof…

Il y a des jours comme ça…

Mon prof s’est emparé de ma fragile enfant et l’a triturée dans tous les sens avec son ordinateur en triplant voire quadruplant les guitares sur mon morceau le tout avec des sons merveilleux et pertinent. Et du coup ma petite fille fragile, qui apprenait à peine à marcher debout a commencé à courir, elle a passé son brevet du collège, son bac avec mention et à dix minutes prêt elle allait devenir la première terrienne sur Mars ! Mais bon, nous avons repris le cours normal du cours en me laissant abasourdi… Jugez plutôt car oui ce soir je me suis cassé la tête pour vous présenter ma petite dernière au tel quel de son potentiel grâce aux corrections de mon prof. Cliquez sur la flèche du lecteur ci-dessous et partagez ma joie voire ma petite fierté. 😎 Et si vous trouvez qu’elle a un air de famille avec les chansons des Foo Fighters et bien ce n’est pas un hasard car les arrangements de mon prof suivent la logique de composition de ce groupe.

Il y a des jours comme ça, des jours où l’on se rend compte que même une bonne idée de notre part ne peut atteindre son plein potentiel qu’avec un travail d’équipe. Je devrais être dégoûté devant ma faiblesse et mon incompétence, mais non c’est tout l’inverse, c’est toujours mon morceau mais après qu’une bonne fée lui ai donné tout son potentiel voire plus ! L’heure est donc aux mercis et aux projets et non aux atermoiements stériles !

Du coup je me mets à rêver d’écrire encore une dizaine de morceaux pour faire un album remastérisé par mon prof histoire que mon existence n’ai pas tout à fait servi à rien.

Mais bon, je ne dois pas oublier que je dois la faire jouer aux enfants, on jouera donc forcément une version bien plus basique et sûrement moins rock, mais ça c’est une autre histoire ! 😆

Half-life

Comme je l’ai peut-être déjà raconté, mon métier d’éducateur fait que depuis une douzaine d’années j’accompagne des enfants en situation de handicap dans une école primaire. Parmi les enfants avec lesquels je travaille, il y a ce garçon de 10 ans qui présente une très forte surcharge pondérale et qui est obnubilé par les jeux vidéos et la culture You Tube.

Et allez savoir pourquoi, depuis la rentrée il ne fait que de me parler en boucle d’un jeu vidéo très ancien, si ancien que moi-même j’y ai joué, c’est le jeu Half-Life.

Après l’avoir entendu me parler de ce jeu et de ses multiples versions depuis le début du mois, voici qu’en allant faire un tour à un vide grenier dans un village à coté je tombe sur le coffret collector de ce jeu et de ses trois variantes, 4 CD en tout le tout à 1 euro. Alors oui je l’ai acheté même si je sais que je dois utiliser un PC sous Windows XP pour le faire tourner. Cela ne pose aucun souci j’en ai une demi-douzaine de disponibles et je dois en refaire un pour brancher le scanner Nikon en SCSI.

Mais bon je m’égare…

Pourquoi est-ce que le gosse me parle sans cesse de ce jeu ? pourquoi l’ai-je trouvé dans un vide grenier où il était le seul jeu PC à vendre ? Pourquoi est-ce que je vois un peu partout des logos qui sont très proches de celui de cette franchise historique du jeu vidéo ?

Alors non, je ne vais pas faire comme les anglais et chercher des signes partout, non je ne voudrais pas le faire… Mais voilà…

Half-Life ça veut dire demie-vie et cette expression m’évoque ce que je traverse en ce moment. Les soucis familiaux avec la santé de ma mère, mon métier d’éducateur qui n’est pas simple et qui va changer avec l’arrivée d’enfants avec de lourdes difficultés, les signes inquiétants qui pleuvent tous les soirs au moment des informations, mon régime et mes problèmes de santé qui le motivent, le fait que je n’arrive plus à boire d’alcool et au bout de tout ça une perte de joie de vivre qui se décline dans beaucoup d’aspects de ma vie y compris dans ma musique qui devient terne et boiteuse comme moi…

Oui ce « half-life » qui surgit de partout semble être là pour attirer mon attention sur le fait qu’à bientôt 50 ans j’ai perdu toute envie de vivre. Je suis en panne de projets et de toutes ces choses qui font que l’on peut vivre sa vie de mortel en trouvant des moments de plaisir.

Par contre le coté positif, c’est que ce qui me fait penser à tout ça est l’expression « Half-life » et non « Half-dead ». Alors si signe il y a, le fait de considérer le verre à moitié plein est peut être la seconde partie du message, celle qui dit que tout n’est pas perdu ?

Alors qui vivra verra… 🙄