Faites de la musique

Lorsque je m’installe devant mon clavier le mardi soir, en général je ne sais pas trop de quoi je vais parler et je finis par laisser sortir des idées très noires de mon esprit ténébreux. Vu le contexte actuel je pourrais me laisser aller sans honte, mais voilà, ce soir c’est différent.

Différent car ma mère va bien, différent car j’ai donc décidé de mettre mes soucis en vacances et enfin différent car ce soir j’ai des tas de sujets possibles à évoquer.

Je pourrais commencer par parler de ma soirée de hier où après être rentré bourré comme une huître, j’ai balancé des vérités crues et blessantes à ma cousine ukrainienne venue une fois de plus faire sa lessive chez nous. Je lui ai dit que maintenant qu’elle allait rentrer dans son pays nous n’avons pas profité du temps passé ensemble pour vivre des choses sympas et qu’elle a toujours dit non à ce que je lui proposais. C’est alors qu’elle m’a balancé un truc du genre « Toi ce que tu aimes c’est boire aux terrasses des cafés ». Dire cela c’est attaquer mon mode de vie et ça je m’en fous mais c’est aussi dire du mal de mes amis qui eux aussi aiment discuter sur une terrasse, et ça je n’ai pas aimé. Du coup j’ai fait comme Vladimir Vladimovitch, j’ai sorti la bombe nucléaire en lui disant en substance :

« Je voulais aussi te dire que concernant ta décision de rentrer en Ukraine est-ce que tu as bien réfléchi ? Je trouve que tu prends tes décisions sous la pression de tes amis de Facebook et non pas en réfléchissant. »

Et là elle explose de colère en me disant « Moi je ne voulais pas venir en France, je voulais rester en Ukraine » (ben voyons avec les soldats russes qui débarquent dans la maison de campagne c’est fou comme on se sent en sécurité) « Tu ne te rends pas compte de ce que c’est de quitter son pays ».

Et moi de lui répondre du tac au tac : « Ce que tu ne veux pas voir c’est que la guerre ne fait que commencer et ce pays que tu as quitté n’existe plus, tu vas trouver tout changé, tout sera très difficile, tu n’es pas prête pour ce que tu vas trouver là-bas. »

Et là elle est partie fine énervée pour aller bouder comme quand elle était ado. Moi de mon coté j’avais le sourire aux lèvres, non pas car je l’ai fait craquer, mais bien car je m’étais libéré d’un poids en lui disant cette vérité blessante mais hélas bien réelle. J’ai dit ce que j’avais à dire, elle est adulte, mère de deux enfants, elle doit réfléchir à ce qu’elle doit faire et pour cela elle doit avoir un autre avis que ceux donnés par ses « amis » des réseaux sociaux. Qu’elle fasse ce qu’elle veut, ça n’est pas mon problème j’en ai bien d’autres plus graves et plus urgents.

Cette parenthèse de ma vie se termine donc dans une avalanche de regrets. Je n’aurai rien tiré de la présence de mes cousines sinon l’image de moi-même qu’elles m’ont renvoyée, une image d’un pauvre type perdu et isolé incapable de changer sa vie. C’est en général de cette façon que les égoïstes jugent les gens, les autres, c’est à dire les personnes plus ouvertes, compatissent avec celles et ceux qui deviennent aidants par respect pour leurs parents et qui acceptent de mettre leurs envies et projets en suspens.

Ah oui et le titre du coup ? Et bien c’était un des sujets possibles pour ce soir mais je vais arrêter là pour aller vivre cette fête de la musique au lieu d’écrire dessus. Une fête bien triste puisque ce soir c’est un des derniers concerts d’un groupe de métal local. Mais ça c’est une autre histoire ! Je garde aussi au frais un autre sujet plus actuel…

Bon assez radoté, je vais me faire exploser les tympans, le bide et le sang qu’il me reste. :mrgreen:

Rock the city !

Fuji GSW690 (6×9 et 65mm), Fuji reala 100 sortie du congélateur.

Oui un jeu de mot foireux avec ce rocher presque flou au premier plan. Cliquez sur la photo pour la voir en très grand.

Et pour le reste encore une occasion manquée de comparer mes boîtiers nippons à ma chère Moskva 6X9 qui s’en sort bien mieux pour le même paysage… Bon reste à tenter de faire ce paysage mais cette fois à la chambre 13×18. 🙄

L’absurde en archive

Archive du samedi 17 juin 2006

Samedi 17 Juin

Cher Francis,

       Nous vivons dans un monde de fous, et pire encore de fous qui en plus de la raison ont perdu le sens de l’humour… Si tant est qu’ils l’eussent eu un jour.

Ce matin je suis allé à la gare pour acheter des billets de train pour partir en vacances. Comme tu le sais mon chat siamois fait partie du voyage. C’est alors que j’apprend que le chat doit payer sa place. Jusque là rien de bien anormal vu le contexte actuel de cette chère SNCF si décriée dans ces pages. Par contre j’ai été surpris que le chat se voit décerner son propre titre de transport…

Constatant qu’il s’agit d’un billet identique au mien je demande oisivement si le chat doit le composter. Le guichetier me répond « oui » sur un ton sévère. je me fend d’un sourire imaginant mon siamois, perché sur une valise,  debout sur ses papattes arrières le billet dans la gueule cherchant à atteindre le composteur.

Trouvant la situation cocasse je continue de taquiner le pauvre guichetier:

– Et si jamais le chat il n’arrive pas à composter ? il aura une amende ? 

– Ben bien sûr monsieur !

– Mais comment il va la payer ? en faisant de la pub pour la bouffe en boîte ? c’est qu’il aime pas ça mon chat vous savez… Alors il faudrait le payer cher… Remarquez ça simplifierait le problème…

Ne remarquant toujours aucun sourire chez ce guichetier coincé dans la plausible sécurité de ses procédures je décide pour satisfaire un plaisir pervers de continuer le délire…

Au fait sur le billet du chat il n’y a pas marqué la correspondance à Narbonne… Si jamais le chat il se perd dans le train comment il va savoir qu’il doit changer à Narbonne? 

– Les chats ça ne sait pas lire !

– Ben en tout cas le mien vous le pensez capable de composter les billets !!! alors il l’est peut-être assez pour lire? vous avez pas des tests d’intelligence pour chat dans votre bureau ?

A ce moment voyant le bonhomme se raidir je décide à contrecœur de m’arrêter. 

– Bon, je vous dois combien ?

Je sais Francis ce n’est pas très gentil et au fond ce n’est peut être pas si drôle mais moi ça me fait encore sourire au moment où je te tape ces lignes. N’est-ce pas le plus important ?

Le point sur la situation

Demain je vais enfin avoir le temps d’aller jusqu’à l’hôpital à 50km d’ici pour prendre le rendez-vous pour l’IRM de ma mère. Mais c’est dur, je traîne des pieds car pour l’instant mis à part ses rhumatismes elle va bien et a toute sa tête. l’annonce de la maladie va mettre un terme à tout cela, mais bon je n’ai pas vraiment le choix…

De mon coté je tente de rationaliser mes peurs et de me préparer pour le pire deuil de mon existence tout en me disant que d’une part elle n’est pas encore morte et que d’autre part accompagner ses parents vers leurs derniers instants de vie fait partie du destin de chaque humain.

Du coup je sors un peu de mes pensées sombres tout en passant des nuits très courtes, hier j’ai failli avoir un incident grave car manquant de sommeil, mon attention a été captée et voyant que j’allais percuter à 50km.h les voitures devant, j’ai du piler très vite faisant caler la voiture.

Plus de peur que de mal mais les freins n’ont sans doute pas aimé.

Sinon niveau cousines c’est un peu n’importe quoi, celle qui habite dans mon village vient à la maison quand je ne suis pas là pour faire ses lessives et sabote toutes mes tentatives pour faire une sortie avec sa famille. Elle se prépare aussi à renter en Ukraine en juillet. Elle ne reviendra pas, c’est de l’histoire ancienne. Sa sœur qui vit dans la ville d’à coté avec son fils désire quant à elle rester en France, elle veut exercer son métier de diététicienne. Son fils par contre ne sera pas recruté par le gros club de foot local car ils ont trouvé qu’il y avait un problème avec son physique. C’est vraiment n’importe quoi car le gosse est très doué.

Et sinon et bien ce sont les dernières semaines de l’année scolaire avec leurs lots de travaux urgent et de contraintes, bref une année comme les autres et ça aussi ça m’aide pas mal à tenir debout. ça et les coups de pouce des amis et collègues qui par leurs initiatives et leurs bonne humeur m’aident à penser à la suite sans trop m’angoisser. 🙂

Bref je vais mieux et je suis prêt pour la suite. Enfin comment peut-on être prêt pour ça ?

Insolite, vite !

Ce soir j’étais de sortie, besoin de me changer les idées et ça a bien marché, du coup je suis en retard pour mon billet quotidien qui parle d’un fait étrange mais très intéressant : une association grenobloise tente de préserver les dernières cabines téléphoniques de la région et tente de réintroduire d’autres cabines ! Si le sujet vous intéresse c’est ici : Et moi et bien je vais vite me coucher car j’ai des jours de sommeil en retard.