Maman

P190224

La photo date, elle avait été prise avec l’Aero Ektar bien sûr… Mais là vu que ma fièvre ne descend pas  (toujours 38 degrés)et que j’entends ma mère qui renifle, je suis dans l’incapacité de sortir autre chose. J’ai programmé ce message pour être publié demain, j’espère que d’ici là je serai un peu rassuré. En attendant je tremble encore et encore…

Mise à jour aujourd’hui 18h08 : Je vais mieux moins stressé et ma mère n’avait pas de fièvre ce matin.

A suivre

L’archive du jour : Mokona (une peluche en lien avec le personnage d’anime qui illustre ce blog)

Mardi 20 mars 2007

Cher Francis,

       la journée d’aujourd’hui a été marquée par un cours superbe basé sur une approche anthropologique de la violence. Je voulais te taper un long message pour te dire ce que ces nouvelles connaissances théoriques ont éveillé en moi mais  vu le peu de temps qu’il me reste avant de repartir je vais me contenter pour ce soir d’un bref récit de ma journée.

A midi j’ai découvert après quatre ans passés à Mulhouse qu’il y avait un Flunch à moins de deux kilomètres de l’école. Autre miracle un de mes collègues de promo s’y dirigeait, du coup histoire de tenter de me resocialiser, j’ai décidé de laisser tomber pour aujourd’hui mon projet de restaurant japonais coréen. 

A la sortie de ce cours magistral à plus d’un titre nous étions une petite bande de jeunes et de moins jeunes (moi en l’occurrence) à marcher sur le trottoir tout en parlant gaiement de nos petites histoires. Tout à coup mon regard fut attiré par une tache noire dans une vitrine de l’autre coté de la rue. Je n’y croyais pas et pourtant il était là dans ce petit magasin d’import de goodies d’anime…

200320

Sous l’effet de la surprise je ne put m’empêcher d’étouffer un cri : Un Mokona !!! et de courir comme un fou de l’autre coté de la rue en me faisant interpellé par le tintement de la cloche du tramway auquel j’avais coupé la route.

Un Mokona c’est une petite créature de la série XXX Holics qui boit et mange en quantité disproportionnée par rapport à sa taille. Autre trait de caractère du personnage il est toujours de bonne humeur et prêt à mettre en boite un de mes alias: Watanuki

       Tout ça pour te dire que j’ai trouvé mon cadeau d’anniversaire !!! Dans moins de deux semaines maintenant… J’ai conscience que ce que je te raconte aujourd’hui est sans intérêt et puéril mais cette réalité est la mienne au même titre que le reste. Mes camarades ne s’étonnent plus de mes sauts d’humeur… Deux d’entre elles m’ont fait un très beau cadeau, partie en Guyane pendant les vacances elles ont pensé à me photographier de loin bien sûr, une très jolie araignée. Un geste qui me va droit au cœur car il est riche en signification positives. Un nouveau grand merci aux intéressées qui lisent peut être ces lignes. Elles font parties des personnes de ma promo pour qui j’ai beaucoup d’admiration et de reconnaissance. Ce sont elles déjà qui m’avait offert le petit cadre en bois qui est là sous mes yeux avec l’un de mes gags maison écrit dessus à la façon d’une grande citation: « Pour moi ça va être coton de devenir Hydrophile » ! Çà et le mokona ça me fait encore rire aujourd’hui. Mon coté ado en quelque sorte… 

Sinon aujourd’hui je vais mieux, toujours un peu de fièvre mais elle ne dépasse pas 38, si je pouvais me calmer et me reposer ce serait magnifique mais je suis tout tendu et il n’y a que l’alcool qui me permet de me détendre et là je dois freiner.

L’apprentissage de la pluie…

Aujourd’hui je suis allé au pain chercher un peu de normalité et de réconfort après une nouvelle nuit tourmentée. Ma mère ne parle presque pas, elle semble ne pas comprendre l’extrême gravité de la situation. Tant mieux. Pour tenir le coup je pense que je vais aller au bout de mes idées morbides et envisager un scénario catastrophe. Il n’y a que ça pour me calmer je pense, ça et le gentil mot de Jean Christophe que je remercie du fond du cœur. 😀

Un site sympa pour traverser la période de confinement.

L’OMS dit que pour se sortir psychiquement de cette situation de confinement, il est important de garder une certaine routine. Ce blog en fait partie.

Et dans cette routine, il faut bien faire appel à des distractions qui plus que jamais méritent bien leurs noms (distraire c’est étymologiquement faire diversion, penser à autre chose) .

Voici donc http://www.openculture.com/ Un site regroupant des tas de choses gratuites pour se cultiver sans débourser un sou et en restant chez soi.

Dès que j’aurai dénouer sa boule que j’ai au ventre j’irai y faire un tour…

Mais là c’est l’angoisse du matin, encore et encore…

EDIT : il est 17h00, ce matin je me suis débrouillé pour récupérer trois mois de médicaments pour ma mère et je viens de faire des courses avec masques et gants avant de tout désinfecter à la lingette chlorée. Du coup là je redeviens de nouveau serein.

J’espère que ce ne sera pas le même rythme tous les jours car vu que l’on va passer trois fois deux semaines comme ça je ne suis pas sûr de tenir nerveusement, du coup j’ai pris les pilules aux plantes à la pharmacie.

Mouhais… 🙄

Le cauchemar

Hier soir je me suis endormi en regardant pas mal de films pour tenter de chasser cette peur au ventre, cette boule qui m’oppresse depuis plusieurs jours. Le discours du président et les messages reçus sur les téléphones portables cette nuit ne calment pas les choses. Je sui terrifié pour moi et surtout pour ma mère âgée.

Ce matin au réveil je pensais ouvrir les yeux dans un monde différent pour découvrir que tout cela n’était qu’un cauchemar, mais hélas le cauchemar c’est lorsque l’on se réveille. Les films d’horreur sont devenus notre réalité.

Alors oui, il est encore trop tôt pour savoir ce qui nous attend pendant et après cette période de confinement mais une chose est sure, c’est que notre mental va être mis à rude épreuve. A mon niveau je n’ai presque rien mangé depuis 48 heures tant je suis terrorisé et des idées très noires traversent mon esprit, la solitude n’arrange hélas pas les choses.

Et ce n’est que le premier jour de la crise.

Il vaut mieux que je m’arrête ici car je ne fait qu’auto alimenter mes peurs.

Ps : Après avoir écrit ces lignes je suis allé faire un tour au village pour jeter les bouteilles. J’ai vu les boulangeries et la poste ouvertes des gens dans la rue… Bref la vie semble continuer et les placards sont pleins. Donc pour l’instant je vais respirer un peu…