Carnaval

190305

Aujourd’hui c’est Carnaval. Pas le carnaval de l’école, ni celui, de l’établissement et encore moins celui de la ville du coin ou d’une ville exotique dans un pays lointain. Non aujourd’hui c’est Carnaval avec un grand « C » le Carnaval du calendrier.

Le mot « Carnaval » vient du latin « carne vale » qui se traduit par « l’adieu à la viande ». C’est le dernier jour avant l’entrée en carême pour les chrétiens qui vont marquer le début de cette période religieuse par la cérémonie des cendres demain.

Autrefois ce temps de carême était une période de jeûne strict, les bons chrétiens devaient se priver de viande et de tous les autres plaisirs coupables pour se purifier afin d’être prêts à célébrer Pâques (la résurrection de jésus qui est à la base de la foi des chrétiens) quarante jours plus tard (c’est d’ailleurs le sens du mot carême dans lequel on trouve le mot quarante).

Du coup Carnaval était une fête incroyable où tout le monde adultes comme enfants profitaient à fond de toutes les bonnes choses de la vie avant de s’en priver faute aux règles de l’Église qui gouvernait l’ancien monde et aussi sous le poids de leur propre culpabilité. Aujourd’hui encore, certains carnavals comme celui de Dunkerque qui a préservé un grand nombre de traditions délirantes, sont là pour témoigner à quel point on devait s’amuser ce jour là.

La suite vous la connaissez, les chrétiens eux-même ont arrêté de jeûner bêtement et font aujourd’hui de ce temps de carême une période pour se rapprocher des autres et de Dieu par respectivement des actes de partage et la prière. Du coup Carnaval a cessé d’être une fête sauf pour les enfants de ma génération qui allaient encore déguisés, sonner aux portes des voisins pour demander des friandises. Puis les américains aidés par la grande distribution ont imposé Halloween et du coup depuis quelques années je ne vois même plus d’enfants à ma porte le jour de Carnaval. Les jeunes préfèrent comme moi à leurs ages, les thématiques plus sombres d’Halloween. D’autre part leurs médias ainsi que la grande distribution ne font plus rien pour Carnaval alors que Halloween est devenu un grand supermarché qui concerne la décoration, les déguisements et la nourriture. Le combat Halloween /Carnaval était donc perdu d’avance.

Ce qui est étrange à relever c’est qu’au bout du compte, on arrive à un paradoxe. En se libérant de l’emprise d’une Église toute puissante, bornée et moralisatrice, nous nous sommes aussi privés d’un grand moment festif.

Car oui, même si aujourd’hui avec la fin du carême et du verrouillage de la société par l’Église, tout est autorisé tous les jours et presque sans limites, et bien cela ne nous rend pas plus heureux puisqu’il n’y a plus rien à transgresser de façon festive, collective et intense car limitée dans le temps comme à l’époque des grands carnavals.

Mais ne vous y trompez pas, je ne regrette pas le carême stupide de ma petite enfance où j’étais privé de bonbons pour donner 15 francs aux pauvres avant Pâques. Non, à travers mon article d’aujourd’hui je ne fais que souligner un aspect étrange de la nature humaine. Ce qui devrait être de nature à limiter nos droits et notre plaisir nous aide à prendre conscience des plaisirs de la vie en venant réduire notre jouissance.

C’est un peu compliqué alors je vais donner une image plus claire: Une chèvre envoyée sur une ile aux falaises abruptes ne sera vraiment libre que quand on lui aura construit un enclos. Sans aucune barrière sa liberté est totale sans limites et n’existe donc pas. Elle finira d’ailleurs par tomber dans l’océan faute de ne pas avoir de limites qui viennent lui expliquer où le danger commence. Sa liberté c’est la taille de son enclos qu’elle connait de façon extensive et qui lui permet de rêver et de se projeter dans ce qui existe au delà.

Pour nous autres les humains, la loi de Dieu n’étant plus la norme de la société (heureusement vu que c’était avant tout la loi des hommes parlant pour Dieu pour leurs propres bénéfices) notre enclos aujourd’hui c’est la Loi avec là encore un grand « L ». Cette Loi qui vient nous rappeler que nos droits se terminent là où l’on commence d’empiéter sur ceux des autres, cette Loi présente à tous les niveaux de notre existence. Car oui la Loi au sens très large ce n’est pas seulement la loi des textes législatifs, mais c’est tout ce qui vient nous façonner en tant qu’êtres humains.

Cela commence à la petite enfance avec le « NON » que l’on finit par nous envoyer à la tronche et qui va nous faire sortir de la toute puissance. « Nous ne sommes pas le centre de l’univers et nos demandes ne sont pas impératives ». Pour le petit enfant, comprendre et intérioriser cela, permet d’accéder à la notion de manque qui va transformer ses pulsions nuisibles à la société en désirs valorisants et structurants.

Il y a aussi la loi naturelle, celle qui fait de nous des mortels et donne ainsi un sens à notre vie puisque nous avons un temps limité pour réaliser nos projets et surtout découvrir, comprendre, apprendre puis transmettre à la génération suivante.

Au bout du compte on se rend compte que la Loi nous libère, nous structure et nous aide à réaliser nos potentiels. Supprimer une loi entraine donc la perte d’une liberté qui lui est attachée. La suppression du carême crétin euh pardon chrétien a donc entrainer le droit de fêter Carnaval à fond comme jadis.

Un mal pour un bien ? Pas sûr, vu qu’un carnaval de 365 jours est tout comme un pré sans clôture, c’est à dire une fausse liberté sans saveur. Mais au fond c’est bien préférable à une injonction religieuse qui ne profite à personne sauf à ceux qui la professent pour asseoir leur autorité sur le peuple.

Alors quitte à être dominé je préfère l’être par la grande distribution 365 jours par an. 😈

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s