Follow the white rabbit… (Archive)

ARCHIVE du Mercredi 29 Novembre

Cher Francis, 

       En cette journée pluvieuse, je me suis préparé pour aller au centre de formation de Mulhouse pour y présenter l’état d’avancement de mon travail de mémoire. Devant composer avec la SNCF j’ai choisi un train dont les horaires prenaient en compte la loi de Murphy. Une fois de plus j’ai eu raison car va savoir pourquoi le train grande ligne avait ce jour-ci trente minutes de retard. Me voici donc bloqué en gare pour presque une heure. 

Après avoir traîné sur le quai, écouté une femme philosopher à voix haute sur le temps jadis où les trains servaient de montres aux gens tant ils étaient exacts, je retourne à l’intérieur de la gare. Je tourne encore autour des revues histoire de lire les titres puis je reviens dans le hall. Encore 40 minutes à tuer… Que faire…

Soudain un petit train arrive de Belfort. Une trentaine de personnes en descendent. Parmi eux je distingue un homme corpulent portant une longue barbe blanche. Il porte un jogging rouge et il avance un transistor collé à l’oreille. Le voici qui traverse d’un pas alerte le hall de la gare tout en parlant tout seul accompagné par le grondement de sa petite radio.

A ce moment je remarque qu’il reste encore plus d’une demie heure avant l’arrivée du train, c’est alors que tout comme Alice je décide de mettre fin à mon ennui en suivant à distance respectable cet étrange lapin blanc.

 Le bonhomme continue d’avancer tout en maugréant, traverse la rue devant la gare et se dirige vers le centre ville en direction du marché de Noël. Je décide donc moi aussi de le suivre dans ce paradis artificiel. J’atteins la porte de ce royaume de pacotille qui se résume à une arche rudimentaire derrière laquelle s’alignent sagement plusieurs rangées de cahutes en bois.

Je décide de prendre un vin chaud histoire de faire passer en douceur ce supplice que je viens de m’infliger à moi-même : traverser cet espace dédié au futile et à la vulgarisation gastronomique. Je regarde les stands des artisans, ce sont les mêmes depuis des années. Ils proposent encore les mêmes articles dont la seule originalité est de ne pas être des produits d’usine, dommage que ces objets soient vendus à des prix aussi prohibitifs.

Les vendeurs de marché de Noël, c’est connu, ne font pas vraiment de gros bénéfices. Leurs chiffres de vente sont en baisse d’année en année. Lorsque je passe près de leurs stands ils me regardent attentivement, serais-je celui qui leur permettra de faire une vente aujourd’hui ?

Malheureusement pour eux, cette année encore mon seul achat sur le marché de Noël se limitera à ce verre de vin chaud. Au fond je me dis que même si j’en avais les moyens financiers, je n’achèterai rien tant le principe même de ce marché de Noël me révolte.

Le but affiché clairement n’est pas de fournir une vitrine et un espace de vente aux artisans et associations. Je te l’ai déjà dit tous ceux que je connais se plaignent du manque de rentabilité de l’opération, les gens regardent mais n’achètent pas… Le but de l’opération qui d’année en année s’allonge dans le temps,  n’est-elle pas au fond de mettre en place un spectacle de très longue durée, un divertissement qui permettra au bon peuple de penser à autre chose qu’aux sombres perspectives d’avenir. 

Tu penses bien, ce n’est vraiment pas le moment !!! surtout en ces temps de Noël où tout un chacun est appelé à faire vivre l’économie en cédant aux sirènes de la consommation, quitte à se donner le motif du cadeaux pour apaiser sa conscience une fois le porte monnaie vide…

A ce propos ma banque me propose de me prêter plusieurs milliers d’euros pour que je puisse financer mes cadeaux de Noël…  Pitoyables crétins…

J’arrive au bout de ma torture self-inflicted. Je me trouve à présent devant les huttes des anciens pays invités, la Russie et le Canada… les vendeuses russes ont l’air encore plus tristes que les autres exposants, à voir leurs visages défaits je n’ai même plus envie d’aller leur parler avec mon russe limité… En plus de cela, scandale impardonnable, elles ne vendent pas de vodka cette année!!! Mais de qui se moque t-on !!!

A ce moment je décide de tourner le dos pour de bon à ce mirage de bonheur marchand pour retourner à la gare, mon lapin blanc, le père noël en jogging rouge a disparu.

Pas grave contrairement à Alice, je connais le chemin du retour.

A chacun son pays des merveilles.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s