Archive militante

Vendredi 1er mai 2009

200501

Le jour de la colère

Il ne vous échappera pas qu’aujourd’hui 1er mai, les journaux sont absents pour cause de Fête du Travail. C’est d’ailleurs le seul jour de l’année où la presse écrite fait défaut, et c’est une tradition… Malheureusement cette tradition ne s’est pas propagée aux autres médias.

A la télévision et sur Internet j’entends et je vois de pseudo journalistes faire des émissions ou des pages spéciales pour effrayer le bon peuple français. Un nouveau virus qui apparait (encore un essai manqué de mère nature pour se débarrasser de nous) et voilà que partout on semble nous annoncer la fin du monde. Comme pour la grippe aviaire les médias se dépêchent de trouver le nom bien commercial de « grippe porcine » puis le retirent face à la colère des éleveurs de porcs.

Là où je suis, dans la pièce du bas, j’entends la télévision et des annonces d’émissions aux titres provocateurs genre « la crise est-ce que ça va péter ? » Ils n’attendent que ça ces vautours de l’information, ils seraient même prêts à provoquer eux mêmes les événements si ils n’étaient pas contrôlés par le pouvoir en place. Leur rôle attribué en échange de la libre commercialisation de l’information, est de feindre l’indignation de façon tout juste suffisante pour justement habituer le bon peuple à le nouvelle réalité sociale et désamorcer ses envies de se rebeller.

Exemple : « Deux fois moins de monde aux manifestations du premier mai » Traduction :  » Ben vous voyez, les français se sont résignés, alors faites comme tout le monde et acceptez ce qui vous arrive ou va vous arriver »

Et bien sûr leurs « experts » répètent que ça ne va pas péter, ça ne peut pas péter: « non, interdit, n’y pensez même pas, ce n’est pas encore le moment, ni maintenant ni après ! »

Heureusement il reste encore des journalistes avec une vraie éthique et un désir de traiter l’information autrement que comme une source de bénéfices. Reporters d’espoirs est une agence de presse qui s’est fait une spécialité de positiver : au lieu de relayer drames et catastrophes, elle traque toutes les initiatives pour trouver des solutions aux grands problèmes de la planète, avec tous ceux qui inventent des solutions nouvelles, en espérant que le lecteur aura envie d’agir à son tour.

Oui un autre monde est possible, fort possible même. Mais encore faut-il que le bon peuple accepte de changer au lieu de continuer à se vautrer dans la satisfaction apportée par sa soumission consentie.

Et oui il y a onze ans j’écrivais de sacrées conneries… J’espère que c’est mieux aujourd’hui. Sinon c’est marrant de me souvenir de la grippe porcine, je l’avais oubliée celle-là ! Comme quoi les zoonoses, ce n’est ni le début ni la fin. 🙄

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s