Les prémices de la pandémie en archive

Archive du dimanche 19 février 2006

Cher Francis,

Dès vendredi soir la nouvelle éclatait dans la presse et dans les journaux T.V. La grippe aviaire arrive en France avec les premiers cas avérés de volatiles morts suite à cette maladie. 

Cela faisait déjà un bon moment que l’arrivée de cette épidémie en devenir était annoncée et qu’un grand nombre d’experts se succédaient sur les écrans tenant des propos alarmistes, certains chercheurs étrangers avançant que si cette maladie prenait la forme d’une pandémie, les morts seraient à compter par millions.

En ce qui me concerne je garde un œil critique sur cette affaire. En effet, même sans être un expert, je constate que pour l’instant cette prétendue pandémie n’a causé qu’une centaine de morts dans des pays où les personnes côtoient de façon étroite les oiseaux d’élevage sans respecter de règles d’hygiène. On avance que le virus H5N1 est un cousin de la grippe espagnole et qu’il risque de muter en rencontrant un virus de la grippe humain… Chaque jour amène son lot de nouvelles inquiétudes à ce propos relayées et accentuées par les médias dont les bénéfices enflent avec l’audimat et le lectorat. 

Alors moi aussi je vais proposer ma théorie au sujet de la grippe aviaire.

A mon sens cette histoire retombera comme un soufflé loupé lorsque l’on se rendra compte que seuls quelques oiseaux mourront de cette maladie pas plus agressive que les autres maladies propres à ces espèces animales. Là on fera un mini procès des médias qui nous auront inquiétés pour rien…

Enfin pour rien… Non pas tout à fait! Selon moi ce tapage médiatique aura fait les choux gras de la TV et de la presse mais aura surtout permis aux politiques de divertir les masses au sens étymologique. Divertir signifie détourner l’attention de la population de problèmes bien réels comme la montée des fascismes et des intégrismes, l’accentuation des licenciement boursiers, la destruction programmées des acquis sociaux et surtout l’absence de perspectives positives pour notre pays et le monde. En bref toutes ces mauvaises nouvelles qui nous empêcheraient de consommer et déclencheraient des grèves aux effets dévastateurs sur l’économie. Cela frapperait en premier les intérêts des grands riches qui tirent des sommes astronomiques de l’exploitation et l’abrutissement des foules.

Et oui mon brave Francis, tels des moutons imbéciles nous suivons nos bergers qui nous chantent que tout va bien et que nous devons continuer de brouter. Nous engraissons croyant avoir trouvé notre bonheur et nous faisons des plans pour l’avenir sans remarquer que tout autour de nous pas mal d’autres moutons ont disparus des vertes pâtures… Cela ne nous inquiète pas vu qu’ils n’étaient que des inconnus. Puis vient le jour où même le plus imbécile des moutons comprend que le berger n’agissait que pour ses intérêt propres. 

Dommage que cette prise de conscience ne se fasse que sur le chemin de l’abattoir… 

Mon rituel de fouiller jour pour jour dans les archives me réserve parfois de drôles de surprises. Il y a 15 ans j’avais eu raison la peur du H5N1 était retombée. Hélas 14 ans plus tard c’était la bonne, la vraie pandémie non pas de H5N1 qui ne fait que quelques centaines de morts principalement en Asie mais de corona virus qui en fait des millions dans le monde. Sinon j’aime beaucoup ma conclusion aussi sombre que prétentieuse. Je ne la renierai pas !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s