Archive hospitalière

Le lundi 12 mars 2007, j’amenais un jeune à l’hôpital. le pire c’est que je ne me souviens même pas de cet épisode que j’ai retrouvé dans mes archives. Je découvre même médusé que j’avais conduit une Twingo ! Comme quoi, un blog et ses archives ça sert parfois à retrouver la mémoire, enfin pas dans ce cas là car j’ai beau chercher je ne me souviens de rien et je ne peux donc que partir des faits relatés par mon moi d’il y a 14 ans pour retrouver plus de détails… Je pense que c’est tout juste impossible…

Archive du lundi 12 mars 2007

Cher Francis,

       Après avoir fait trois fois le tour du parking avec la petite Twingo, j’ai compris que je devais chercher une place ailleurs. C’est ainsi que je me suis dirigé vers les anciens bâtiments de l’hôpital et qui j’y ai enfin trouvé un endroit ou stationner ce drôle de petit véhicule. A coté de moi le jeune garçon était resté silencieux pendant tout le voyage, en scrutant son visage tuméfié je ne parvenais pas à lire autre chose que de l’indifférence vis à vis de ce qui venait de lui arriver.

Deux heures auparavant l’enfant avait été poussé par deux de ses camarades et était tombé lourdement à terre face la première. Son nez et son front étaient égratignés tandis que le reste de cette zone de son visage prenait une couleur bleu jaune.

Je suis son référent c’est donc à moi de l’emmener aux urgences enfin de couvrir l’établissement au cas où un symptôme post-traumatique devait apparaître. Je prends le jeune garçon par la main en tentant de le faire un peu rire pour détendre l’atmosphère mais je suis moi-même très tendu, sans doute plus que lui car habitué aux urgences, je sais que l’attente risque d’être longue et que le jeune garçon pourrait très bien devenir le témoin des blessures et des mutilations diverses qui sont si courantes dans ce service. Conscient de cela je l’entraîne à l’écart sur une petite table et je le fais asseoir le dos tourné au bureau d’accueil et au reste de la salle d’attente.  Ce soir, pour une fois, je suis content  d’avoir eu cette précaution.

Je m’assois face à l’enfant pour lui parler, ce faisant mon regard vient se poser sur cette petite antichambre des enfers. De nombreuses personnes sont déjà là, il y a ce couple en état de choc composé par un homme de la quarantaine plié en deux sur les genoux de sa femme, il se tord de douleur semble hurler sans pouvoir expirer le moindre son. Il se tortille depuis plus de 45 minutes quand enfin une infirmière arrive pour lui demander :  » vous avez mal monsieur?  » Incroyable… Je vois aussi cet homme avec la main enroulée dans un mouchoir sanglant, un autre homme sur un fauteuil roulant laissant traîner à terre un pied a moitié amputé  dont la couleur semble indiquer un état de gangrène… 

        Partout où mon regard se pose je ne vois que souffrance et tristesse. Les conversations entre les malades leurs familles et le personnel soignant viennent à mes oreilles dévoilant les drames à l’origine de la présence de ces individus dans ces lieux. C’est ainsi que par exemple je comprends que l’homme qui se tord de douleur a fait une tentative de suicide par médicaments…

       90 minutes plus tard, nous sommes enfin appelés par le personnel soignant, nous sommes installés dans une petite salle sans porte qui donne directement sur un couloir de l’hôpital, un axe de circulation, une veine de ce grand corps malade qui charrie un flot constant de malades poussés par des infirmiers. Le jeune garçon regarde ce spectacle étonné. Parfois un des brancards s’arrête devant l’ouverture de la salle où nous sommes et comme dans un mauvais film d’horreur un visage pâle dans lequel est planté un regard sans vie vient se poser sur nous. Je sens l’enfant à coté de moi de moins en moins rassuré, je tente de le rassurer en lui expliquant que ces personnes sont là pour être soignées et qu’elles vont aller mieux mais connaissant moi-même leurs situations, je manque de crédibilité assez pour que l’enfant s’en aperçoive. Un interne arrive enfin et examine le jeune garçon, les blessures ne sont pas graves mais des radios doivent être prises pour déceler d’éventuelles fractures. Je demande à accompagner l’enfant vers l’appareil et je reste en salle à coté du manipulateur pour regarder amusé l’image du crâne du jeune garçon diffusé en temps réel, la vision de ces os et de la vie qui les anime est un spectacle saisissant.

Puis l’on nous demande de retourner en salle d’attente. Soudain j’entends le nom de l’enfant prononcé très fort par une voix de femme, la tante du jeune garçon a emmené sa propre fille victime d’un choc important à ta tête après un incident de roller. Cette tante appelle la mère de l’enfant qui arrive quelques minutes plus tard avec la grand mère… Du coup toute la famille se retrouve aux urgences à papoter. J’offre les chocolats que j’avais acheté en prévision de ce qui aurait put être une très longue attente. Le climat convivial qui se développe dans notre petit groupe redonne le sourire à l’enfant tout heureux de voir sa maman venir le voir aux urgences, je glisse à cette occasion le fameux  » vous savez votre grand garçon a été très courageux ».

Ce lieu comme tout lieu habité par l’homme est lieu de vie et de rencontres, un lieu improbable dans lequel tout semble possible, le pire comme le meilleur. Un endroit coupé de l’espace et du temps où chacun de nous peut atterrir d’un moment à un autre.

Mais en ce qui me concerne, je préfère rester simple accompagnateur…

2 réactions sur “Archive hospitalière

  1. C’est ça…
    J’ai passé de longues heures à attendre pour mes filles, quand elles avaient des fièvres phénoménales et que du coup t’es obligé d’aller aux urgences, c’est un peu la cour des miracles !
    je n’aimerais pas travailler dans un endroit pareil, mais en même temps ce soit être passionnas pour celui qui aime …
    Bon dimanche Laurent

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s