Bilan à mi-chemin

Me voici donc arrivé à la moitié de ces « vacances » qui pour moi ressemblent plus à un confinement de 5 semaines. Je suis bien occupé avec le travail dans et autour de la maison et j’ai aussi trouvé des miettes d’humanité pour parsemer cette période qui pour moi est des plus amère lorsque je repense à ce qu’elle était il y a trois ans.

Alors du coup mon moral est bas mais reste stable parfois avec deux moments passés avec des amis qui ont eu pitié de moi et de mon sort. Les voisins aussi ont pitié, ils sont même venus tondre ma pelouse qui était redevenue une forêt amazonienne.

Mais tout ceci n’est rien face à une nouvelle source d’inquiétude qui ne cesse de grandir au fur et à mesure de la dégradation de la situation.

Je veux bien sûr parler de la santé physique et psychique de ma mère âgée qui ne cesse de perdre son autonomie de déplacement et qui vient de subir une violente crise de douleurs cervicales dans le supermarché où je l’avais emmenée histoire de lui changer les idées, je l’ai évacuée en urgence avec l’aide du personnel mais une fois assise dans la voiture tout allait mieux j’ai donc terminé les courses.

Ma mère n’a plus aucune envie, plus d’appétit (je la force à manger), plus d’envie de cuisiner ou de travailler. Sa journée se résume entre la TV et son lit. Le reste de la famille est prévenu certains ont fait une visite qui a aidé un peu mais je suis le seul à voir à quel point sa situation s’est dégradée.

Le coté positif de tout cela c’est que j’ai appris à tout faire dans la maison et que je m’en tire bien. Pour le reste ce n’est que du souci à court et long terme voire des angoisses qui viennent m’empêcher de dormir la nuit.

Si à la rentrée mon travail devient lui aussi plus compliqué et anxiogène je ne sais pas si je pourrai tenir encore bien longtemps sans craquer et tomber dans une longue dépression qui fera peut-être bouger les choses et m’apporter une aide et une visibilité sur mon avenir.

En attendant à 48 ans je suis comme ma mère, aucune envie, aucun projet, aucune confiance dans un futur de plus en plus sombre et incertain. Face à ce climat anxiogène, je dois tenir et pour cela je fais comme d’habitude, je me fais des petits plaisirs avec mes cartes pokemon, une collection qui est aussi un investissement enfin peut-être…

Au final vivement que je retourne au travail pour penser à autre chose (des choses positives j’espère) et pour retrouver la vie qui est présente chez les autres afin de m’en imbiber pour peut-être rallumer en moi la flamme de l’espoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s