Archive théâtrale

Archive du lundi 19 novembre 2007

Cher Francis,

       Aujourd’hui j’ai accompagné deux enseignants et une vingtaine d’enfants à un spectacle. Il s’agissait d’une interprétation théâtrale du roman « Le meunier hurlant » écrit par Arto Paasilinna. L’histoire était très belle mais d’une tristesse insondable. En 1945 au nord de la Finlande, un homme revient de la guerre et achète le vieux moulin pour le restaurer. Le nouveau meunier a cependant un défaut : à la moindre contrariété, il se réfugie dans les bois pour hurler à la lune tel un loup, empêchant les villageois de dormir. Les jeunes du village avaient pour habitude de se réunir au « moulin de la Bouche » pour assister aux exhibitions du meunier, qui, déchaîné, se moquait allégrement des gens en imitant les fermiers et les animaux. Cela cessa rapidement lorsque les villageois le jugèrent fou et décidèrent de l’envoyer à l’asile d’Oulu. Mais le meunier Huttunen, soutenu par la conseillère rurale et par le postier du village, est bien décidé à se battre pour défendre sa liberté.

La mise en scène de ce spectacle est absolument superbe. Un grand écran composé des bandelettes rotatives sert de support à la projection de films et fourni le décor des différentes séquences. Sur la scène seuls trois acteurs sont humains, les reste des personnages est interprété par des marionnettes manœuvrées par deux des trois comédiens habillés en noir de la tête aux pieds. La photo ci dessus rend bien compte de cet incroyable jeu scénique entre un acteur humain et une marionnette. Au début cela déroute quelque peu mais je m’y suis habitué très vite au point d’oublier la présence pourtant peu discrète des deux comédiens en noir…

Ajoute à cela des séquences filmées de maquettes mobiles d’un réalisme impressionnant, le tout filmé en direct avec une micro-caméra et une musique étrange et envoûtante et tu auras une petite idée de l’intérêt de ce spectacle à la mise en scène si étonnante. 

Cependant les thèmes abordés, la fin tragique de la pièce, les vulgarités prononcées et actées font de ce spectacle (pourtant indiqué comme étant pour des enfants de plus de 9 ans) une œuvre à réserver à un public plus âgé que les enfants que nous accueillons dans notre établissement. L’équipe des enseignants qui avait choisi cette représentation étaient d’accord avec moi. Quant aux enfants, ces derniers n’ont heureusement pas compris grand chose à l’histoire et n’ont donc gardé en mémoire que de petits instantanés de la pièce.

Heureusement d’ailleurs, car à mes yeux d’adulte, cette pièce bien que superbe sur la forme est profondément triste et anxiogène.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s