Le vent tourne

Cela fait une semaine que ma maison est devenue une terre d’accueil pour ma famille ukrainienne. Je ne vais pas tout raconter ce qui s’est passé dans ces sept jours mais en simplifiant et bien disons que le premier jour c’était câlins et sourires puis que peu à peu les visages se sont figés jusqu’à ce repas de famille de vendredi où ma cousine me dit des choses du genre  » Mais que veux-tu que mes enfants fasse chez toi ? regarder la forêt ?  » Alors oui ce sont des gens aisés de la ville qui ne comprennent rien au plaisir que l’on a à vivre face à une forêt, mais tout de même après tous les sacrifices et l’argent dépensé pour les accueillir ces paroles ont brisé quelque chose en moi à l’image de ce verre en photo de la semaine samedi dernier. Ont suivi trois jours à s’éviter puis peu à peu la reprise des dialogues autour d’une volonté commune de les reloger ailleurs vu que personne n’y trouve son compte à commencer par ma mère de 85 ans qui ne les supporte plus.

Il est vrai qu’adultes comme enfants font ce qu’ils veulent, ils ont beau acheter de la nourriture et faire du ménage, il ne m’aident pas pour ma mère, ne sourient pas mangent à toute heure du jour et de la nuit et pire que tout, ne veulent pas aller au pub avec moi ce qui vous en conviendrez est la pire insulte que l’on puisse me faire à moi et au village qui les accueille. :mrgreen:

Ce soir une solution semble se dessiner, ma cousine s’est déplacée dans la ville d’à coté qui n’a pas voulu m’aider lors de mes démarches téléphoniques mais qui s’est empressée de lui proposer un appartement après l’avoir rencontré dans la vie réelle et avoir vu qu’elle était belle, riche et capable de parler un français presque correct. C’est si rassurant par rapport à une femme laide pauvre en anorak qui ne parle que l’ukrainien !

Mais ce soir au travers de mes lectures je vois le vent tourner, le « Aidons tous l’Ukraine » semble faiblir de plus en plus vite face aux critiques tout à fait justifiées des français gravement impactés par la guerre et l’explosion des prix de l’énergie et de la nourriture et pour lesquels on ne fait absolument rien. On peut aussi se souvenir du conflit en Syrie et des cadavres d’enfants sur les plages de la Méditerranée qui n’avait pas vraiment déclencher le même élan de solidarité.

Mes cousines me racontent aussi que parmi les réfugiés ukrainiens se trouvent aussi des personnes qui pensent ne plus jamais revenir en Ukraine et que la France va leur donner la nationalité et payer leurs dépenses sans rien exiger en retour, c’est vrai, de telles personnes existent et même si elles ne sont pas majoritaires, les politiques ferait bien d’y réfléchir à deux fois avant de s’afficher à coté de réfugiés car le capital sympathie pour ce pays semble s’effriter encore plus vite que la banquise dans l’Arctique.

Concernant mes cousines je suis à la fois fier et rassuré, elles veulent partir le plus vite possible et trouver des emplois pour ne pas dépendre des aides, le CV de ma cousine va rendre cela très facile et vu qu’elles ne seront qu’à une vingtaine de kilomètres de chez moi, je pourrais continuer à veiller sur leur sécurité et les aider si elles en ont besoin.

Plus qu’à espérer que tout cela se concrétise… 🙄

Une réaction sur “Le vent tourne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s