Tentations caritativo-égoïstes

Ma vie reprend donc son cours habituel sans petit enfant qui me gratifie d’un beau sourire édenté et d’un vibrant « Priviet » (salut) quand je rentre. J’aimais bien lui répondre « Priviet soviet » ça le faisait rire.

La famille ukrainienne a donc quitté la maison après une cohabitation de 25 jours. C’est donc le moment de mettre les choses sur table afin de savoir ce qui n’a pas fonctionné dans cette cohabitation.

Je mets bien sûr de coté la brouille entre les deux sœurs attisée par le manque de place et de commodités pour faire vivre 7 personnes sous le même toit. Mais une fois la jeune sœur partie pourquoi était-ce encore si difficile de vivre avec son aînée, ma cousine que je connais pourtant si bien depuis son adolescence ? Et bien tout simplement à cause des égoïsmes de part et d’autres.

Ma mère tout d’abord s’est comportée comme le personnage du film Tatie Danielle en protestant à chaque fois qu’une chose était déplacée dans sa maison et en accusant ma pauvre cousine chaque fois qu’elle ne retrouvait pas un objet ou un aliment. Ma mère a été odieuse et a tourmenté ma pauvre cousine qui pleurait comme une adolescente et allait parfois jusqu’à fuir dans sa chambre en claquant la porte derrière elle. J’ai eu beau lui rappeler que ma cousine et ses enfants n’étaient pas en vacances mais qu’ils fuyaient la guerre, chose qu’elle devrait comprendre puisqu’elle l’a connue en étant enfant, cela ne l’empêchait pas de dire tout haut sans se soucier de leur présence : « c’est quand qu’ils partent j’en ai marre !!! »

Face à cela ma cousine qui n’était déjà pas très intéressée de prime abord pour suivre les coutumes françaises de base du genre manger à heure fixe et ensemble, ne pas manger dans les chambres… Bref face à cette hostilité, ma cousine et ses enfants se sont faits encore plus discrets pour avoir le moins de contacts possibles avec ma mère et du coup pendant ces dernières semaines de vie commune nous avons expérimenté tous les inconvénients de la vie en grande famille sans en avoir les avantages. Chacun a vécu sa vie séparée de celle des autres sans moments sympas passés ensemble. Il y a deux semaines j’ai rompu avec cette omerta de l’égoïsme en organisant une sortie au belvédère, pendant quelques instants j’ai vu des sourires et entendu quelques rires, une vie ensemble en famille aurait-elle donc été possible sans le comportement tyrannique de ma mère de 85 ans ?

Et là je dois répondre en toute honnêteté que non, car le plus important dans une vie de famille en France reste tout de même le temps du repas et dans mon cas entre les horaires qui ne collent pas pour personne, les habitudes alimentaires des ados qui mangent à toute heure et le refus des mères de leur faire manger autre chose que des pâtes et des knacks même lorsque je préparais un bon repas, et bien au bout de tout ça vous comprenez que passé le premier soir et le repas des retrouvailles, pendant 24 jours j’ai mangé seul à table avant d’emmener une assiette à ma mère qui mangeait sur son fauteuil devant les infos.

De mon coté j’ai beau chercher, je ne vois pas où j’ai été mauvais. je me suis démené pour trouver des solutions pour tout le monde, j’ai sacrifié mon confort, vécu comme un mendiant, j’ai joué le rôle de défouloir de chaque partie et j’ai beaucoup dépensé et utilisé l’argent collecté par mes collègues et amis pour offrir un peu de bonheur, bref, j’ai été tout sauf égoïste. Mais voilà cela n’a pas suffit.

Et maintenant ?

Maintenant il y a deux choses dans ma tête, deux motivations. la première altruiste qui note que ma cousine la plus jeune est seule avec son fils sans moyen de locomotion et désire découvrir la France. Mon autre motivation, plus égoïste, repose sur un refus de laisser cette occasion de vivre des choses en famille avec des personnes qui ont besoin de moi pour découvrir mon pays et les pays autour. J’ai envie de profiter de leur présence pour sortir de chez moi, faire des virées pas forcément très chères, même gratuites si je suis fauché. Bref, marre de cette solitude, envie de vivre, de sortir surtout après deux ans de pandémie !

Et si en plus au hasard de cette sortie je peux faire quelques portraits, alors là c’est banco !

Bon, jeudi soir c’est les vacances alors y’a plus qu’à ! :mrgreen:

2 réactions sur “Tentations caritativo-égoïstes

  1. « … J’ai envie de profiter de leur présence pour sortir de chez moi, faire des virées pas forcément très chères, même gratuites si je suis fauché. Bref, marre de cette solitude, envie de vivre, de sortir surtout après deux ans de pandémie ! …. »
    Bonne idée 😉 , le tout est de savoir ce qui peut les intéresser comme sorties , qui te plaisent à toi aussi .
    Sont ils plus ballades style rando ou ballades styles musées , expos …. ou malgré « les pates et les knackis » découvrir la cuisine de ton secteur
    Et n’oublie pas que c’est tes vacances à toi aussi 😉

    J’aime

    • Et bien justement si je ne m’occupe de personne ni de rien je passe ma semaine au lit à regarder des dessins animés et des films. Du coup en m’occupant de mes cousines je m’occupe de moi-même en me forçant à sortit, à marcher à découvrir des choses, à jouer à l’office du tourisme ! C’est-i pas beau ? 😆

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s