Une bonne après midi…

190618b

Parfois on cherche les choses très loin alors qu’en fait elles sont à portée de main. prenez par exemple la volonté de passer une bonne journée…

Alors certains peuvent aller très loin, faire des tas de chose set ne pas y arriver alors que pour moi être avec un pote des livres photos discuter matériel et projets tout en buvant une dizaine de bières et voilà le tour est joué ! Un allez simple pour le paradis éphémère peut-être mais bien réel au niveau des souvenirs engendrés par ce moment sympa.

Sur ce je dois remettre les films au frais, la bière c’est pas grave… :mrgreen:

 

J’ai refusé de vivre

P8x10crop

Ce matin je me suis réveillé à 4h00 au terme d’une nuit très longue mais coupée. Je me sens pas très bien dans mon corps et dans ma tête.

Au delà des petits soucis de santé, je me rends compte en vieillissant de l’état de ce corps que j’ai blindé de bière et de parfois trop de nourriture alors qu’il est très mal réglé du fait d’un métabolisme de stockage et d’une absence d’exercice physique.

Ce corps va m’en faire baver c’est sûr, après m’avoir bouleversé à plusieurs étapes de ma vie, il est entré en lente décomposition et commence à susciter en moi des angoisses de maladies présentes et à venir. Non, je ne suis pas hypocondriaque mais réaliste.

Alors oui, une fois de plus la peur s’installe dans un autre domaine de ma vie, cette fois-ci c’est le corps. Ces nouvelles angoisses s’ajoutent à celles que j’avais déjà en stock et vont sans doute aggraver mon dégout de la vie.

Enfin vivre, peut-on appeler ça comme ça ? A 47 ans je n’ai jamais connu ni l’amour ni les bagarres, j’ai été obligé de renoncer à tous mes projets et je vis constamment en tremblant dans l’attente des trois choses qui vont peut-être venir détruire ce semblant de vie pour le remplacer par une existence pire encore.

Ces menaces sont : La perte d’emploi (réunion ce soir car on rassemble tous les professionnels de la structure pour les fusionner avec une autre dans les mêmes locaux), la maladie (pas besoin d’en rajouter) et la mort de ma mère qui fera que je me retrouverai à la rue car je n’ai rien à mon nom. Sur ces trois menaces une seule est vraiment inéluctable mais cela ne rend pas les autres moins réelles.

Alors certes, j’ai sans doute refusé de vivre torturé par toutes mes peurs à commencer par celle des autres, mais vu ce dont ma vie est faite et la fragilité de ce qui la compose, je pense avoir une bonne explication pour tout ce gâchis.

Explication, excuse ou alibi, ça c’est à vous de juger…

Rien…

Trois heures que je réfléchis devant mon écran, mais non… Je n’ai rien à dire de perso cette semaine. Le moral est aussi bas que d’habitude, je suis de plus en plus fatigué avec des tas de choses à faire et peu de temps pour mes loisirs, alors du coup histoire d’en garder un peu, je lâche l’écran et je mets un point final pour aujourd’hui.