Marchés de Noël

181214

D’aussi loin que je m’en souviens, j’ai toujours détesté les marchés de Noël, le 14 décembre 2007 j’écrivais d’ailleurs ceci :

Vendredi 14 décembre 2007

Cher Francis,

Ce soir après une journée bien difficile et un entretien à domicile qui s’est révélé être un lapin, je suis allé au centre-ville pour y faire une commission. Les bonnes odeurs de crêpes et de gaufres flattaient mon ventre qui n’avait mangé de la journée qu’un bout de poisson avec quelques épinards sans saveur.

Cependant n’étant pas du genre à attendre 20 minutes pour manger une crêpe à 3 euros, je passai mon chemin.

Au dessus de moi les fameuses « lumières de Noël » répandaient leurs lumières aussi éclatantes qu’envahissantes. Je pensais à tout cet argent dépensé en ampoules fils et électricité. Une telle dépense et un tel gaspillage d’énergie à l’heure de l’écologie et des restrictions de budget. Quelque chose sonne faux…

Il existe deux genres de lumières. celles qui guident les hommes comme celles des phares en mer et celles qui les égarent comme les faux feux allumés par les brigands cherchant à faire couler des navires afin de récupérer la marchandise qu’ils transportent.

En tapant ces lignes je me rend compte de la justesse de la métaphore que je viens d’employer. Les metteurs en scène de ces orgies luminescentes sont les pouvoirs publics ainsi que les commerçants. Ces naufrageurs du 21ème siècle cherchent à égarer l’acheteur afin que, hypnotisé par le balais de lumières il finisse par échouer dans une boutique en laissant s’écouler l’argent de son porte-feuille. Je suis en effet convaincu que ce que l’on appelle la magie de Noël est en fait une sorcellerie au service de quelques groupes qui, bien loin d’être occultes, opèrent sans se cacher ni éprouver la moindre gène.

Des milliers d’euros dépensés pour ces appâts lumineux, mais des milliards de bénéfices pour le commerce et donc pour l’État.

Mais c’est vrai que c’est joli ces lumières et ces animations. Cependant, de mon point de vue, si on réduisait un peu la quantité pour donner les sommes ainsi économisées aux plus pauvres, le spectacle restant en resplendirait encore plus.

Mais à la ville, ce ne sont pas des lumières…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s