Commencer la basse, étape 2

Hier c’était l’étape 1 avec l’achat de la basse électrique. Aujourd’hui je passe à l’étape 2 qui est de loin la plus importante. Il s’agit de commencer l’apprentissage en trouvant un prof qui me donne des repères des conseils et surtout des exercices pratiques.

Mais aller voir un vrai prof tout de suite sans tester ma détermination à vraiment apprendre de façon académique et pratique à jouer de cet instrument ? Non pas question ! Je ne veux pas faire soupirer une personne et au bout du compte me retrouver avec une très mauvaise image de moi-même. Non si je veux apprendre la basse c’est justement pour vraiment travailler la musique le solfège et le reste pour enfin progresser en musique que cela soit à la basse ou à la guitare.

Du coup j’ai décidé de choisir un professeur un peu spécial, qui est disponible même au milieu de la nuit et qui peut répéter mille fois la même chose sans soupirer. En plus de ça il est gratuit ! Oui, j’ai choisi un prof sur le tube. 😆

2 réactions sur “Commencer la basse, étape 2

  1. Salut Laurent !
    Bien courageux !
    Moi ça m’a toujours gonflé la théorie, j’ai jamais rien compris ( pas vraiment forcé non plus pour y arriver…) pour ça aussi je n’ai fait que gratouiller ou suivre à l’oreille. Heureusement qu’elle est comme le pif : bien réglée !!
    Comme la grammaire : rien compris, mais une faute ça me tord les yeux !
    Et puis c’est pas logique pour mon cerveau ! Pourquoi il n’y a pas de demi-ton entre mi et fa hein ? Elle est passée ou la touche noire ?
    Pourquoi quand on joue n’importe quoi sur les touches noires, ça sonne toujours juste ?
    Et pourquoi on dit un instrument « en » quelque chose ? Il est bien capable de faire toutes les notes cet instrument, alors quoi ? Je sens bien qu’une clarinette « en sib » avec un piano c’est acrobatique et qu’avec une « en do », ça va mieux, disons plus pratique.
    Mais sans théorie ça coince quand on veut échanger avec les autres, alors vas y ! Bien que je ne sois pas convaincu qu’un prof virtuel soit aussi pédagogue qu’un vrai.
    A la basse et au pif, j’avais accompagné le conte de Steve Waring : et le matou revient. Très simple, mais déjà pour caler ça avec 2 conteuses… le tempo, rajouter 4 demi-tons avec Audacity, caler les 2 tessitures…
    Ca irait bien avec la ligne rythmique photographique !
    A bientôt
    Rémy

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s