L’emprise des choses

Voici plus de deux semaines que l’on m’a demandé de vider les deux endroits où je stockais (bon nous sommes entre nous donc on va dire où je cachais) pas mal de choses personnelles que j’utilisais souvent, peu ou pas du tout pour mon travail avec les enfants.

Car oui, pour mes employeurs le fait d’encombrer de façon invisible ces deux salles n’avait jamais posé de problèmes jusqu’à cette année où la féminisation des cadres et la relocalisation des services dans le même bâtiment ont fait que j’ai du laisser ma salle et vider les placards ainsi que ce qui était mon second labo photo.

Vider, trier et jeter cela m’a pris plus d’une semaine…

200714a

Et bien sûr, ce qui pour certains est un exercice bienfaisant s’est vite transformé pour moi en expérience très désagréable.

Surtout lorsque j’ai ramené ce que je ne pouvais pas jeter pour le stocker dans mon labo, seule pièce disponible dans toute la maison. L’encombrement ainsi créé m’a bloqué l’accès à mon matériel de développement et a ainsi retardé la bonne surprise de mon dernier auto portrait en grand format.

200714b

Cette petite chronique personnelle aussi futile que dérisoire n’est en fait que le début de ma réflexion du jour sur quelque chose qui me turlupine depuis que j’ai commencé ce que j’ai décidé d’appeler mon combat contre les choses, je veux bien sûr parler de l’emprise que les objets ont sur nos vies.

Une grande partie de notre activité humaine a pour but soit d’acquérir des biens soit de se procurer les moyens de le faire et parmi ces biens en dehors de la nourriture et des outils vraiment utiles et non redondants dans notre quotidien, aucun n’est vraiment indispensable. Oui il faut se l’avouer, nos objets sont avant tout des choses importantes pour nous mais bien souvent sans réelle utilité. Les raisons qui nous ont poussé à les acquérir sont bien souvent liées au désir d’éprouver la courte joie que l’on ressent lorsque l’on ouvre le colis où que l’on passe à la caisse. Acheter un nouvel objet non indispensable qu’il soit un objet de confort ou un outil, ne changera rien à nos vie mis à part le fait d’éprouver cette satisfaction passagère et peut-être se sentir moins vide à l’intérieur car comblé d’objets à l’extérieur. Les publicitaires qui créent les besoins pour vendre des produits qui font tourner notre système économique le savent bien.

Peu importe les raisons conscientes ou inconscientes des ces acquisition, on achète, on achète encore et encore, et là, comme dans mon cas on tente de les jeter de s’en libérer et c’est là que l’on se rend compte de l’incroyable emprise qu’ils ont sur nous. Le dessin d’un enfant, la carte faite pour mes 40 ans par les enfants et ma collègue, les cours de l’école des éducs, ce bout de métal qui est un morceau de l’école dans laquelle j’étais avant, un joli coquillage, un caillou ramené pendant d’une balade…Et tant de photos…

Non c’est impossible de jeter les souvenirs, c’est aussi difficile quand on a eu mon éducation de jeter des choses qui peuvent encore servir. Dans mon cas mon rapport aux choses est encore compliqué par le fait qu’à l’instar de certains peuples asiatiques, je leur accorde parfois une âme, un semblant de vie qui me pousse à les protéger. Enfin il existe une autre raison que l’on n’évoque jamais car trop honteuse, c’est bien sûr la flemme qui fait que l’on adopte une attitude procrastinatrice face à l’urgence du rangement et que l’on se retrouve ainsi parfois dans un terrifiant capharnaüm.

Et c’est ainsi que le piège des choses se referme sur nous à grand coups de  « je suis un souvenir » de « je peux encore servir » ou pire de « ne me jette pas je suis un objet doté d’une âme ». La suite vous l’avez vu ci dessus, c’est le cauchemar des choses qui envahissent votre espace et paralysent votre activité sans rien vous offrir en échange que de creuses et trompeuses promesses de joies à venir.

Depuis cet incident, je ne cesse de penser à mon rapport aux choses et je réfléchis à ce que je dois faire pour m’en libérer.

  • La première idée est de se faire aider lorsque cela est possible, les femmes prennent un main plaisir à jeter les affaires des hommes car elles ont conscience des souffrances que cela engendre chez eux mais d’un autre coté cela fait d’elles des alliées précieuses dans ce combat contre les choses.
  • Avant d’acheter quelque chose de neuf ou d’occasion se demander si on a vraiment besoin de cet objet ou si ce n’est qu’une énième tentative de combler le vide par le plaisir très éphémère de l’acquisition. Ces derniers jours j’ai failli acheter une quatrième basse (j’en ai trois en comptant celle pour le projet avec les gamins) et fort heureusement c’est mon prof de basse qui m’en a dissuadé de façon très efficace.
  • Face à un objet « souvenir » se demander si ce souvenir est si clair que ça et si il l’est se poser la question de son importance ou de la façon dont on va le consulter. La carte de mes 40 ans était énorme, où pouvais-je le stocker mis à part dans un placard de l’établissement et de toute façon je n’allais pas la regarder si souvent car les enfants qui l’ont signé ne font plus partie de mes souvenirs. Du coup en faisant cet exercice j’ai réussi à la jeter.
  • Cet objet peut servir… Oui mais à qui ? quand ? n’est pas un faux prétexte pour ne pas avoir à le jeter ? Des vieux aspirateurs j’en avais déjà deux donc celui trouvé dans le labo est parti vite fait à la déchetterie.
  • Enfin quand je regarde mes livres, mes CD, mes DVD je me dis que la technologie moderne offre des possibilités de stockage qui pourraient dans l’idéal me permettre de créer un espace culture dans la maison avec un écran relié à un ordinateur doté d’un très grand disque dur et d’une connexion Internet. Mais bon je refuse de lire un livre sur écran ainsi que de ne plus avoir le plaisir de faire tourner mes vinyles, du coup cette solution serait une semi victoire me débarrassant des DVD et CD.

Ceci écrit, je sais que mon combat contre les choses pour la reconquête de ma vie ne sera possible qu’en jetant et en vendant lorsque cela est possible. Mon labo est accessible depuis samedi après-midi, cela fait une bataille de gagnée mais la guerre elle-même ne fait que commencer.

En conclusion il est clair que notre rapport aux choses vient dire beaucoup de choses sur nous-mêmes et nos conflits internes. Le fait pour moi d’écrire ce long article pour trouver la force de réduire la part des choses dans ma vie, témoigne d’une volonté de ma part de trouver enfin une petite partie de bonheur dans ma vie, un genre de bonheur à bas prix, très bas mais régulier et ne passant pas par les choses.

Me remettre à la musique ou intensifier ma pratique photographique sans acheter d’outils ou de consommables qui ne soient pas indispensables me semble être une bonne idée car cela va me procurer de bonnes vibration tout en me poussant à aller vers les autres pour apprendre et partager. 🙂

4 réactions sur “L’emprise des choses

  1. Tiens mon labo …. 🙂
    Blague à part , je n’ai pas honte de dire que j’aime les objets , j’aime les acquérir , les regarder ….
    Tu me verras rarement vendre quelques choses .Je préfère le donner à une personne qui je sais est comme moi et qu’elle l’aimera .
    Ne pas se tromper sur cette nouvelle mode de jeter , pour jeter , quitte a racheter ensuite.
    Les maisons sont de plus en plus petites , les objets souvent de qualité médiocre , donc oui , on incite les gens.

    Par mon activité , j’ai eu une chance immense , que peut de gens pourront connaitre.
    J’ai fait des soins dans des maisons , ou disons plutôt grandes demeures ou chaque génération a laissé une strate .
    Je me promenais si l’on peut dire dans notre histoire de France du mobilier , du bibelot ,de la peinture.
    Je rédigeais mes feuilles de soins sur du mobilier d’époque et non de style .
    Je me rappelle mettre plus de 15 minutes a descendre un étage , le mur étant couvert soit de gravures , soit de bibelots des différentes époques
    que la maison et cette même famille ont traversées ensemble .
    J’ai même présenté mes excuses, m’apercevant de mon comportement …. ce qui a bien fait rigoler son propriétaire , content de voir une personne appréciant ce trésor familiale.

    A l’heure actuelle avec ma femme on trie , je ne dis pas jeter, les malles du grenier ou se trouve des vêtements de nos enfants bébés.
    On ne peut pas tout garder , dans ce domaine .Mais chaque enfants a une caisse ou des vêtements clefs de sa jeunesse sont gardés … le reste partira aux chiffonniers qui les valoriseront selon leur choix. Ce que l’on garde ne servira plus , mais c’est notre histoire , et il est bon de s’y pencher ou de la faire découvrir .J’ai vu les visages de mes enfants attendri devant ces quelques objets , n’ayant de valeur que les sentiments qui s’y rattachent.

    Différemment ,la semaine dernière j’ai économisé 70 euros .Les roues de mon broyeur thermique étaient nazes …. j’ai pris dans ma réserve deux roues stockées depuis bien 5 ans d’une grosse tondeuse dont je me suis séparée … complètement morte. .
    Si j’avais suivi , les préceptes actuels , j’aurais dû tout jeter ….. et maintenant payer la somme de 70 euros 😉

    Il faut laisser dire ces pisses froid , qui ne connaissent que leur aggloméré et qu’aucun objet , meuble , bibelot ou …appareil photo 😉 ne fait vibrer .
    On est quelques fois encombré , temps de trouver une solution … mais quel bonheur ensuite de dire … j’assume mes choix .

    Je viens m^me de profiter de l’offre sur le forum pour reprendre 3 chassis Fidelity 4* 5 … si jamais j’en cassais un moi aussi 🙂

    T’inquiète c’est nous qui avons raison , d’aimer certains objets …
    Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? (Alphonse de Lamartine )

    J'aime

    • Salut ! Merci pour ta visite et ton message très intéressant. Il est clair que nous sommes de plus en plus dans la « mode » de jeter les choses mais il faut reconnaitre que les objets « modernes » notamment ceux qui font partie des objets technologiques sont créés de telle façon qu’on ne puisse plus les ouvrir pour les réparer et que la seule alternative en cas de panne soit de les jeter. L’obsolescence programmées des biens de grande consommation est un sujet à traiter un de ces jours… 🙂

      J'aime

  2. Ah les choses !
    Je réfléchissais à un commentaire mais j’ai été devancé !
    Je pense consommer peu, mais je garde « au cas ou ». Alors oui, il y a de tout.
    Ca doit étre héréditaire, ma grand mère avait au grenier une boite à chaussures marquée « petits bouts de ficelle ne pouvant servir à rien »…
    Je refuse de jeter sans au moins essayer de faire fonctionner quelque chose en panne. Ou au moins récupérer des pièces.
    Quand tu m’as acheté le Yashica, j’ai pensé : encore un ? En a-t-il besoin, ou est-ce juste une envie ?
    Au final, je dépense assez peu en appareils photo, le peu que j’achète pas cher sur le forum sont plutôt en panne, le défi d’y arriver est compris dans le prix ! Le problème : je ne peux plus revendre un bon prix, ça me semblerait malhonnête… Alors je garde.

    Rémy

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s