Le luxe de l’ennui

Ce lundi j’ai été obligé de sanctionner un des enfants de mon groupe qui avait fait l’andouille à table en s’amusant et en amusant d’autres enfants plus en difficulté avec la prise des repas.

J’ai donc refusé de lui donner son matériel de dessin pendant la récréation après la cantine. C’est vrai que cette sanction est un peu dure mais du fond de mes tripes d’éducateur je savais que c’était la bonne décision.

L’enfant cependant n’en démordais pas, il se pend à son bras et se transforme en mitraillette à « s’il te plait » (s’il te plait lève la sanction). Je lui réponds que non et qu’il a besoin de comprendre par le biais de cette sanction. Au bout de 20 minutes le voici qui part cueillir trois fleurs de pissenlits et me les donne en accompagnant son geste d’un vibrant « Je t’aime ».

Amusé je maintiens tout de même ma position en lui réexpliquant pour la énième fois le pourquoi de la sanction et là il finit par me lancer avec un syntaxe approximative (on y travaille) : « mais je m’ennuie moi ! »

Et c’est là que je lui lance sans trop réfléchir une remarque un peu limite. Je lui rétorque donc qu’il a bien de la chance de s’ennuyer car seuls les enfants peuvent expérimenter ce sentiment.

Alors si on dépasse le débat sur la question de savoir si oui ou non je pouvais dire cela à un enfant qui ne peut pas comprendre tout à fait ce que cela veut dire, force m’est de constater que oui, en devenant adulte j’ai oublié cette sensation désagréable et déstabilisante, celle de l’ennui.

Entre mon travail, les corvées de la maison qui désormais m’incombent ( je tape ce message pendant que ma quiche finit de cuire) et mes passions que je tente de préserver, je n’ai pas une seconde à moi. C’est bien simple, j’ai l’impression de ne pas pouvoir me donner à fond dans aucun domaine mis à part le travail par manque de temps.

Car oui le temps que je passe au travail est régulé, fixe et aménagé, j’ai des temps de préparations et de rédaction des dossiers et des temps d’activités, j’arrive à tout faire car je suis à l’aise avec les écrits et parce que je connais bien les enfants que j’accompagne mais parfois je dois déborder et ramener du travail à la maison.

Mais pour le reste c’est à dire mes corvées et mes passions, cela devient plus difficile. Au niveau de mes cours de basse je stagne un peu faute à un prof parti en Grèce pendant un mois et à une désorganisation de mon temps libre. pour les corvées je m’organise au jour le jour et pour l’instant j’y arrive péniblement mais bon, la maison est encore debout.

Et là une fois de plus en lisant ce que je viens d’écrire en démarrant sur l’histoire de l’enfant qui s’ennuie (si seulement il pouvait réaliser sa chance !) et bien je commence à voir la solution à mon problème. je dois structurer mon temps libre de la même façon que mon temps de travail.

Et oui je dois me faire un emploi du temps mêlant, cuisine, lessive, ménage, et plaisirs.

Et en faisant cela je comprendrai enfin qui qui m’interdit de trouver du temps libre pour les corvées et mon plaisir.

Et il y a fort à parier qu’il s’agisse des écrans ! 😈

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s