The Toshiyuki effect

C’est donc vendredi que j’ai enfin retrouvé un être cher, ma 309 GT plus connue dans ces pages sous son nom, c’est à dire Toshiyuki.

La voici photographiée moins d’une heure avant la mise en ligne de cet article.

200609

Je ne vais pas réexpliquer le lien très spécial entre cette voiture et moi, je ne vais pas non plus rappeler que cette voiture âgée de 34 ans me véhicule sans avoir eu la moindre panne depuis bientôt 15 ans…

Non, ce soir une fois de plus débordé par le travail et face à une certaine fatigue, je vais me contenter d’évoquer ce qui me fascine le plus chez elle. Car oui en dehors de son pouvoir de transporter des choses encombrantes et longues (aujourd’hui un grand écran de projection vintage sur pied ) de sa faculté de me faire revenir dans les années 80 (j’ai même fait installer l’auto radio Blaupunkt sans lecteur cassette qui était en série sur ce modèle de luxe), de sa manière de me faire prendre conscience de la vitesse, de l’inconfort et les deux mélangés, du danger… Bref en dehors de tout ça et de bien d’autre choses, son vrai pouvoir n’a jamais été évoqué.

Cette faculté incroyable réservée aux machines et objets dotés d’une âme est la suivante : lorsque je suis avec elle, même la plus périlleuse des journées devient un jour positivement mémorable.

Car oui la nuit dernière ma nuit a été courte et tourmentée car j’ai été convoqué avec ma nouvelle collègue, une éducatrice compétente et géniale pour entendre la décision de notre hiérarchie quant à notre affectation pour la rentrée prochaine. Nous étions ainsi tous deux très inquiets à l’approche de ce mercato du social, le matin j’avais encore une grosse boule au ventre, mais après avoir retrouvé les sensations incroyables apportées par les 105 chevaux très nerveux du carburateur double corps monté sur le 1,9 litre essence, j’avais retrouvé toute ma joie de vivre et arrivé dans le bureau avec ma collègue j’ai su avant que la porte ne se ferme que le résultat de l’entretien serai positif.

Et ça a été le cas ! nos responsables constatant notre bonne entente et les nouveaux projets que nous mettons ou allons mettre en place, ont décidé de renoncer à leur plan d’envoyer l’un ou l’une d’entre nous sur le groupe du collège. Nous allons donc passer une année très riche avec la maitresse des écoles qui fait équipe avec moi depuis plus de 15 ans… Le reste de la journée tout content de cette bonne nouvelle et en contemplant depuis la fenêtre l’agréable anachronisme de mon véhicule adoré, j’ai fait une très bonne journée avec notamment une petite séance de musique avec une jeune fille qui ce soir va s’endormir avec des envies de guitare !

Et en parlant d’instruments à cordes, je ferai bien d’arrêter de radoter pour mettre cet article en ligne et reprendre mes exercices de gamme pentatonique majeure sur ma basse ! :mrgreen:

2 réactions sur “The Toshiyuki effect

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s