Archive sociale suite…

Voici de que j’écrivais il y a 13 ans, le 23 aout 2006, une semaine après le texte que j’ai remis en ligne la semaine dernière :

 

Mercredi 23 août 2006

Cher Francis,

       Rappelles-toi ce que je te racontais la semaine dernière à propos de la quasi-disparition du thon en méditerranée. L’actualité du jour te montre la véracité de mes dires. Le Rainbow Warrior II, navire amiral de Greenpeace est arrivé dans la grande bleue pour mener une campagne de sensibilisation sur la question tout en accusant comme je l’ai fait les pêcheurs industriels d’avoir créé cette situation en pêchant de façon excessive et (ça je ne le savais pas tout en le soupçonnant), de façon illégale c’est à dire hors quotas.  

Alors bien sûr, la réaction des thoniers marseillais était prévisible, à l’instar de gamins chopés les doigts dans le pot de confiture, ces derniers adoptent une conduite agressive de défense. Prétendant être injustement mis en cause dans cette affaire, ces derniers réagissent de façon colérique et revancharde en bloquant le navire et en menaçant de l’éperonner. C’est vrai que couler les Rainbow Warriors est une tradition républicaine bien ancrée mais bon… Leurs comportements est contraire à l’image du bon pêcheur menacé tel que je te le décrivais il y a quelques jours, les thoniers et les grands pêcheurs industriels sont en fait les premiers responsables de la situation précaire des petits pêcheurs. 

Ce que je ne comprend pas, c’est justement les raisons réelles qui motivent ces comportements. Greenpeace est une organisation qui désire seulement mettre en évidence les dégradations de l’environnement. Les membres de cette organisation ne peuvent en aucun cas imposer des mesures concrètes aux pêcheurs, leur seul pouvoir est celui d’enquêter et de dialoguer et de relever les responsabilités. C’est sans doute en relevant la responsabilité des thoniers qu’elle a déclenché cette réaction émotionnelle de la part de ces professionnels.. 

Cependant leurs actes ne font que faire le jeu de Greenpeace qui filme  en permanence tout ce qui se passe aux alentours du bateau avec un hélicoptère tandis que Greenpeace France écoute les conversations des thoniers sur la radio tout en les retranscrivant par écrit.

Ainsi peu importe ce qui va se passer les jours prochains, avec toutes les preuves écrites filmées et enregistrées qui seront très médiatisées, Greenpeace a déjà gagné la bataille même si ce n’est qu’une victoire partielle; les derniers thons de méditerranée seront massacrés mais le monde et les générations à venir en connaîtront les responsables. Sur un autre plan, c’est une fois de plus l’image de la France dans le monde qui en prend un coup. 

Alors si tu me demandes ce que je pense des thoniers marseillais, je te dirai qu’ils sont comparables à des clowns ivres perchés sur la pointe de leurs pieds au bord d’une falaise de nuit.

Cependant je ne pense pas qu’ils soient si stupides, leur réaction est sans doute le fruit d’une manipulation occulte ou motivée par la peur.

En effet même un clown ivre la nuit se rend compte qu’il va tomber même si ce n’est que quelques instants avant sa chute. Et là ces professionnels sont les mieux placés pour savoir que la quasi disparition du thon qu’ils constatent tous les jours, les met au bord du gouffre.

Un anime estival

« Air » est un anime qui m’avait lui aussi marqué à sa sortie, l’animation, l’usage de la 3D et ce générique à grands coups de synthé et de boite à rythme mais avec une très belle voix, m’avaient vraiment scotché.

L’histoire quand à elle n’est pas ce que l’on pense avec le premier épisode, elle devient très vite pesante et se finit de façon triste.

Je n’ai pas envie d’en dire plus et pas non plus envie de revoir cet anime , je voulais juste en parler car c’est encore l’été en ce moment. 😎

 

Radio gaga

De nos jours l’ordinateur qui a accès à Internet devient un outil incontournable capable de faire une foultitude de choses pour répondre à nos besoins et nourrir nos passions.

Il ne se passe pas une semaine sans que je découvre de nouvelles choses qui me laissent parfois abasourdi comme celle dont je vais parler aujourd’hui.

La radio amateur a en effet trouvé un nouveau sanctuaire sur Internet grâce à des petits futés qui utilisent l’ordinateur et Internet pour émettre et recevoir dans le monde entier. c’est ce que l’on appelle les webSDR et croyez-moi sur parole c’est un univers entier très particulier qui demande pas mal de connaissances à ceux qui en font partie.

Pour ma part, moi qui n’y connais rien, je ne peux que m’amuser avec ces sites web SDR et m’amuser à trouver des personnes en train de parler.

Pour cela regardez l’image ci-dessous : Il suffit d’aller sur le site http://www.websdr.org/ qui regroupe une très grande partie des webradio SDR et d’observer l’espèce de cascade façon Matrix. Là où on voit un trait vertical c’est qu’il y a une station qui émet et si ce trait est un peu épais c’est que quelqu’un est en train d’émettre. Il suffit alors de prendre le curseur jaune (au bout de la flèche rouge que j’ai dessiné), de le faire glisser sur le trait vertical et enfin de faire des réglages fins avec les boutons sur lesquels je tâtonne encore…

190821

Je n’y comprends pas grand chose mais j’y reviens sans cesse depuis qu’un copain m’a parlé de ça…

Heureusement que je ne découvre cela qu’à la fin de mes vacances, si le l’avais découvert au début j’aurai encore passé plus de temps devant mon écran.

Je ne sais pas si je vais réussir à mieux utiliser ce machin mais entendre des inconnus s’amuser avec leurs radios et écouter ce qu’ils racontent a quelque chose de très sympa. En fait ça me donne même envie d’acheter une radio à ondes courtes pour capter des émissions étranges et mystérieuses… Bouh !!!   😆

Mes vacances : l’heure du bilan

tabihito

Ma dernière semaine de vacances est déjà bien entamée, c’est donc l’heure du bilan de cet été un peu spécial.

Pour la seconde fois en plus de vingt ans, je ne suis pas parti en vacances. Car comme je vis avec une mère âgée qui ne peut plus se déplacer facilement et qui n’y trouve plus son compte, je suis donc resté à la maison pendant un peu plus de 5 semaines.

Je devrais être dévasté, déprimé de ne pas avoir profité de la mer et de la plage où j’aime observer les comportements étranges des autres humains, mais en fait non. C’est même loin d’être le cas et à la lumière de mon expérience et suite à mes réflexions, je vais jusqu’à considérer peu à peu que les seules vraies vacances sont des vacances chez soi.

Pourquoi donc partir ? L’explication du masochisme latent imposé par notre culture de la souffrance que j’ai avancée dans cet article ne peut pas à elle seule justifier que toute une partie de la population se rue en même temps sur les mêmes routes pour partir en vacances. Le transport est déjà une souffrance en soi et arrivés sur place que fait-on ? On se fait arnaquer par des vendeurs qui proposent très chers des produits locaux artisanaux qui sont en fait fait très loin et en usine. On souffre de la surpopulation, on ne trouve pas de réelles attaches sur place car la population locale garde ses distances nous considérant comme étant des envahisseur nécessaires, on se baigne sous un pavillon bleu en pensant que ce label garanti une eau saine alors qu’en fait la plupart des polluants chimiques ne sont pas pris en compte… On peut encore continuer comme ça pendant une page…

Alors malgré tous ces désavantages et celui encore plus dissuasif du coût, la très grande majorité de la population part ou voudrait partir en vacances quitte à faire un crédit pour le faire.

Alors pourquoi ? Si l’on écarte le seul avantage réel qui est de pouvoir pratiquer des activités que l’on ne peut pas faire ailleurs, pourquoi tant de sacrifices pour un bénéfice si limité ?

La réponse est simple et je vais encore l’expérimenter lundi prochain à 9h00 du matin quand je vais retrouver mes collègues:

– « Alors t’es allé où cet été? Tu est parti au moins ??? »

Et oui les vacances sont un marqueur social très fort, dire que l’on est allé en vacances rassure le groupe. (Ah il est allé en vacances il a donc fait comme tout le monde et a prouvé qu’il avait sa place dans la meute en mettant sur pied le budget pour le faire). Et là pour appuyer encore un peu plus sa légitimité, il est de bon ton d’ajouter : « J’ai vu ça et ça, j’ai visité ça… » Ce genre de précision qui sous-entend que vous avez approfondi votre culture ce qui est là encore très socialement valorisant (alors que ce n’est en général pas le cas car même si vos sacs sont plein de brochures sur  les lieux que vous avez visité vous ne les lirez pas et ils finiront soit dans un tiroir soit à la poubelle).

Bref oui, à de rares exceptions près les vacances ça sert avant tout à se faire mousser en public. En règle générale on ne part pas pour soi mais pour les autres, pour leur prouver quelque chose ou pour justifier sa place dans un groupe social.

Cette charge contre les vacances n’est pas une façon pour moi d’évacuer ma frustration car très honnêtement je n’ai aucun regret de ne pas être parti et je ne suis pas du tout triste à l’idée de ne jamais revoir la mer.

Car oui, le seul bénéfice réel que je tirai de mes vacances à la mer était de pouvoir nager dans un espace immense sans risquer de toucher quelqu’un ( à la mer très peu de gens nagent, même les jeunes musclés se contentent de se baigner en faisant de grandes éclaboussures pour impressionner les femelles avant de revenir se coller à elle pour écarter les autres mâles) Moi j’aimais nager pendant de très longs moments (qui hélas au fur et à mesure de mon âge et de mon embonpoint se sont raccourcis) mais à présent en voyant la surpopulation estivale, l’état de la mer qui est si critique que même sur le rivage on se rend compte de l’ampleur du désastre et en pensant à ce qui se trouve dans l’eau que j’avale de temps à autres car je suis un piètre nageur, et bien non, je n’ai plus du tout envie de le faire.

La mer pour moi est devenue comme cette parente un peu éloignée que l’on va visiter à l’hôpital. On entre le cœur gros dans sa chambre, on voit que son avenir est  très sombre et on se dépêche de partir car c’est trop déprimant surtout que l’on s’attend à recevoir prochainement  le coup de téléphone qui nous informera de son décès.

Du coup je suis resté chez moi avec plein de projets que je n’ai pas mené à bien en prétextant soit la canicule soit le mauvais temps alors que ce n’est que ma très grande flemme et ma dépendance aux écrans qui m’ont écarté de ces accomplissements estivaux. Quant à l’argent je ne l’ai pas mis de coté, non, je l’ai dépensé pour m’acheter un appareil photo numérique plein format dont je rêvais depuis des années avec lequel je vais enfin pouvoir répondre de façon correcte aux demandes du travail et du monde associatif. Je compte aussi reprendre en main mon site sur les araignées dont j’ai retrouvé les codes et donc l’accès il y a peu de temps et pour le faire je vais devoir illustrer mon site avec mes propres photos en macro.

Donc oui, je ne suis pas déprimé, loin de là même! Mes collègues venues me voir au village en ont même été surprises.

Je ne sais pas ce qui m’attend cette année et l’année prochaine, mais si je peux repasser un été à rien faire chez moi et bien ça m’ira très bien.

La morale aux chiottes

190819

Parfois les nouvelles insolites font sourire car elles sont le fruit du hasard ou d’un délire sympa et divertissant. Cette semaine ça ne sera pas le cas… 😦

Car voici ce que la petite ville balnéaire de Porthcawl au pays de Galles a décidé de créer pour lutter contre les incivilités… Dans les toilettes publiques !!!

Cette ville s’est déjà illustrée cette année en fermant ses toilettes publiques car elle ne pouvait pas contrôler certains comportements. Cette fermeture avait entrainé des manifestations relayées par les médias. Ainsi sous la pression la ville a été obligée de les ré-ouvrir mais son obsession de moralité et de sureté (sans doute en lien avec la manne touristique estivale) l’a poussée à mettre au point le plan suivant :

La municipalité de Porthcaw sans doute très inquiète dans son image auprès des touristesl entend ainsi mettre fin aux graffitis, prise de drogue, activités sexuelles, cigarettes et toute une série de comportements déviants qui peuvent se dérouler dans les toilettes en créant des WC très spéciaux.

Ces toilettes seront faites avec des matériaux sur lesquels il sera impossible de faire des graffitis, là ça passe encore c’est même plutôt bien vu, mais seront aussi équipées de senseurs et d’automatismes qui si une activité anormale est détectée, déclencheront des jets d’eau ainsi qu’une alarme et ouvriront automatiquement la porte ! 😯

Ce qui me dérange c’est tout d’abord de savoir comment va fonctionner le dispositif, si il s’agit de détecteur de poids, certaines personnes dont je fais partie font le poids de deux adolescents. Si je dois utiliser les toilettes de Pothcawl je dois donc y aller en maillot de bain car j’y serai arrosé et là ça risque encore de jaser… 😈

Un autre aspect encore plus dérangeant réside dans le coût du projet estimé à près de 200 000 euros pour ces toilettes moralisatrices. Cette ville, certes balnéaire, mais de moins de 16 000 habitants n’avait donc pas d’autres priorités ?

Enfin est-ce qu’arroser et humilier une personne coupable d’incivilité va vraiment faire avancer le respect des règles du vivre ensemble ? Une réponse bien plus humaine, intelligente, éducative et productive ne serait-elle pas d’embaucher une personne « dame pipi » comme cela existait en France ?

Parfois les anglais ne me font pas rire…

Source de l’article : https://news.sky.com/story/anti-sex-toilets-will-soak-users-with-water-jets-and-sound-alarm-11786941

Les archives ce n’est pas que le vendredi

P190811

Rollei SL66, Sonnar 150mm, TRI-X 320

Cette photo date d’il y a plus de dix ans, onze peut-être mais reste importante pour moi. A l’époque je photographiais les enfants et je leur offrais des tirages fait avec l’agrandisseur qui faisaient le bonheur de leurs parents. Celui de cette jeune fille ci-dessus était très réussi et me donne envie de ressortir le négatif pour en refaire une autre version. 😎