Radio gaga

De nos jours l’ordinateur qui a accès à Internet devient un outil incontournable capable de faire une foultitude de choses pour répondre à nos besoins et nourrir nos passions.

Il ne se passe pas une semaine sans que je découvre de nouvelles choses qui me laissent parfois abasourdi comme celle dont je vais parler aujourd’hui.

La radio amateur a en effet trouvé un nouveau sanctuaire sur Internet grâce à des petits futés qui utilisent l’ordinateur et Internet pour émettre et recevoir dans le monde entier. c’est ce que l’on appelle les webSDR et croyez-moi sur parole c’est un univers entier très particulier qui demande pas mal de connaissances à ceux qui en font partie.

Pour ma part, moi qui n’y connais rien, je ne peux que m’amuser avec ces sites web SDR et m’amuser à trouver des personnes en train de parler.

Pour cela regardez l’image ci-dessous : Il suffit d’aller sur le site http://www.websdr.org/ qui regroupe une très grande partie des webradio SDR et d’observer l’espèce de cascade façon Matrix. Là où on voit un trait vertical c’est qu’il y a une station qui émet et si ce trait est un peu épais c’est que quelqu’un est en train d’émettre. Il suffit alors de prendre le curseur jaune (au bout de la flèche rouge que j’ai dessiné), de le faire glisser sur le trait vertical et enfin de faire des réglages fins avec les boutons sur lesquels je tâtonne encore…

190821

Je n’y comprends pas grand chose mais j’y reviens sans cesse depuis qu’un copain m’a parlé de ça…

Heureusement que je ne découvre cela qu’à la fin de mes vacances, si le l’avais découvert au début j’aurai encore passé plus de temps devant mon écran.

Je ne sais pas si je vais réussir à mieux utiliser ce machin mais entendre des inconnus s’amuser avec leurs radios et écouter ce qu’ils racontent a quelque chose de très sympa. En fait ça me donne même envie d’acheter une radio à ondes courtes pour capter des émissions étranges et mystérieuses… Bouh !!!   😆

Mes vacances : l’heure du bilan

tabihito

Ma dernière semaine de vacances est déjà bien entamée, c’est donc l’heure du bilan de cet été un peu spécial.

Pour la seconde fois en plus de vingt ans, je ne suis pas parti en vacances. Car comme je vis avec une mère âgée qui ne peut plus se déplacer facilement et qui n’y trouve plus son compte, je suis donc resté à la maison pendant un peu plus de 5 semaines.

Je devrais être dévasté, déprimé de ne pas avoir profité de la mer et de la plage où j’aime observer les comportements étranges des autres humains, mais en fait non. C’est même loin d’être le cas et à la lumière de mon expérience et suite à mes réflexions, je vais jusqu’à considérer peu à peu que les seules vraies vacances sont des vacances chez soi.

Pourquoi donc partir ? L’explication du masochisme latent imposé par notre culture de la souffrance que j’ai avancée dans cet article ne peut pas à elle seule justifier que toute une partie de la population se rue en même temps sur les mêmes routes pour partir en vacances. Le transport est déjà une souffrance en soi et arrivés sur place que fait-on ? On se fait arnaquer par des vendeurs qui proposent très chers des produits locaux artisanaux qui sont en fait fait très loin et en usine. On souffre de la surpopulation, on ne trouve pas de réelles attaches sur place car la population locale garde ses distances nous considérant comme étant des envahisseur nécessaires, on se baigne sous un pavillon bleu en pensant que ce label garanti une eau saine alors qu’en fait la plupart des polluants chimiques ne sont pas pris en compte… On peut encore continuer comme ça pendant une page…

Alors malgré tous ces désavantages et celui encore plus dissuasif du coût, la très grande majorité de la population part ou voudrait partir en vacances quitte à faire un crédit pour le faire.

Alors pourquoi ? Si l’on écarte le seul avantage réel qui est de pouvoir pratiquer des activités que l’on ne peut pas faire ailleurs, pourquoi tant de sacrifices pour un bénéfice si limité ?

La réponse est simple et je vais encore l’expérimenter lundi prochain à 9h00 du matin quand je vais retrouver mes collègues:

– « Alors t’es allé où cet été? Tu est parti au moins ??? »

Et oui les vacances sont un marqueur social très fort, dire que l’on est allé en vacances rassure le groupe. (Ah il est allé en vacances il a donc fait comme tout le monde et a prouvé qu’il avait sa place dans la meute en mettant sur pied le budget pour le faire). Et là pour appuyer encore un peu plus sa légitimité, il est de bon ton d’ajouter : « J’ai vu ça et ça, j’ai visité ça… » Ce genre de précision qui sous-entend que vous avez approfondi votre culture ce qui est là encore très socialement valorisant (alors que ce n’est en général pas le cas car même si vos sacs sont plein de brochures sur  les lieux que vous avez visité vous ne les lirez pas et ils finiront soit dans un tiroir soit à la poubelle).

Bref oui, à de rares exceptions près les vacances ça sert avant tout à se faire mousser en public. En règle générale on ne part pas pour soi mais pour les autres, pour leur prouver quelque chose ou pour justifier sa place dans un groupe social.

Cette charge contre les vacances n’est pas une façon pour moi d’évacuer ma frustration car très honnêtement je n’ai aucun regret de ne pas être parti et je ne suis pas du tout triste à l’idée de ne jamais revoir la mer.

Car oui, le seul bénéfice réel que je tirai de mes vacances à la mer était de pouvoir nager dans un espace immense sans risquer de toucher quelqu’un ( à la mer très peu de gens nagent, même les jeunes musclés se contentent de se baigner en faisant de grandes éclaboussures pour impressionner les femelles avant de revenir se coller à elle pour écarter les autres mâles) Moi j’aimais nager pendant de très longs moments (qui hélas au fur et à mesure de mon âge et de mon embonpoint se sont raccourcis) mais à présent en voyant la surpopulation estivale, l’état de la mer qui est si critique que même sur le rivage on se rend compte de l’ampleur du désastre et en pensant à ce qui se trouve dans l’eau que j’avale de temps à autres car je suis un piètre nageur, et bien non, je n’ai plus du tout envie de le faire.

La mer pour moi est devenue comme cette parente un peu éloignée que l’on va visiter à l’hôpital. On entre le cœur gros dans sa chambre, on voit que son avenir est  très sombre et on se dépêche de partir car c’est trop déprimant surtout que l’on s’attend à recevoir prochainement  le coup de téléphone qui nous informera de son décès.

Du coup je suis resté chez moi avec plein de projets que je n’ai pas mené à bien en prétextant soit la canicule soit le mauvais temps alors que ce n’est que ma très grande flemme et ma dépendance aux écrans qui m’ont écarté de ces accomplissements estivaux. Quant à l’argent je ne l’ai pas mis de coté, non, je l’ai dépensé pour m’acheter un appareil photo numérique plein format dont je rêvais depuis des années avec lequel je vais enfin pouvoir répondre de façon correcte aux demandes du travail et du monde associatif. Je compte aussi reprendre en main mon site sur les araignées dont j’ai retrouvé les codes et donc l’accès il y a peu de temps et pour le faire je vais devoir illustrer mon site avec mes propres photos en macro.

Donc oui, je ne suis pas déprimé, loin de là même! Mes collègues venues me voir au village en ont même été surprises.

Je ne sais pas ce qui m’attend cette année et l’année prochaine, mais si je peux repasser un été à rien faire chez moi et bien ça m’ira très bien.

La morale aux chiottes

190819

Parfois les nouvelles insolites font sourire car elles sont le fruit du hasard ou d’un délire sympa et divertissant. Cette semaine ça ne sera pas le cas… 😦

Car voici ce que la petite ville balnéaire de Porthcawl au pays de Galles a décidé de créer pour lutter contre les incivilités… Dans les toilettes publiques !!!

Cette ville s’est déjà illustrée cette année en fermant ses toilettes publiques car elle ne pouvait pas contrôler certains comportements. Cette fermeture avait entrainé des manifestations relayées par les médias. Ainsi sous la pression la ville a été obligée de les ré-ouvrir mais son obsession de moralité et de sureté (sans doute en lien avec la manne touristique estivale) l’a poussée à mettre au point le plan suivant :

La municipalité de Porthcaw sans doute très inquiète dans son image auprès des touristesl entend ainsi mettre fin aux graffitis, prise de drogue, activités sexuelles, cigarettes et toute une série de comportements déviants qui peuvent se dérouler dans les toilettes en créant des WC très spéciaux.

Ces toilettes seront faites avec des matériaux sur lesquels il sera impossible de faire des graffitis, là ça passe encore c’est même plutôt bien vu, mais seront aussi équipées de senseurs et d’automatismes qui si une activité anormale est détectée, déclencheront des jets d’eau ainsi qu’une alarme et ouvriront automatiquement la porte ! 😯

Ce qui me dérange c’est tout d’abord de savoir comment va fonctionner le dispositif, si il s’agit de détecteur de poids, certaines personnes dont je fais partie font le poids de deux adolescents. Si je dois utiliser les toilettes de Pothcawl je dois donc y aller en maillot de bain car j’y serai arrosé et là ça risque encore de jaser… 😈

Un autre aspect encore plus dérangeant réside dans le coût du projet estimé à près de 200 000 euros pour ces toilettes moralisatrices. Cette ville, certes balnéaire, mais de moins de 16 000 habitants n’avait donc pas d’autres priorités ?

Enfin est-ce qu’arroser et humilier une personne coupable d’incivilité va vraiment faire avancer le respect des règles du vivre ensemble ? Une réponse bien plus humaine, intelligente, éducative et productive ne serait-elle pas d’embaucher une personne « dame pipi » comme cela existait en France ?

Parfois les anglais ne me font pas rire…

Source de l’article : https://news.sky.com/story/anti-sex-toilets-will-soak-users-with-water-jets-and-sound-alarm-11786941

Les archives ce n’est pas que le vendredi

P190811

Rollei SL66, Sonnar 150mm, TRI-X 320

Cette photo date d’il y a plus de dix ans, onze peut-être mais reste importante pour moi. A l’époque je photographiais les enfants et je leur offrais des tirages fait avec l’agrandisseur qui faisaient le bonheur de leurs parents. Celui de cette jeune fille ci-dessus était très réussi et me donne envie de ressortir le négatif pour en refaire une autre version. 😎

Archive pseudo sociale

En 2006, j’étais allé en bord de mer avec un ordi portable pour rédiger mon article quotidien. A l’époque je ne m’étais pas imposé une règle pour fixer une thématique par jour et du coup je refaisais le monde comme au comptoir d’un bistro…  😆

Vu que je venais de décider d’arrêter de pêcher et que j’étais déjà très sensible aux causes environnementales et sociales, je m’étais intéressé au monde de la pêche.

Voici donc sans filtres ni corrections orthographiques ou de style, ce que j’écrivais le 16 août 2006. Il y a donc 13 ans jour pour jour pour ainsi dire.

 

Mercredi 16 août 2006

Cher Francis,

       La journée d’hier ainsi que celle d’aujourd’hui m’ont énormément appris de choses sur les réalités économiques et sociales de cette région de l’Aude. Le plus étrange dans tout cela est sans doute que c’est à travers une messe et une rencontre avec une sœur qui faisait visiter l’église aux touristes, que j’ai pris conscience des problèmes des gens d’ici.

La ville de Port la Nouvelle est le troisième port français sur le critère du transit de gros bateaux et sur celui de de la quantité des marchandises qui y transitent. De nombreuses personnes y exercent le dur métier de pêcheurs.

Ors, ces dernières années un grand nombre de familles de pêcheurs vivent dans la précarité et ce pour diverses raisons. En premier lieu la flambée du cours du pétrole qui a considérablement augmenté le prix du diesel. En second lieu l’union européenne a poussé les pêcheurs a acheter de gros bateaux en leur donnant de généreuses subventions. Qui dit gros bateaux dit gros moteurs donc grosse consommation… 

La dernière raison sans doute la plus grave est que la mer Méditerranée commence à afficher clairement un appauvrissement croissant de son stock de poissons. Bien sûr Francis tu va encore penser que je fabule et que j’exagère; la mer est censée être une réserve inépuisable de poissons ce qui explique entre autres choses que l’ont peut y pêcher à la canne sans permis ni carte…

Afin de bien te faire comprendre l’horreur de la situation je vais te parler de l’exemple du thon. Le thon rouge de méditerranée a été pêché sans cotas puis sans respect des cotas fixés jusqu’à la quasi disparition de ce poisson. Les pêcheurs de thon d’ici sont obligés de partir au large des côtes africaines pour pêcher ce poisson. Ainsi vu le prix en constante hausse du diesel, je te laisse imaginer dans quelles situations se trouvent les pêcheurs de thon… 

C’est ainsi que les derniers pêcheurs traquent les derniers bancs de poissons à l’aide de sonars et d’autres gadgets sophistiqués le tout appuyé par quelques avions qui survolent la mer pour repérer des taches noires à la surface de l’eau trahissant la présence de quelques groupements de rescapés.

C’est avec ces incroyables moyens techniques que les pêcheurs tirent sur la dernière catégorie de poisson encore présents en méditerranée; le poisson bleu (Sardine Anchois maquereaux… Bref les poissons qui évoluent près de la surface). Dans de telles conditions il devient tout à fait envisageable d’obtenir d’ici une dizaine d’année une mer sans poissons.

Si l’on ajoute à ce triste constat les pollutions massives d’ordre chimique (la jolie marée noire crée par les bombardements des dépôts pétroliers libanais par nos « amis » du gouvernement israélien en est un exemple récent), les pollution d’ordre végétal ou animal (Merci aux aquariums de Monaco pour l’introduction en méditerranée d’une algue qui depuis pullule en détruisant encore un peu plus l’équilibre marin) et bien sûr toutes les horreurs dont je ne suis pas informé, et bien là il y a lieu à désespérer.  

Le métier de pêcheur est difficile et très dangereux mais ne réussit plus à nourrir ceux qui l’exercent créant ainsi une grande précarité dans ce milieu socioprofessionnel.

A l’intérieur des terres, les viticulteurs connaissent eux aussi de très graves difficultés. Cette année deux viticulteurs de la région se sont suicidés car ils n’arrivaient plus à payer les charges liées à leurs exploitations. Ici les raisons du désastre sont plus économiques qu’écologiques. La politique européenne des quotas, la volonté clairement affichée de privilégier les grandes exploitations aux petites vignes familiales a mené à la perte de 8000 emplois et à la destruction de domaines entiers…

Dans le Roussillon le tocsin viticole sonne… La mort annoncée d’un patrimoine millénaire…

Dans le même temps on apprend médusé que des experts français partent au Chili pour y livrer notre savoir faire afin de mettre au point un vin au coût de production très concurrentiel… Tu peux déjà le trouver dans pas mal de supermarchés. 

Bon je ne vais pas encore en rajouter avec la situation des maraîchers… Il semblerait que seuls les professionnels de l’immobilier et certains commerçants connaissent la prospérité dans le coin. Une très grande prospérité à en juger les prix de l’immobilier dans le coin.

Voilà un département à l’image de la France de demain, une grande richesse pour un petit nombre côtoyant l’extrême pauvreté de personnes n’arrivant plus à vivre tout en travaillant…

Tout cela je l’ai appris en parlant avec des gens du pays, des pêcheurs et des membres du clergé. L’Église a ici un rôle social important des organisations telles que « la mission de la mer » apportent une aide morale, administrative ( aide pour les démarches) et bien sûr matérielle.

À la fin de la messe d’hier, un diacre travaillant au sein de cette association a interpellé très vivement les pouvoirs publics représentés par le maire et d’autres en réclamant entre autre choses la création d’un foyer pour les familles de pêcheurs en difficulté.

Alors oui, j’aurai pu te parler de la messe d’hier, de la procession, de la bénédiction d’une statue « Stella Maris » (sainte patronne des pêcheurs), de la bénédiction des bateaux et de la mer par l’évêque… J’aurai sans doute creusé la question très pertinente de la frontière entre religion et superstition… Mais bon j’ai préféré t’exposer un petit aperçu des difficultés des gens d’ici pour qui j’ai beaucoup de respect.

C’est mon coté travailleur social qui veut ça…

Black Cat

Voici un ancien anime que j’avais bien aimé à sa sortie en 2005. Hein 2005 ? 14 ans déjà ??? 😲

Bon du coup je pense que cet anime est devenu un petit classique même si il fonctionne avec toujours la même formule; un héros avec un passé sombre plein de violence qui fait équipe de façon accidentelle avec un autre type et avec de façon moins directe une fille et puis le groupe s’élargit avec une autre très jeune fille… C’est incroyable comme tout est cliché, comme tout doit répondre à des codes. 😏

Reste que cet anime était très rigolo et les personnages étaient très attachants, les génériques de début et de fin sont aussi restés dans ma tête. La jeune fille qui coupe tout avec son corps et ses cheveux qui se transforment en armes tranchantes (façon T2000 dans Terminator) est devenu un personnage classique repris entre autres en mode tsundere dans l’anime déjanté « To Love-Ru ». Bref oui, du coup je pense qu’on peut dire que Black cat est un classique. 🙄

Trump bashing

Cette semaine je voudrais vous présenter une chaine YouTube un peu spéciale, c’est celle que la chaine de TV américaine NBC consacre à une partie d’un show « Late night with Seth Meyers » qui a lieu tous les jours de la semaine sauf les weekend. La partie en question se nomme « A closer look »

Dans ce numéro de cette édition que j’ai choisi pour illustrer cette article, Le présentateur Seth Meyers se lâche encore plus fort que d’habitude et utilise un humour corrosif et féroce contre les politiques des deux bords et en premier lieu contre le président actuel (et ses fils) contre qui il lâche en plus de ses moqueries, des accusations impensables sur une chaine de TV française en dehors de celles que faisaient les défunts guignols de l’info.

Alors oui je vais suivre cette émission car il ne prend pas partie pour aucun des deux camps (vu qu’il se moque aussi beaucoup des divisions entre les démocrates) mais seulement pour la logique et le bon sens. C’est très drôle et c’est aussi très intéressant pour comprendre ce qui se passe dans les deux camps notamment au niveau des primaires démocrates avec des candidats qui ont des visions très différentes alors qu’ils sont du même bord. C’est hallucinant mais en y réfléchissant on se rend compte que le bipartisme américain est bien plus complexe que ce que l’on nous a appris à l’école. J’ai aussi beaucoup apprécié de pouvoir comprendre le jeu des lobby et en premier lieu celui des armes qui engraisse les politiques et leur dicte leurs conduites malgré les drames récents. Entre ça et les autres scandales, cette chaine me donne une image des USA conforme à ma perception. Et ce n’est pas une bonne nouvelle…

Les lendemains qui déchantent

190813

J’évoque souvent mes peurs quant à l’avenir de notre société, mais au cœur de ces vacances d’été dont la fin s’approche à grand pas, c’est à présent pour moi directement que je m’inquiète.

Et ces peurs, ça c’est nouveau, sont toutes ou presque liées à la santé, ma santé et aussi celle de mes proches et amis.

Au rayon de ces craintes il y a bien sûr l’alimentation. Doit-on écouter les informations et les documentaires qui nous annoncent plusieurs fois par semaine que tous nos aliments, en particulier les végétaux, sont contaminés par des substance cancérigènes ou doit-on suivre le conseil du ministère de la santé et manger cinq fruits et légumes par jour ? Le bio est-il vraiment une sécurité dans un environnement empoissonné ? Et si oui, quel bio ?

Les perturbateurs endocriniens et autres saletés dans nos cosmétiques, comment trouver des produits d’hygiène vraiment sûrs ?

La semaine prochaine ma maison va être équipée d’un compteur linky (impossible de s’y opposer) et là encore c’est l’angoisse totale. Sur Internet on lit des choses terrifiantes dont je ne tiens pas compte mais les sources officielles se veulent tout de même un peu trop rassurantes. Alors là encore qui croire ? Pas les furieux sur les forums et autres c’est sûr mais d’un autre coté lorsque l’on constate que les allemands ont abandonné ce genre de compteurs et que l’agence de sureté donne son feu vert tout en regrettant que plus d’études n’aient été faites par Enedis sur les risques sanitaires autour de cette technologie, et bien on a du mal à rester serein. Je n’ai pas les connaissance ni les outils scientifiques pour évaluer le risque réel et je doute de pouvoir trouver une réponse vraiment objective et fiable à mes questions sur Internet. J’ai donc passé une très mauvaise nuit en dépit de mon matelas neuf. Enedis ne veut qu’une chose c’est gagner de l’argent avec ces compteurs plus besoin de personnel pour beaucoup d’opérations dont le relevage, les gains sont ainsi faramineux et justifieraient qu’ils nous mettent en danger surtout si aucun lien causal ne peut être établi par la suite.

Je pourrai encore évoquer plein d’exemples de craintes que je nourris sur ma santé, ce qui doit faire rire les personnes qui me connaissent et qui me lisent car mon hygiène de vie et ma surcharge pondérale font que je ne devrais pas m’inquiéter de ça.

Mais justement le problème est là, derrière ces craintes se dessine un fait majeur dont on ne parle que trop peu; la perte de confiance vis à vis des discours officiels des autorités.

Dans un contexte de pessimisme nourris par les mauvaises nouvelles sur l’environnement et sur les discours toujours plus alarmants des scientifiques et sociologues dont un grand nombre nous annoncent des catastrophes terrifiantes pour l’humanité, il devient de plus en plus difficile de faire confiance à nos responsables élus mais en réalité contrôlés par les pouvoirs économiques.

Les politiques sont comme ma directrice au travail, il faut que ça tourne c’est tout ! Alors dépensez faites marcher l’économie, consommez et ignorez le reste ! Dans un cas comme l’autre cette position de leur part s’explique par le fait de pressions. Pour ma directrice c’est la hierarchie et au dessus la commande sociale et pour les politiques ce sont les pouvoirs économiques et au dessus les mécanismes du capitalisme dérégulé et inégalitaire qui règne en maitre sur notre planète.

En même temps les grands riches se font construire des bunkers luxueux et inexpugnables sous terre ou s’achètent des îles ou des immenses propriétés très isolées. Vu les sommes faramineuses  investies pour une espérance de vie de plus ou moins 30 ans, cela prouve que ces grands riches craignent des catastrophes dans un avenir proche et pose la question suivante : que savent-ils que nous autres ignorons ?

Alors au delà des discours il y a les faits basiques et incontestables comme la réalité de l’accroissement de la population humaine et de la diminution des ressources. Au niveau des réalités il y a aussi la difficulté voire le refus des pays riches de baisser leur train de vie (le fameux « Le train de vie de l’Amérique n’est pas négociable » de George Bush père en 1992).

Ainsi du coup on peut commencer à se demander de façon tout à fait légitime si la seule façon pour les plus riches de préserver leur train de vie  n’est pas de supprimer une grande partie des plus pauvres (ceux qui ne leurs sont pas utiles bien sûr). Cela pourrait expliquer bien plus facilement le fait que des substances dangereuses se trouvent officiellement dans notre alimentation sans que cela inquiète personne en dehors des associations et organismes de veille ainsi que la position attentiste et dilatoire des autorités.

De telles théories complotistes me faisaient rire il y a quelques années mais plus maintenant, car oui je n’accorde plus aucune confiance aux discours officiels du fait non pas des théories complotistes vis à vis desquelles je reste encore plus critique, mais tout simplement par l’observation du contexte actuel dans sa globalité.

Au final que faire de tout ça ? Rester figé et vivre mes dernières décennies dans la peur au risque de développer des maladies psychosomatiques graves ? Me rebeller ? Oui mais de quelle façon et pour quel effet ? Rester stoïque et mettre ça dans un coin de ma tête en essayant de consommer de façon attentive et responsable ?

Bref, je suis perdu et effrayé, mais écrire tout cela me fait du bien et c’est bien pour ça que je continuerai de le faire.

Ah sinon après en avoir causé avec mes voisins, je viens d’annuler mon rendez vous pour la pose du compteur Linky 4 heures après avoir posté ce message. Je vais jouer le pourrissement et voir comment je peux m’opposer peut-être en faisant front avec eux pour ne pas avoir à subir ce stress du une fois de plus à ma perte de confiance dans les discours officiels.

 

la belle rivière bleue

Cette semaine nous allons en Angleterre dans le coté de Somerset où la rivière Frome vient de subir une inquiétante pollution. voici la couleur qu’elle a depuis jeudi dernier :

190812

Alors pour l’instant la nouvelle est à classer dans insolite car on n’a pas encore trouvé d’animaux morts.

Reste que la cause de cette pollution demeurait mystérieuse mais il y a quelques heures l’agence de l’environnement a déclaré avoir identifié l’origine de la pollution et le responsable mais refuse de donner plus de détails.

Elle se contente de dire que cette pollution est contrôlée et que l’impact sur l’environnement sera limité.

Très rassurant…