Perroquet on line

181224

Rocco est un perroquet pas comme les autres. Ce gris du Gabon avait été dressé par son propriétaire pour proférer des injures et vulgarités. Du coup lorsqu’il s’est retrouvé dans un refuge pour animaux fréquenté par les familles et donc les enfants, et bien ce brave emplumé commençait à poser problème.

C’est alors que Marion, une employée du refuge qui s’était attachée à ce bel oiseau mal embouché, décida de l’adopter et de le ramener chez elle.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Marion comme beaucoup de personnes fait ses courses en ligne en utilisant Alexa, l’assistant à commande vocale d’Amazon. C’est après avoir reçu pas mal de commandes qu’elle n’avait pas passé que cette femme commença à comprendre ce qui se passait.

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, enfin si cette information relayée par le point est véridique, Rocco en observant et en copiant sa nouvelle maitresse, avait appris à utiliser Alexa et donc à commander en ligne. Elle avait bien remarqué amusée que le perroquet pouvait commander les lumières et passer de la musique mais de là à réussir à commander en ligne, jamais elle n’aurai cru cela possible.

Au bout du compte, Marion est obligée de vérifier chaque soir en rentrant du travail les commandes passées et d’en annuler certaines car Rocco s’est déjà fait livrer pèle mêle du raisin, une pastèque, des brocolis, de la glace, une ampoule et même un cerf volant.

Alors que penser de cette nouvelle ? Si elle est véridique à 100% cela interroge sur la sécurité des achats sur Internet et sur le fonctionnement de cet Alexa incapable de distinguer la voix d’un humain de celle d’un perroquet.

Et si tout cela n’est qu’un canular voire pire, une publicité déguisée pour Amazon (ça se pourrait bien car il existe une infinité de moyens d’empêcher un perroquet de commander sur Amazon) et bien on aura au moins appris que ce géant de la vente en ligne ne vend pas qu’aux pigeons. 😆

La forme

181223s

Oui c’est bien une photo, ma photo sur film HP5 exposée avec le Yashica Mat 124G. Développé hier, scanné à l’instant, ce ferait un bon exercice pour le tirage.

Pour la petite histoire, ce jour là au musée en Suisse voisine, j’avais été intrigué par cette toile, un dessin hyperréaliste d’une forme étrange. En la photographiant je prolonge la démarche artistique ?

Photographier une œuvre est-ce de la photo ?

Ce gros bloc de béton est peut-être là pour exprimer ce que je ressens en période de fêtes de fin d’année. 😈

Sinon comme d’habitude en version XXL c’est ici.

 

Esprit de Noël

Jeudi 21 décembre 2006

Cher Francis,

       Cette journée a été marquée par le traditionnel repas de Noël de l’I.M.P dans lequel je travaille. Cette année encore les enfants ont eu droit à un repas festif et lourd (toasts, pommes dauphines et croquettes de poisson, bûche de noël). Plus tard dans l’après midi c’est le père noël qui est arrivé pour leur remettre les cadeaux, recevoir leurs dessins et éventuellement leur faire quelques câlins.

Le brave homme qui s’était dévoué s’est ainsi retrouvé entouré d’une nuée de gamins tous plus excités les uns que les autres. Les plus grands restaient à l’écart et observaient la scène en souriant mais en respectant la joie de leurs camarades plus jeunes. 

Tout à coup je remarque que l’un des enfants est assis par terre le regard vide et perdu. Un autre éducateur est vers lui, je m’avance vers eux histoire de voir si je peux l’aider à remettre un peu de joie dans le cœur de ce jeune garçon que je connais bien. Remarquant ma présence et devinant mes intentions, mon collègue se tourne alors vers moi et me dit:

« C’est pas la peine, il vient de comprendre »

Là encore pas besoin de longs discours. Je comprends tout de suite le sens de cette phrase; le jeune garçon vient de tourner une page de sa vie d’enfant en comprenant avec ses yeux de grand garçon que le père noël qui vient chaque année dans son établissement est un faux. Par la suite il étendra ce raisonnement aux autres pères noël, ceux de la rue, ceux des supermarchés, les invisibles du soir du 24… 

Au delà du coup porté aux liens de confiance vis à vis des adultes, ces plaisantins qui lui auront fait la même blague chaque année, le fait de découvrir que le père noël n’est qu’un mythe aura été pour lui une expérience traumatisante mais cependant nécessaire. ( au sens vulgaire et philosophique)

Dans mes souvenirs, ce fut lors du Noël de mes huit ans que je découvris que les cadeaux étaient mis en place sous le sapin par mes parents, j’avais observé leur petit jeu, caché derrière la porte entrebâillée. Cette découverte instaura une ère de profonds bouleversements dans mon univers de petit garçon, le père Noël n’existait pas, pas plus que le père fouettard et tant d’autres avec eux… Jour après jour je passais en revue mes souvenirs et mes connaissances remettant chacune de mes convictions en doute. 

La chute du père noël entraîna donc avec elle comme dans un jeu de dominos tout un tas de croyances diverses comme ma foi jusque là inébranlable en l’existence des monstres et des fantômes ou comme la conviction que j’avais alors d’avoir plané en suspension dans le couloir de ma maison…

Et non… tout cela n’était que rêves ou fabulation, le monde de l’enfance magique et sécurisant s’éloignait alors de moi chaque jour de plus en plus vite laissant sa place à l’univers triste, normé et sans surprise des adultes. Tous les éléments de ma vie étaient donc en instance d’être rangés dans des boites séparées, chaque nouvelle chose devait donc être traitée à priori pour définir si elle appartenait à l’imaginaire ou au réel… 

Heureusement qu’aujourd’hui encore certains éléments résistent à cette classification allant quelque fois jusqu’à remettre en cause le système tout entier. La possibilité d’une forme de vie extra terrestre, les facultés étranges de mon siamois, les choses dont je pressens l’existence, et avant tout les sciences exactes et dignes de foi qui nous montrent entre autres choses que l’univers n’est réel qu’à travers nos perceptions.

Le traîneau du père Noël avait donc quitté mon ciel. Par la suite, à force de scruter la voûte céleste à sa recherche, j’ai découvert qu’un univers infini, mystérieux et inconnu restait encore à explorer et que ce que moi et les autres allaient découvrir remettrait en cause le concept de réalité et amènerait un peu de rêve dans ce monde si tristement rationnel et matérialiste. J’attends toujours, mais je garde espoir.

A bien y penser Francis, l’univers étant infini, il est mathématiquement possible que le père Noël existe… Dans mon cœur d’enfant, je me plait ainsi à l’imaginer voguant au delà des frontières de l’univers connu vers cette obscure clarté qui tombe des étoiles avant de se répandre sur des lendemains incertains.

Noragami, un dieu pitoyable ?

Au japon il existe encore de multiples temples plus ou moins isolés des villes et villages dédiés à de très nombreuses divinités issues à la fois des traditions religieuses et du folklore local. Chose intéressante, ces divinités et les autres êtres surnaturels qui évoluent avec eux de l’autre coté de notre réalité, naissent, vivent et cherchent à progresser dans leur status à travers les actions des humains auxquels ils apportent aussi bien le bien que le mal.

Dans le Japon d’aujourd’hui, Yato un petit dieu de la guerre, ambitionne de devenir un grand dieu vénéré par les foules. Pour concrétiser son projet il cherche à financer la construction de son temple en rendant des petits services aux humains pour 5 yen c’est à dire 4 de nos centimes (au Japon la tradition veut que l’on donne des pièces de 5 yens aux dieux). Yato s’habille en survêtement avec une vieille écharpe, et ne rechigne pas à chercher des animaux perdus ou à faire de la plomberie voire du ménage pour gagner ses pièces de 5 yens.

Mais parfois il combats les esprits qui s’attaquent aux humains, ces ayakashi (toujours pas de « s » aux noms japonais) ne peuvent être vaincus que si il utilise un autre esprit qui accepte d’entrer à son service. Ces serviteurs nommés shinki ( le kanji de ce mot se lit trésor sacré) sont à l’origine des personnes mortes jeunes et dont les âmes non corrompues par le pêché peut être utilisées par les dieux qui les transforment alors le temps d’un combat en armes.

Une fois tout cela posé on arrive à comprendre un peu mieux cet anime très soigné et divertissant qu’est Noragami. La première saison diffusée en hiver 2014 débute avec la rencontre fortuite de Yato le petit dieu fauché avec Hiyori une lycéenne qui n’est pas tout à fait humaine puisqu’elle voit les créature de l’autre coté.

C’est en voulant sauver Yato des roues d’un camion que Hiyori va dissocier pour la première fois son âme de son corps. D’abord effrayée par ce pouvoir elle va vite s’en amuser avant de réaliser le danger de sa condition. C’est alors qu’elle va donner 5 yens à Yato pour qu’il la soigne. Cependant Yato vient de se faire plaquer par son shinki, Hiyori va donc commencer par lui chercher un nouveau shinki.

J’arrête là pour ne pas gâcher la découverte de cet anime de qualité dont la première saison est visible en intégralité en VO STFR sur You Tube. Je voudrais juste souligner la qualité de l’opening, une chanson du groupe hello sleepwalkers (salut les somnambules) une des chansons d’anime que j’aime le plus. Cliquer ici pour l’entendre.

Dirty Biology

Je continue de vous présenter les meilleures chaines de You Tube c’est à dire celles qui ont un contenu réel et une valeur pédagogique certaine.

Après la géopolitique, pourquoi ne pas passer aux autres sciences notamment celles du vivant en compagnie d’un vrai expert ?

Licencié en biologie des organismes et écosystèmes, et titulaire d’un master en biologie évolutive, Léo Grasset qui a fêté ses 29 ans le premier octobre dernier a enseigné la biologie durant quelques mois avant de se consacrer à la vulgarisation en ouvrant sa chaine Dirty Biology sur You Tube.

Sa  formation de journalisme par le CNED l’a sans doute aidé à maitriser certains aspects de la communication car chacune de ses émissions est une vraie pépite. Le sujets présentés sont maitrisé par un travail de recherche méthodique tandis que le montage et la diction très posée de ce You Tuber font que l’on apprend beaucoup de choses tout en passant un très bon moment de détente.

Cette chaine compte à ce jour 52 épisodes. Certains titres sont provocateurs voire putaclic (un néologisme péjoratif désignant un contenu Web qui vise à attirer le maximum de passages d’internautes afin de générer des revenus publicitaires en ligne). Cependant chaque sujet est traité avec le sérieux et la rigueur scientifique requise pour faire de la vulgarisation au sens le plus noble du terme. Rendez-vous donc sur sa chaine sans perdre de temps en cliquant ici.

Hazy days

181218

Don’t know why I talked about this blog to some of my friends, but now I regret it, this space was meant to be a diary or at the most a bottle thrown at the sea. By giving away this adress, I lost my freedom to express freely what I have to tell to myself.

Guess what, I’m drunk. I had a beer, a large one and now I’m gazing at my screen wasting my time, biding my time watching nonsenses and reading bullshit informations.

For the upcoming two days I will stay home with no kids screaming and no team mates despising me. Gonna be nice so I start this with the eirie feeling brought by some good beer. Cheers !