Bientôt Noël…

191120

Oui c’est bientôt Noël et pour ceux d’entre vous qui ont des gens à qui offrir des choses, la corvée des cadeaux va donc bientôt commencer. Et si pour cette année vous tentiez d’offrir un cadeau vraiment original voire bizarre ou de mauvais gout ?

Curieux ? Et bien regardez ici : https://weirdorconfusing.com/ Ce site vous envoie sur des liens d’annonces sur Ebay qui proposent des objets tour à tour drôles, insolites ou totalement débiles.

Passé le livre pour fabriquer des objets avec les poils de chat, l’étiquette viande de licorne à coller sur les boites de corned beef ou la corne de licorne pour chat, vous aurez encore plein de choses à découvrir comme les lunettes pour lire allongé ou mon préféré, une bulle de plastique vide accompagnée d’une carte qui dit en substance « vu que tu as déjà tout, je t’offre rien » J’ai rigolé pendant dix minutes ! Alors si vous aussi vous aimez les trucs un peu tordus allez donc fouiller sur ce site ! 😎

Americaca

Aujourd’hui c’est la journée mondiale des toilettes, non ce n’est pas une blague et vu les soucis que les lieux d’aisance posent, notamment en école primaire où leur insalubrité poussent les enfants à se retenir, je trouve que ce n’est pas tout à fait absurde.

Mais bon, niveau toilettes et caca ce qui m’interpelle de plus en plus dans mon pays ce ne sont pas les déjections que l’on déverse dans nos latrines mais les immondices que l’on déverse dans les esprits de mes cons citoyens pour achever d’en faire des cons sommateurs. Et à ce rayon, l’américanisme forcé ne cesse de prendre de l’ampleur ce qui a le don de m’énerver au plus haut point.

Je ne parle pas de la domination du cinéma et des séries américaines car certaines sont très bonnes mais bien des choses qui sont mises en place pour nous pousser à consommer de plus en plus. Après l’arrivée des fast-food et du clown pervers en 1979 à Strasbourg, nous avons eu d’autres franchises puis carrément la tentative de greffe de la fête d’Halloween qui même si elle peine à s’installer reste très (trop?) prisée par les enfants.

Et là, à l’approche de Noël toutes les grandes et moyennes surfaces prétendent faire leur black friday, un concept cynique et désabusé qui chaque année provoque des violences graves avec notamment des abrutis prêts à frapper les autres pour économiser quelques dizaines de dollars. En France les émeutes Nutella ont prouvé que notre pays n’était pas épargné par ces débiles mais qu’importe, si les centres commerciaux peuvent vendre de la technologie superfétatoire en grosse quantité ce danger ne les fera pas hésiter.

Sinon jeudi à la cantine c’est la fête !!! Repas américain !!! Au menu Mac Cheese !!! Alors non pas de hamburger et même pas de viande mais des pâtes et du fromage et en guise de dessert (pas d’entrée ni de fromage)? un brownie industriel surgelé.

Toutes ces chose en sont pas de simple coups de gueule d’un blogueur désabusé, lorsqu’on reprend mes exemples on se rend compte que l’étiquette USA n’est qu’une appellation trompeuse que l’on pose sur les choses et les événements en espérant que les plus crédules et influençables d’entre nous vont se ruer dessus. Car oui, que cela soit un vulgaire plat de pâte au fromage, des soldes pourries, une fête glauque pour gosse ou de la nourriture malsaine à priori personne n’en veut mais avec l’étiquette « U.S.A » ça passe beaucoup mieux, enfin pas tant que ça? Mais qu’importe on continue en espérant que ça va finir de marcher vu que de l’autre coté on bourre les esprits de références de culture américaine dans les films et séries.

Au final la question à se poser c’est de savoir qui veut nous américaniser, les états-uniens et leurs lobbys industriels ou alors nos propres acteurs économiques ? Je penche pour la seconde réponse car on ne cherche pas à nous vendre les valeurs qui vont avec certaines de ces fêtes (comme Thanksgiving une fête familiale) preuve selon moi que ce « on » n’est qu’un aéropage de commerciaux bien de chez nous incapable de comprendre la mentalité étasunienne et pensant que nous sommes tous des gosses manipulables car émerveillés devant l’empire de l’oncle Sam. Un peu comme le facteur loufoque dans le film « Jour de fête » du regretté Jacque Tati.

Mais au fond peu importe car nous sommes tous un peu cons cernés… Moi le premier avec l’effrayante quantité de culture populaire américaine que je consomme. Alors quitte à être accusés de faire de l’anti américanisme rebellons-nous en chantant avec Rammstein car oui, ce n’est pas une chanson d’amour.  Et puis au final si on y réfléchit, démasquer les responsables de ce matraquage U.S.A et refuser leur fausse Amérique, c’est un beau geste de respect et d’ouverture à faire au vrai peuple américain, non ?

Voilà pourquoi « flic » se dit « pig » en argot anglais!

191118

Encore une nouvelle insolite animalière ! Cette fois ce sont des sangliers qui ont activement quoique malgré eux, participé au démantèlement d’un trafic international de drogue en Italie.Non, je ne délire pas, l’histoire a d’ailleurs été bien relayée.

L’affaire débute en mai 2018. Après l’assassinat d’un jeune albanais, la police met en place des écoutes pour plusieurs suspects de cet homicide. Manque de pot il ne parlent pas du meurtre mais par contre évoquent leur problème majeur : la destruction de leurs planques de cocaïne par les sanglier qui déterrent et éparpillent la poudre blanche stockée dans des bocaux enterrés en forêt.

Au téléphone, le suspect indique qu’environ 20000 euros ont été ainsi perdus… Les trafiquants utilisaient des noms de code pour évoquer la drogue (apéritif, prosecco, vin, café…), ce qui n’a pas trompé les enquêteurs qui ont réussit à coincer les coupables.

Leur trafic durait depuis au moins septembre 2018, et portait sur environ 2 kilos kg cocaïne par mois, de la cocaïne pure à 80-85%. Les dealers vendaient la drogue entre 80 et 100 euros le gramme.

Quand aux sangliers, j’espère qu’on a prévu de les envoyer dans un Betty Ford Center car vu que dans leur état normal ils font déjà des ravages et causent de graves accidents, je n’ose pas imaginer ce que ça donne lorsqu’ils sont sous l’emprise de stupéfiants aussi concentrés… Un Razorback transalpin ? 😯

Moskva encore…

Alors que la première neige de Novembre commence à tomber, je me prends d’envie de revoir des couleurs et de la lumière et comme la semaine dernière je parlais de mon Moskva, pour cette semaine j’ai eu l’envie de jouer les prolongations avec cette photo prise le même jour et au même endroit. C’est une zone herbacée au dessus d’un ancien fort militaire qui surplombe Pont de Roide.

191117

Une portion du dessus du fort des Roches à Pont de Roide, Moskva 6×9 industar 105mm à F11 sur film Portra 400. Développement maison avec ma Jobo, scan Nikon Super Coolscan 9000

Alors oui les anciens vont tout de suite penser au fond d’écran de base de Windows XP et c’est vrai qu’il y a quelques points communs. Ce n’est pourtant pas de la diapo mais bien de le même film Portra 400 sur lequel la ville de la semaine dernière est aussi photographiée.

Et pour les nostalgiques qui veulent s’en faire un fond d’écran, voici la version 3XL.

Archive d’auto-critique

Il y a douze ans, j’avais déjà un regard très autocritique sur mon blog…

191115

Jeudi 15 novembre 2007

Cher Francis,

Ce soir encore je rentre tard et demain se sera la même chose. Dans l’établissement dans lequel je travaille les horaires peuvent varier selon les circonstances. Après avoir consulté ma mère pour avoir les nouvelles je me suis donc installé devant l’écran de mon ordinateur principal. Avant d’écrire mon petit mot quotidien je désirai retrouver en lisant mes archives les dates des première neiges de 2005 et 2006.

Après avoir trouvé l’information je m’amusai à relire certains passages puis des mois entiers. Mauvaise idée…

J’ai honte. Oui franchement j’ai honte de ce que j’ai écrit, de mes fautes d’orthographe, de style, du manque d’intérêt de ce que je raconte. Je devrais vite tenter de sauver les meubles en me donnant des excuses. J’étais en formation, je revenais le soir tard et très fatigué je n’avais pas le temps de relire ce que j’écrivais… 

Cependant je ne chercherai pas à fuir ma responsabilité et je ne renierai rien de ce que j’ai écrit. Ce soir j’affirme assumer mon manque de talent littéraire passé présent et futur. Je ne supprimerai aucune page et je ne ferai aucune correction sur les pages du blog. Par contre les autres pages du site en ont vraiment besoin et vite…

La meilleure nouvelle dans tout ça c’est que ce hobby quotidien porte ses fruits puisque je suis à présent capable de voir mes erreurs passées. J’espère donc continuer à progresser dans ma maîtrise de la langue écrite tout en faisant de ce blog quelque chose de vivant, de varié et avant tout quelque chose qui me ressemble. Après tout c’est l’objectif que je m’étais donné en le commençant il y a cela plus de deux ans. Et là je ne sais pas si mes petits billets ont permit à mes lecteurs de mieux me connaître…

Chobits, un anime thérapeutique

Le Japon est souvent montré comme un pays peuplé de pervers alors que cela ne correspond pas vraiment à la réalité. Le Japon est avant tout un pays qui a beaucoup souffert des conséquences de la fin de la seconde guerre mondiale et ce sur plusieurs plans y compris le plan intime des relations hommes/femmes. Il faudrait bien relire le livre d’Agnès Giard pour bien comprendre tout cela mais pour résumer, les mutations violentes du Japon d’après guerre ont bousculé cette société notamment en donnant un nouveau statut aux femmes qui parfois vient intimider les hommes. (Bon c’est un résumé très grossier, désolé…).

Du coup les animes qui sont une importante part de la culture populaire tentent de rabibocher (un mot bien de chez nous) les hommes et les femmes à travers des métaphores. Et c’est justement le cas de Chobits, une série mythique qui se déroule dans un univers dystopique où les humains utilisent des androïdes sophistiqués (persocom qui se traduit par ordinateur personnel) pour les aider dans leurs vies quotidiennes.

Et là on voit tout de suite là où les créateurs de la série veulent aller, le persocom du sexe opposé est semblable à un être humain mais en reste très éloigné, du coup le shujinko (personnage principal de la série) en entrant dans une relation affective avec cet objet le transforme en amie puis en partenaire en construisant une relation amoureuse qui lui permet de surmonter sa peur du sexe féminin. Le génie de cette série est d’autres animes est de passer de la femme objet de désirs fantasme de l’otaku, à la vraie femme reconnue pleinement comme un être humain à part entière.

Bon c’est ainsi que j’ai compris la série que je regarde au moins une fois par an, vous avez le droit de ne pas suivre ma lecture.

Mais bon d’accord ou pas, il reste les magnifiques chansons de Nino and the round tables. Cet anime est un grand classique et mérite d’être découvert.

Voyage immobile

Vous connaissez tous Google Earth et Google street et peut-être que vous utilisez déjà ces ressources pour explorer la planète.

Du coup vous aimerez peut-être le site mapcrunch.com qui utilise les mêmes cartes mais qui vous envoie au hasard quelque part sur la planète. 

Avoir la surprise de voir où l’on tombe me semble très amusant et si on se lasse ou que l’on est déçu de l’endroit proposé, il suffit d’appuyer sur le bouton vert pour être propulsé vers une nouvelle destination. A voir et peut-être à tester ?

Devenir humain

191112

Je suis un grand fan de science fiction, de vrai science fiction celle qui fait réfléchir et non pas celle qui enchaine les combats manichéens sans nuance et sans saveurs. Je suis donc un trekkie un vrai fan de Star Trek, une race très rare en France, pays gangréné par star wars, cette franchise devenue assez pourrie pour être bouffée par la souris boulimique de Dysney.  😈

Bon maintenant que j’ai craché ma méchanceté du jour, je reviens à mon propos. Oui j’aime Star Trek son univers cohérent, ses personnages forts et surtout cette problématique centrale que l’on retrouve dans chacune des séries. Que cela soit un extra terrestre dont la race à refoulé les émotions, un androïde sophistiqué, un être mi-humain mi-machine, un simple programme qui se matérialise en hologramme tangible (oui bon c’est le futur, hein…) et bien tous ces personnages ont le même projet, la même ambition celle de devenir humains.

Les humains sont d’étrange créatures, alors qu’un chat nait chat alors qu’un poulain se lève très vite une fois sortie de l’utérus de la jument pour devenir cheval à son tour et alors que d’autres formes de vie ont une mémoire chimique qui leur est transmise les rendant 100% opérationnels à l’instant même de la naissance, l’être humain ne nait pas humain mais doit apprendre à le devenir au prix de multiples interactions plus ou moins directes avec ses semblables et surtout avec lui-même qui vont lui apprendre à parler puis à développer une personnalité et enfin à se socialiser.

La plupart du temps ça marche, l’humain grandit se fait aimer, donne de l’amour en réponse et parvient à entrer dans l’état de psychose borderline nécessaire pour croire en des concepts étranges comme la confiance, l’espoir, l’amour…  Cela lui permet de se construire une vie sociale et de consommer pour atteindre ce qu’il pense être le bonheur (autre concept pour psychotiques débutants) alors qu’il ne fait qu’enchainer des satisfactions de besoins créés par l’industrie, réel moteur de notre modèle social. Plus tard, un savant mélange de masochisme et d’inconscience le pousse même à se reproduire histoire d’augmenter ses chances de gâcher sa vie et l’avenir de la planète qui étouffe d’être bientôt huit fois milliardaire.

Et parfois comme dans mon cas, ça ne prend pas. Et les gens comme moi se retrouvent en spectateurs désabusés et prennent parfois un clavier un mardi soir pour évoquer la réalité de leurs existences… Les gens comme moi ne montrent pas leurs différences, ils savent vivre avec les autres humains en cachant leur alterité et ont appris de multiples stratagèmes pour survivre dans ce monde qui parfois leur échappe.

Cependant, et c’est là le seul problème, contrairement aux marginaux qui fuient le monde ou aux psychopathes et sociopathes qui veulent le détruire ou du moins créer de la souffrance, notre plan à nous est tout autre. Nous aimerions devenir comme vous pour un jour vivre avec vous au lieu de simplement exister à coté de vous.

Ce « nous » car oui je ne suis pas le seul, j’en suis convaincu, je peine à le décrire et encore plus à lui donner un nom car nous ne sommes pas une tribu bien délimitée pour être exploitée par l’industrie marchande, nous n’avons pas de T-shirt à notre effigie et pas de groupe Facebook.

Nos perceptions trop réalistes du monde et de son destin nous font passer pour des pessimistes ou des adeptes des thèses complotistes. Nos questionnements font rire ou parfois créent des malaises. Nous aimons être avec les autres mais pas de trop et nous sommes capables d’aimer et d’entrer en profonde empathie avec nos presque semblables. Il serait prétentieux de nous coller l’étiquette de « penseurs » ou « d’intellectuels » nous sommes justes éveillés à certaines réalités présentes et à des menaces à venir qui nous empêchent d’être pleinement avec vous. Je réfute aussi le terme d’angoissés car nos perceptions actuelles et futures sont construites et validées par de vrais intellectuels et penseurs qui font autorité dans toutes les époques. Allez, bon du coup je nous désignerai par le terme certes pédant de « éveillés ». Et flute je viens de voir le visage de Jean Claude Van Damme avec son « be aware » 😆 C’est bon, je laisse tomber n’en déplaise aux amateurs d’étiquettes.

Mais qu’importe les vocables car au bout de tout ça le résultat est le même, notre différence nous éloigne des autres et nous rend même incapables de nous associer entre semblables car elle prend en nous la force d’une passion ardente parfois militante qui vient consumer les fragiles liens qui nous unissent encore aux autres mortels. J’imagine mal Greta Thunberg se préoccuper de fringues et de garçons comme la plupart des filles de son age ou Dian Fossey négocier un plan retraite (pour elle en plus c’est malheureusement trop tard) ou enfin moi-même faire une boutique de fringues de luxe en y prenant du plaisir.

Au bout du compte (car oui j’ai envie de remonter sur le voyager pour parcourir la suite de la quatrième saison, je dois donc conclure) sommes-nous si malheureux d’êtres différents ? Notre altérité est-elle vraiment subie ou n’est-elle pas choisie ? et surtout est-il possible de vivre une vie entière dans ce paradigme ?

A bientôt 47 ans, je n’ai toujours pas de réponses à ces questions et je ne voudrais pas non plus parler au nom de personnes que je devine sans les connaitre. Une chose est sûre, nous sommes là et nous venons en paix alors n’ayez pas peur et venez de notre coté pour nous comprendre un peu mieux histoire de nous redonner foi en notre espèce pour que nous trouvions enfin le courage de revenir pleinement vers vous .

Watanuki à Voyager, paré pour téléportation. 😎

Souvenirs de guerre (des bons pour une fois)

191111

Nous sommes le 11 novembre c’est sans doute pour ça que j’ai cherché une nouvelle insolite récente en lien avec la grande guerre, et coup de bol j’ai trouvé !

En 1917, alors qu’il faisait route vers la Finlande, chargé de biens destinés à la Russie tsariste, Le navire Kyros avait été coulé au large de l’île d’Åland par un sous-marin allemand. Le 22 octobre dernier, Ocean X, une entreprise spécialisée dans la chasse aux trésors marins et tout spécialement dans le renflouage d’alcools rares a retrouvé l’épave et a pu ainsi remonter après des jours de travail un incroyable trésor : 600 bouteilles de cognac et 300 de Bénédictine.

Le plus incroyable dans tout ça c’est que ces bouteilles de plus de 100 ans ont été préservées d’une part par les conditions très favorables qu’offre la mer Baltique et surtout par le fait qu’elles étaient soigneusement scellées à l’étain. Ces alcools fins en cours d’analyse dans des laboratoires, ont ainsi de grandes chances d’être tout à fait consommables et seront vendus à prix d’or aux enchères internationales.

Gouter un tel alcool est un privilège rare, Peter Lindberg le responsable de l’expédition avoue en riant à moitié, ne pas avoir les moyens de se garder une bouteille pour la déguster. Et oui la chasse aux trésor suppose pas mal de sacrifices pour rester rentable.

Reste que cette activité d’aventurier fait rêver pas mal de monde… 😎